Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans la peau de Cyrano
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  janvier 2019

Monologue dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Edmond Rostand interprété par Nicolas devort avec la collaboration artistique de Clotilde Daniault.

"Dans la peau de Cyrano s’ouvre dans un collège comme il y en a tant d’autre, où un nouvel élève fait sa rentrée. Il s’appelle Colin. Un adolescent comme il y en a tant d’autre également, légèrement vouté, quelque peu timide, un brin rêveur accroché à sa guitare et surtout pas mal cabossé par la vie.

Il a perdu son papa et voilà que comble de malheur, il s’est mis à bégayer. L’année s’annonce déjà difficile mais on lui colle de surcroît les ateliers de théâtre.

Obligé de faire face à ses peurs il va alors faire la rencontre de Cyrano, son panache, sa verve au-devant de sa difformité et, grâce au soutien bienveillant de son professeur de français et de ses camarades, endosser petit à petit la peau de ce héros qui va lui prêter ses mots et son courage pour enfin se révéler et pourquoi pas, s’accepter.

Seul en scène, Nicolas Devort endosse lui aussi, comme Colin ou Cyrano, la peau de multiples personnages, mais il pousse l’exercice dans ses derniers retranchements, interprétant sans aucune pause ni changement de costume plus de 6 ou 7 rôles.

Un froncement de sourcils, un tombé d’épaules, un placement du bassin, une moue bien sentie et il se transforme sans plus d’artifice en professeur paternaliste, en psychologue scolaire très Catherine et Liliane, en ado boutonneux, en petite frappe gouailleuse ou en princesse maniérée.

Cette jonglerie incessante pourrait donner le tournis mais, grâce au talent et au plaisir communicatif de ce comédien hors pair, il transmet au contrainte au spectacle un rythme et une tournure plutôt jouissive.

Si l’ombre du héros de Edmond Rostand plane tout au long de la pièce, il n’est que prétexte à aborder les thèmes qui ont fait son succès : peur du regard de l’autre, valorisation excessive des apparences, difficulté à s’accepter et encore plus à se livrer, impossibilité d’exprimer ses sentiments envers ceux qui nous sont le plus chers…

Dans un espace volontairement vide et nu qui fait la part belle au corps, Nicolas Devort signe un spectacle habile et enjoué, qui oscille sans cesse entre humour et poésie et embarque le spectateur avec trois fois rien dans son univers. Le ton est juste, l’énergie est réelle.

Bravo.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 juin 2019 : Bientôt l'été

On approche de l'été à grands pas, comme toujours pas d'interruption des programmes sur Froggy's Delight. Alors continuez de venir profiter de nos sélections culturelles chaque semaine avec leurs doses de festivals, de spectacles, de livres pour la plage et de musique à écouter partout !

Du côté de la musique :

"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats
et toujours :
"Walter & Lavergne" de Walter & Lavergne
"Solstice EP" de Alma Forrer
"L'hiver des poètes" de Marianne Feder
"Le ventre et l'estomac" de Nicolas Paugam
"Ok Ok !" de Oui Oui Oui
"Chopin : 4 ballades Polonaises, Valses, Nocturnes" de Jean Paul Gasparian
"Omoiyari" de Kishi Bashi
"Moan EP" de Laura Clauzel
"Toutes choses visibles EP" de Malade[s]
"No problem" de Tristan Mélia Trio
Petit tour au festival RUSH de Rouen
Présentation du festival La Magnifique Society de Reims

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Bigre" au Théâtre du Rond-Point
"Retours - Le père de l'enfant de la mère" au Théâtre du Rond-Point
"Le Testament de tante Caroline" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Petit éloge de la nuit" à La Scala
"A ma place, vous Ferrier quoi ?" au Théâtre de l'Atelier
des reprises :
"Folie" au Théâtre Hébertot
"La petite fille de Monsieur Linh" au Théâtre Le Lucernaire
"Speakeasy" au Palais des Glaces
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

"L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour : "Thomas Schütte - Trois Actes" à la Monnaie de Paris

Cinéma :

le film de la semaine :
"Van Gogh et le Japon" de David Bickerstaff
et la chronique des sorties de mai

Lecture avec :

"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin
et toujours :
"La vie dont nous rêvions" de Michelle Sacks
"Le chant de l'assassin" de R.J. Ellory
"Le chef du contre espionnage nazi parle" de Walter Schellenberg
"London nocturne" de Cathi Unsworth
"Par delà nos corps" de Bérengère Cournut

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC
"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=