Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux
Théâtre de la Croisée des Chemins  (Paris)  février 2019

Montage dramatique de Florence Perrier, mise en scène de Déborah Coustols-Chatelard, avec Florence Perrier et François Rabette.

Un homme et une femme, sans chabadabada lelouchien, une rencontre éphémère, un éblouissement pour chacun d'eux mais dans des registres incompatibles.

Pour elle, qui se définit comme elle se définit comme "une âme errante", c'est le miracle de l'amour avec un A majuscule synonyme d'union des âmes, l'amour absolu, mystique et idolâtre pour celui qu'elle nomme "mon feu" "son astre" au regard de dieu qui constitue sa source vitale.

Mais pour lui, écrivain dont la vie est un matériau littéraire autofictionnel, c'est la découverte d'une femme fantasque vivant d'expédients qu'il considère comme un personnage éminemment libre et romanesque tant il la sublime, mais sans affect, comme "un génie libre", "un esprit de l'air", qui excite sa curiosité.

Pour relater, sous forme de "rencontre recréée", cette histoire d'amour unilatéral, qui finit nécessairement mal, une histoire vraie, celle de André Breton et Nadja, la comédienne Florence Perrier a élaboré une partition à deux voix par le procédé du découpage/collage/montage à partir du roman "Nadja" du poète et écrivain surréaliste et des lettres de la jeune femme.

Et elle va au-delà de la simple mosaïque pour opérer un conséquent et judicieux travail combinatoire des temporalités - alors même que l'opus se développe de manière chronologique - que soutient la mise en scène de Déborah Coustols-Chatelard avec un sens aigu des déplacements dans l'espace sur un plateau nu à l'exception d'une table et de deux chaises.

En effet, cette "autopsie d'une rencontre" révèle comment l'une est dans le présent instantané alors que l'autre se situe dans la mémorisation quasi objective de la création littéraire et dans le récit et son titre - "Pourquoi dis, m'as-tu pris mes yeux ?" - qui se réfère à une anecdote de Nadja qui otait les yeux des poupées pour scruter ce qu'ils cachaient, résume bien l'instrumentalisation et la vampirisation de l'homme-écrivain dont celle-ci était consciente.

Au jeu incarné, un duo époustouflant pour dispenser ce délicat et singulier pas de deux des corps et des mots : François Rabette, regard magnétique du séducteur-prédateur, douceur de la belle gestelle des mains et intransigeance brutale pour éconduire celle devenue importune, et Florence Perrier, incarnation lumineuse, même quand des nuages obscurcissent le regard de Nadja, funambule du flux de pensée et éblouissante comète dans le ciel de la passion.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=