Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême #46 (édition 2019)
Exposition Milo Manara, itinéraire d'un maestro de Pratt à Caravage  (Angoulême)  24 au 27 janvier 2019

A l’occasion de la 46ème édition du festival international de la bande dessinée, le dessinateur italien Milo Manara se voit consacrer une grande exposition rétrospective, riche de 150 planches originales et autres documents rares.

Le nom de Milo Manara évoque immédiatement ces chefs d’œuvre de la bande dessinée érotique que sont Le Déclic et Le Parfum de l’invisible. L’exposition présentée à Angoulême cette année prend délibérément le contrepied de cette voluptueuse réputation, choisissant plutôt de donner à voir la richesse de l’œuvre du maestro et comment celle-ci a évolué au fil de l’histoire de son pays mais aussi d’influences et de collaborations.

Parmi les premières nourritures artistiques, on trouve la Barbarella de Forest, qui a éveillé sa vocation d’auteur de bandes dessinées, et Moebius / Jean Giraud, dont on l’écho est durable chez Manara tant dans une certaine approche onirique de la narration, que dans l’utilisation d’un pointillisme très soigné pour restituer les volumes.

Si c’est l’illustration de fascicules (fumetti) érotiques qui mettent le pied à l’étrier du jeune Milo, son travail pendant les années de plomb est marqué par l’engagement politique. C’est sa rencontre, décisive, avec Hugo Pratt qui lui permettra de prendre ses distances avec la BD à message aussi bien qu’avec un formalisme emprunté.

En effet, le créateur de Corto Maltese n’a de cesse de pointer du doigt la prégnance de ses influences et l’invite à s’en libérer. C’est lui aussi qui l’initie au récit d’aventure. Giuseppe Bergman, le personnage qui a fait connaître Manara, est comme un double maladroit de Corto Maltese : comme lui voyageur et amateur de belles femmes, il est en revanche un anti-héros toujours plus ou moins perdu. Dans l’univers mi-réaliste mi-abracadabrant qu’il explore, c’est le "maître d’aventure" H P qui le guide. HP, comme Hugo Pratt, mentor de l’auteur.

La collaboration de Manara et de Pratt engendrera par ailleurs deux albums splendides, El Gaucho et Un été indien, dont l’exposition présente de nombreuses planches originales grand format, toutes un pur régal pour les yeux. Manara dans ce compagnonnage élargit le champ de ses possibilités graphiques, sans jamais devenir lui-même adepte des ombrages tranchés de l’auteur de Corto Maltese.

Que l’on se rassure : l’œuvre explicitement érotique est bien présente, mais astucieusement cantonnée à une petite salle centrale. On retrouve aussi bien évidemment ses fameuses créatures aux longues jambes tout au long des œuvres présentées, mais on découvre surtout combien l’amour de Manara pour les courbes ne se cantonne pas aux beautés du corps féminin. Certes, il se plaît à tracer croupes sinueuses et boucles denses, mais on retrouve une égale volupté dans la façon dont il dessine nuages, jungles et flots.

L’exposition se penche aussi longuement sur les rapports que Manara a pu entretenir avec le cinéma, et en particulier avec Federico Fellini, qu’il a accompagné de près sur la fin de son œuvre.

Outre l’intérêt que représentent les témoignages de cette collaboration étroite et multiforme, cette section est aussi l’une des seules où l’on peut voir des planches et illustrations en couleur (vu le talent de Manara pour l’aquarelle notamment, on aurait pu espérer en voir davantage).

On remarquera en particulier les planches de Voyage à Tulum et du Voyage de G. Mastorna, deux projets de films non aboutis ayant finalement trouvé à s’incarner en bande dessinée. Il est très drôle à cet égard de voir dialoguer les truculents storyboards de Fellini et les planches de Manara. Cette section de l’exposition présente aussi une très belle série de dessins au crayon sur papier de couleur.

Le parcours s’achève dans les magnifiques nuances de gris pour son récent album consacré au Caravage.

 

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême
Le Facebook du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême

Crédits photos : Guillaume Pilla


Anaïs Bon         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=