Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fabien Martin
La Cigale  (Paris)  26 octobre 2005

En première partie, une jeune chanteuse prénommée Léa se présente seule, une guitare en bandoulière, devant le grand rideau rouge de la Cigale baissée pour l'occasion.

Elle conseille avant le début de sa prestation aux allergiques des chansons d'amour d'aller se rafraîchir au bar, puis entame face à public désormais "averti" un set de ses compositions.

Le concert commence et nous découvrons des textes sensuels, crus par moment et presque mélancoliques à d'autres instants, portés par une jolie voix et magistralement interprétés à la guitare.

L'interprétation en solo face à une salle comme la Cigale est un exercice difficile : au détour des premiers morceaux à la rythmique un peu lente Léa peine à capter toute l'attention de la salle, mais quand les riffs de guitare se font plus cinglants et que sa voix prend la mesure de la salle, elle entraîne alors la réaction enjouée du public jusqu'à un final ou les battements mains des spectateurs accompagneront les derniers accords.

Une très belle prestation tout en sensibilité.

Après un court intermède, Fabien Martin débute son concert accompagné de sa formation composée de musiciens à la contrebasse, guitare, batterie et accordéon (et petites percussions).

Des tentures de tissus rouges délimitent l'arrière de la scène, comme pour mieux nous renvoyer les sonorités de l'univers musical de Fabien Martin.

Le chanteur s'inscrit dans la veine des illustres compositeurs interprètes français tels que Brel, Ferré ou Barbara. Faisant parti de la nouvelle scène française, il se distingue cependant d'un Vincent Delerme ou d'un Bénabar, par des textes moins teintés de la critique d'une réalité quotidienne.

Sur scène, nous découvrons un petit bonhomme, concentré d'énergie, donnant tout au public venu l'écouté.

L'interprétation est portée par une voix puissante et chaude, et où la musique n'est pas sacrifiée sur l'autel des textes qui au passage sont pleins d'humanité.

Au programme de ce concert, nous reconnaissons "Riz complet" repris en hommage à Nino Ferrer et qui figure sur l'album collectif On dirait Nino, mais aussi à l'interprétation de nombreux morceaux de son album Ever Everest tel que : "Même si", "Automne hiver", "Barbara" ou bien encore "Ma femme est plus grande que moi".

Nous expliquant qu'il a coutume de chanter lors de chacun de ses concerts un morceau parlant de la ville où il se produit, précisant au passage que ce n'est pas toujours facile d'en trouver un… Il nous explique que ce soir devant le choix trop difficile, il a décidé de ne pas sacrifier à la tradition et d'interpréter "Vesoul" de Brel. La reprise sera tout simplement magnifique.

Fabien terminera son set par le titre clin d'œil à Piaf : "La vie morose".

Et lors des rappels, de nouveaux titres "Il nous reste" et "Toute une vie" viennent clôturer un très bon concert qui aura duré environ une heure et demie.

Visiblement très ému d'être en tête d'affiche dans une salle mythique comme La Cigale, Fabien Martin ne s'est jamais économisé et a su transporter ce soir le public venu le voir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ever Everest de Fabien Martin
La chronique de l'album Comme un seul homme de Fabien Martin
La chronique de l'album Littoral de Fabien Martin
La chronique de l'album aMour(s) de Fabien Martin
Articles : Fabien Martin - 10 singles "Automne-Hiver" hors commerce gagnés !
Fabien Martin en concert à L'Européen (4 octobre 2004)
Fabien Martin en concert au Café de la Danse (7 mars 2005)
L'interview de Fabien Martin (29 novembre 2004)
L'interview de JP Nataf - Fabien Martin (21 avril 2005)
L'interview de Fabien Martin (8 septembre 2006)
L'interview de Fabien Martin (samedi 18 janvier 2020)

En savoir plus :

Le site de officiel de Fabien Martin

Crédits photos : Laurent (Plus de photos sur Taste of Indie)


Laurent         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fabien Martin (18 janvier 2020)


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=