Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Miossec
Interview  (Par téléphone)  février 2019

Miossec reprend au mois de mars sa tournée avec son dernier disque Les Rescapés, sorti en septembre dernier. Il s’agit de son onzième album studio dans lequel il revient à un son plus minimaliste que le précédent très orchestré.

Le titre d’ouverture est probablement l’un des titres les plus réussis depuis longtemps ("Nous sommes"). Mais, ce qui fait peut-être la spécificité de ce nouvel album, c’est la très délicate petite touche "groovie" qui est apportée à plusieurs titres ("Les Infidèles" notamment). Vous l’aurez compris, il s’agit d’un très bon cru.

Froggy’s delight est parti à la rencontre de cet artiste généreux, sincère et bienveillant.

Votre dernier album intitulé Les Rescapés a une orchestration différente du précédent sorti en 2016. Pourquoi ce choix musical ?

Christophe Miossec : J’avais voulu faire un disque avec accordéon et violon et c’était donc le projet de mon précédent disque Mammifères. En revanche, immédiatement après cela, je n’ai pas réfléchi, je voulais de suite faire un disque en utilisant les seuls instruments qui sont en ma possession, un vieux synthé qui était au garage par exemple. Cela donne un album très personnel un peu dans un style rock alternatif.

Vous chantez dans le titre en ouverture de l’album "nous sommes les rescapés". Vous estimez être un rescapé et dans l’affirmative de quoi ?

Christophe Miossec : On est tous des rescapés. C’est un mot qui nous questionne. L’idée première est que chacun a sa tragédie et plus on avance en âge, plus on en accumule donc après 50 ans, on imagine… Cela étant, il peut aussi prendre un sens différent selon les époques.

Dans le titre "La Mer", vous chantez sur les dangers de celle-ci. Est-ce qu’on peut y voir un message politique sur les migrants qui tentent de passer par la méditerranée ?

Christophe Miossec : Oh non. C’est une chanson sur mon grand-père. Il est mort à la guerre au large de l’Egypte. Le bateau a été torpillé en méditerranée. Il ne savait pas nager. Mais, finalement le sens d’une chanson peut être absorbé par l’auditeur et donc chacun peut lui donner un sens différent. Sur le message politique, c’est certain qu’on vit une drôle d’époque.

Vous avez changé de maison de disque passant de votre label historique PIAS à Columbia qui est une plus grosse boutique. Est-ce que cela change la façon de travailler ? Est-ce que vous avez une pression supplémentaire ?

Christophe Miossec : Au contraire. Le succès du disque est peut-être moins important chez Columbia. On a eu une très grande liberté dans la réalisation du disque. Chez PIAS, on cherchait plus à trouver un single.

Vous sortez en général un album tous les deux ans. Pour suivre un tel rythme, vous vous obligez à organiser votre écriture ?

Christophe Miossec : Non. Je n’ai pas vraiment de discipline de travail. L’écrivain va s’astreindre à écrire tous les jours. Mon écriture, elle se fait par fulgurance. Si l’écriture d’une chanson prend du temps, c’est qu’elle n’est pas bonne en fait. Non, ce n’est pas chronophage et, c’est même plutôt un bon moment l’écriture.

Vous êtes de nouveau en tournée au mois de mars pour présenter votre nouvel album. Est-ce que vous appréhendez la scène ? Est-ce ce que vous y prenez du plaisir ?

Christophe Miossec : C’est un rendez-vous qui est indispensable pour moi et c’est un vrai plaisir. Je suis donc impatient de monter sur scène. Je ressens même un véritable manque quand je n’en fais pas. On ressent une telle émotion d’être ainsi face au public.

Concernant la scène, dans le titre "On meurt" de votre dernier album, vous chantez "on vit pour faire danser toute une salle entière". Est-ce votre objectif : faire danser à un concert de Miossec ?

Christophe Miossec : Et bien lors de cette tournée, c’est marrant, on a vu des gens bouger et quand le corps parle, c’est chouette. C’est un vieux fantasme partagé par pas mal d’artistes de faire danser les gens. En même temps, mes concerts sont encore loin d’être une party (rires).

Vous étiez présent et même nommé aux dernières Victoires de la Musique. Est-ce qu’il y a de jeunes artistes que vous écoutez ?

Christophe Miossec : Ça bombarde dur en ce moment. J’aime beaucoup PNL. Je les écoute en lisant les textes en même temps. Il y a un vocabulaire de dingue. Je sais que pour les gens, cela ne correspond pas à ma musique mais je suis tombé dans le rap depuis très longtemps. J’écoutais Afrika Bambaataa ou Grandmaster Flash. J’ai même été très House à une période. Au final, quand j’ai sorti en 1995 un album avec de la guitare acoustique, c’était une façon d’être un peu rebelle.

C’est marrant car sur ce dernier album, j’ai eu pas mal d’articles dans la presse écrite. En revanche, j’en ai beaucoup moins sur le web. Ça me rappelle que j’ai 54 ans (rires).

Miossec sera en tournée au mois de mars notamment à Nancy le 8 mars, Angers le 14 mars, Brest le 16 mars, Lille le 22 mars, Hérouville-Saint-Clair au BBC le 28 mars (on y sera !), Rouen le 29 mars, Montpellier le 10 avril.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'étreinte de Miossec
Une 2ème chronique de l'album L'étreinte de Miossec
Miossec parmi une sélection de singles (mai 2007)
La chronique de l'album Brest of (Tout ça pour ça) de Miossec
La chronique de l'album Finistériens de Miossec
La chronique de l'album Chansons Ordinaires de Miossec
La chronique de l'album Ici-bas, ici même de Miossec
La chronique de l'album VKNG - Jeanne Added - Miossec de Festival Rock en Seine 2015 - Vendredi 28 août
Miossec en concert à Port de Commerce (30 juillet 2004)
Miossec en concert au Vauban (6-7-8 décembre 2004)
Miossec en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
Miossec en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (vendredi)
Miossec en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Miossec en concert à La Cigale (dimanche 25 octobre 2009)
Miossec en concert au Bikini (mercredi 25 novembre 2009)
Miossec en concert au Grand Mix (vendredi 7 octobre 2011)
Miossec en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Miossec en concert au Fil (mercredi 17 octobre 2012)
Miossec en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Miossec
Le Soundcloud de Miossec
Le Facebook de Miossec

Crédits photos : Julien T. Hamon


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=