Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'ai pris mon père sur mes épaules
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  février 2019

Comédie dramatique de Fabrice Melquiot, mise en scène de Arnaud Meunier, avec Rachida Brakni, Riad Gahmi, Vincent Garanger, Nathalie Matter, Bénédicte Mbemba, Maurin Ollès, Fédérico Semedo et Philippe Torreton.

S'inspirant des Énéides, le prolifique Fabrice Melquiot, pour cette oeuvre de commande de la Comédie de Saint-Etienne dirigée par Arnaud Meunier, a conçu un western contemporain dans lequel le jeune Énée va accompagner son père atteint d'un cancer tout au long de sa chimiothérapie avant de se lancer avec lui dans un voyage épique vers un Portugal rêvé.

La plupart de la pièce, racontée tour à tour par chacun des personnages, se passe dans l'immeuble gris - "maison de poupée" tournante (scénographie très réussie de Nicolas Marié), cerné de néons au sol qui l'éclairent judicieusement (lumières de César Godefroy) d'une cité stéphanoise en 2015, l'action coïncidant avec les attentats de Paris. Ce sera le prétexte à développer plusieurs histoires d'amour et d'amitié dans cette tour où la mort, sous les traits du fantôme d'un jeune homme, rôde sur ce petit monde.

On attendait beaucoup de la rencontre entre l'écriture poétique de Fabrice Melquiot, la mise en scène d'Arnaud Meunier et une affiche alléchante, Rachida Brakni et Philippe Torreton en tête.

Or, "J'ai pris mon père sur mes épaules", en dépit de quelques fulgurances, de très beaux mais rares moments, et de vrais morceaux de bravoure peine pourtant à procurer l'émotion.

A force de vouloir traiter trop de sujets à la fois, l'épopée se perd en route et les scènes de comédie au langage "moderne" ont du mal à se fondre avec des envolées plus lyriques propres à Fabrice Melquiot.

Toutefois, l'habileté de l'auteur crée les ingrédients d'un mélodrame dont la virtuosité de la mise en scène d'Arnaud Meunier produit de très belles scènes, notamment un final grandiose.

Ainsi, on est néanmoins touché par cet Énée, bouleversé et bouleversant (sensationnel Maurin Ollès, une révélation), en plein apprentissage de son métier d'homme. Par son père Roch (magistral Philippe Torreton) dont l'autodérision masque le déchirement. Et par la sobre Anissa (Rachida Brakni d'une présence et d'une intensité incroyables) qui aime les deux hommes.

Et aux côtés de ces trois comédiens magnifiques, une distribution également talentueuse où tous sont à citer (Vincent Garanger, Frederico Semedo, Bénédicte Mbemba, Riad Gahmi et Nathalie Matter)

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=