Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'amour debout
Michaël Dacheux  janvier 2019

Réalisé par Michaël Dacheux. France. Drame. 1h23 (Sortie 30 janvier 2019). Avec Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse, Jean-Christophe Marti, Thibaut Destouches, Shirley Mirande, Pascal Cervo et Françoise Lebrun.

Ces temps-ci, le cinéma français donne de bonnes nouvelles. Après "Un violent désir de bonheur" de Clément Schneider, "Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy, voilà "L'amour debout" de Michaël Dacheux qui s'inscrit clairement dans les pas d'Eric Rohmer, même s'il se met cinéphiliquement plutôt dans ceux de Jean Eustache.

On dit et on maintient Eric Rohmer comme référence de son premier film parce qu'on y découvre le même plaisir à filmer Paris et un Paris très personnel, la même envie de faire un film dans lequel, si on est attentif, on apprend des choses (et ce n'est pas un hasard si Léa est guide dans Paris et si Tristan, le logeur de Martin, fait des expériences au Palais de la Découverte) et le même goût pour les personnalités aussi singulières en tant que personnages qu'en tant que personnes (comme Jicé, Jean-Christophe Marti le compositeur lunaire à la sauce boulézienne)

A la différence de Rohmer, Michaël Dacheux ne recherche pas des héros forcément "beaux". A l'ère des selfies et du numérique où tout le monde n'hésite pas à "partager" ses photos, l'esthétique rohmérienne est peut-être la seule chose qui ne fait plus recette.

Les "rohmériennes" de Michael Dacheux sont franchement quelconques, mais, en contrepartie sont moins naïves et moins bavardes. N'empêche qu'Alicia, la "coloc" de Léa est un vrai personnage digne de "la" Rosette de Rohmer et qui prend, peu à peu, scène après scène où elle apparaît, de la consistance et de la drôlerie.

Bien évidemment, il n'aurait pas été question que Martin quitte Léa pour un garçon dans le cinéma d'Eric Rohmer, ni qu'il montre ses attributs. Mais il faut bien qu'il y ait des preuves dans le cinéma de 2018 que les temps ont un peu changé depuis "Le Genou de Claire" ou même "La Maman et la putain", film emblématique d'un réalisateur pré-quadragénaire qu'on sent vraiment heureux d'avoir pu embarquer François Lebrun dans son premier long-métrage.

Ce que "L'amour debout" de Michaël Dacheux partage avec ses grands devanciers qu'il considère sans doute comme ses maîtres, c'est une énorme bienveillance avec tous ses personnages.

Aucun n'est jamais négligé ni humilié dans un plan indigne. Au contraire, tous ont leur chance. Ainsi, Bastien, le beau garçon qui tend les bras à Martin et lui ouvre les portes de l'homosexualité, initie une très jolie scène qui se termine dans un bar gay.

Pareillement les amis de Martin qui ne pourraient être là que pour faire avancer l'action finissent par revenir. Dacheux réussit particulièrement bien les scènes conviviales où les uns et les autres se retrouvent à des degrés de connaissances diverses et qui aboutissent finalement à des tablées où il fait bon être et où l'on a l'air de bien manger et en agréable compagnie.

Avant de laisser chacun découvrir cette agréable ambiance que "L'amour debout" de Michaël Dacheux génère, il faudrait peut-être rappeler qu'à l'origine le film raconte la séparation de Léa et Martin et qu'on les suit, chacun de leur côté, dans l'après de leur douloureuse séparation. C'est donc un joli conte sur la vie qui suit un amour défait qui est tout sauf une défaite.

Qu'on se le dise : on est bien dans ce film qu'il faut éviter de rater surtout si l'on aime Eustache et Rohmer, et qu'on espère être le premier film d'une longue série d'oeuvres qui auront la même simplicité, la même sincérité et le même appétit de filmer avec curiosité des gens qui le méritent.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=