Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce HIM (His Infernal Majesty)
Dark Light  (Warner Bros Records)  octobre 2005

Considéré parfois comme un groupe ésotérique, HIM possède pourtant un lourd passé discographique, auréolé d'un best-of And Love Said No, sorti l'an dernier.

Qu'on se le dise, la bande à Ville Valo s'adresse à une troupe de fans bien informés, qui agissent surtout dans les skates park, ou encore dans les fiestas à tendance dark. Plutôt mal connus du public à tendance rock pur et dur mais adulés par les tabloïds anglais friands de "Love Metal" (Kerrang en tête de file) il y a là un paradoxe évident dont il fallait absolument surmonter la tenaille commerciale.

Tout fraichement reçu, le nouvel album des finlandais Dark Light (dans son édition spéciale agrémentée de goodies inutiles) impose d'emblée une certaine prestance graphique. Le soin apportée à la facade visuelle de cet album montre cette fois-ci que les choses dark et sombres doivent être comprises autrement : non, le dark n'est pas nécessairement l'expression du mal-être adolescent, il n'est pas non plus réservé à un public qui porte des chaussures de skate, c'est plutôt une façon comme une autre de s'afficher au grand public.

Et surtout une marque de fabrique made in Finlande. En effet, si ce nouvel album de HIM puise parfois dans le registre niais et inutile, il ne faut pas vraiment s'y attacher mais plutôt profiter de la galette pour prendre la température de ce qui se fait de mieux dans les pays nordiques. Oui, il y fait froid et c'est déprimant ...

Le titre d'ouverture de cet album pourrait en rebuter plus d'un, par son titre tout d'abord : "Vampire Heart". Certes, cela sent la messe noire à plein nez, mais son rythme très frais agrémenté par une guitare franchement vibrante, nous berce immédiatement. Autrement dit, le charme agit tout seul. Cette entrée en matière est certainement le point fort de tout l'album. En revanche, la suite s'avère être relativement décevante : ça coince, on frise l'ennui, ça agace ...

"Rip out the wings of a butterfly", premier single de cet opus annoncé avec fracas, semble taillé pour la BO du temps où Batman devait jouer contre le méchant Mister Freeze, tellement les deux coïncident par un flot inutile d'effets spéciaux mal foutus et réalisés à la va-vite. Tout semble se répéter et l'ennui commence à pointer son nez.

Malgré cela, la voix de Ville Valo rattrape plutôt bien cette utilisation de choses inutiles et franchement désagréables, du moins dès lors qu'il s'agit de monter la voix sur un fond de piano : "Killing Loneliness" et "The Face of god" par exemple. Tuer l'ennui, il semble bien que cela soit le maître mot de l'album. Heureusement que Valo sait chanter.

Mention spéciale au titre "Drunk On Shadows", tout simplement sublime, mais il est fort regrettable que beaucoup de bonnes choses se perdent si facilement dans un ensemble si inégal mais surtout si répétitif. De fait, nous devons nous ranger derrière un avis très réservé concernant l'intérêt de cet album, certes on peut en ressortir plusieurs titres intéressants, mais HIM ne fait pas l'effort de s'exposer au devant des amateurs de rock métal. Juste de quoi leur rire au nez.

Préférez plutôt leur excellent best of And Love Said No, au moins vous en aurez pour votre argent. Dommage, HIM demeurent ésotériques, à réserver à l'éternel public adolescent, tendance dark sur roulettes pour les garçons, grosses bottes en cuir pour les filles. Evidemment, ce n'est qu'une tendance qui aura du mal à s'inverser ...

 

En savoir plus :

Le site officiel de HIM


JDG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=