Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Imagho
Soleil  (Images Nocturnes)  avril 2016

Imagho fait partie de cette armée de musiciens, aussi peu connus et reconnus, presque transparents aux yeux du public qu’absolument nécessaires. Si, pour certains, pour être heureux, il faut vivre cachés, pour d’autres c’est malheureusement un état de fait.

Quelle horreur pour un musicien que de se demander s’il faut continuer ! La question n’est même plus de savoir s’il pourra vivre de son art. Alors oui, il faut continuer coûte que coûte et envers et contre tout et tous. Contre une société qui n’écoute plus de musique, à peine en entend-elle, pour laquelle la poésie est un gros mot. Une société en pleine crise de la culture où le concept même de culture fait question. Une société qui préfère ériger des murs que danser avec son voisin. Envers parfois des labels frileux où la rentabilité et la sécurité comptent plus que les choix artistiques.

Mais cette position a quelques avantages : ne pas courir après le succès laisse une plus grande marge de liberté et la possibilité d’avancer à son rythme, quitte à reprendre ou à refaire son travail. C’est le cas ici.  Imagho possède déjà une belle carrière (quelques beaux albums solo et quelques collaborations, tous forts recommandables) de musicien guitariste mais c’est le projet avorté d’un disque guitare voix qui l’a conduit au choix de la pure indépendance (avec la création de son propre label).

Le projet Soleil de Tokyo va donc connaître une renaissance ou une seconde naissance plutôt. Et pour quel résultat ! Un très bel album de chansons. Imagho nous entraîne dans son univers poétique où chaque note, chaque mot (pas chanté mais en sprechgesang) semble avoir été choisi en conséquence et prendre le temps d’apparaître et de disparaître. Pas de style précis ici, pas de formes purement conventionnelles. Les morceaux existent pour ceux qu’ils sont. Une envolée, une atmosphère, un silence. Les notes, les mots comment des moments de vie, s’égrènent doucement, parfois nimbés de mystére, d’une fausse lenteur mais toujours avec sincérité.

Peut-être parce que c’est la dernière chose, la plus importante, qui reste à des musiciens comme Imagho, faire de la musique, viscéralement, mais toujours avec sincérité. C’est pour cela que nous ne cesserons de la défendre, avec parfois le sentiment d’être Don Quichotte... Mais c’est aussi à vous de faire vivre cette musique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Inside Looking out - "rythm / treble" 1998-2008 de Imagho
La chronique de l'album Méandres de Imagho
La chronique de l'album Soleil de Tokyo de Imagho
L'interview de Imagho (mars 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Imagho
Le Bandcamp de Imagho
Le Soundcloud de Imagho
Le Facebook de Imagho


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=