Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Qui a tue mon pere
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2019

Monologue dramatique de Edouard interprété par Stanislas Nordey.

Sensible à la fonction politique du théâtre, Stanislas Nordey comédien, metteur en scène et directeur du Théâtre national de Strasbourg, a sollicité Edouard Louis, largement médiatisé comme la révélation littéraire de la saison 2014 avec "Pour en finir avec Eddy Bellegueule" relatant, dans le sillage de l'auto-socio-biographie pratiquée par la romancière Annie Ernaux, son enfance dans un milieu ouvrier et son parcours de transfuge de classe.

Celui-ci lui a donc proposé un monologue dramatique intitulé "Qui a tué mon père" qui se présente comme un témoignage autobiographique qui s'inscrit dans un registre documentaire qui a déjà largement investi les problématiques des populations défavorisées, de l'atavisme de classe et du déterminisme social.

Instillé de citations d'auteurs, philosophes et sociologues, il est constitué de fragments de souvenirs, décrits selon un pseudo naturalisme zolacien, d'une enfance encore proche, l'auteur étant encore vingtenaire, plus particulièrement rattachés à la figure paternelle, revus à l'aune du temps néanmoins écoulé face à père très diminué et malade.

Ce récit de résilience nove la révolte, la ressentiment et la rupture avec un père quasi archétypal d'un type social (famille nombreuse, pauvreté matérielle, misère intellectuelle, violence et alcoolisme, racisme sédimentés depuis des générations), en retour apaisé aux sources et en amour filial et insiste sur le sentiment récurrent de honte, infligée et éprouvée par le narrateur, honte induite par les autres, même de son propre milieu, honte de ses origines, honte de ne pas avoir été le fils de son père et honte de soi pour ses petites indignités personnelles

Et Edouard Louis, règlant son pas sur celui de son père spirituel, le sociologue Didier Eribon avec l'analogie de parcours avec "Retour à Reims", qui lui-même suit les traces du philosophe Pierre Bourdieu quant à l'oppression et à la violence sociales, achève son opus en manifeste virulent et accusatoire, là encore à la manière zolacienne, pour désigner nommément les politiques de haut niveau, présidents de la Réplique et ministres, comme assassins du peuple.

Conscient des faiblesses intrinsèques et dramaturgiques de ce premier opus écrit pour théâtre, Stanislas Nordey ne livre pas un monologue épuré de la parole seule. Il le met en scène au sens premier du terme avec la collaboration artistique de Claire ingrid Cottanceau.

Et, surtout, la scénographie de Emmanuel Clolus qui délimite l'espace du dire par un triptyque photographique en noir et blanc d'une modeste cité pavillonnaire de campagne et la matérialisation de la figure paternelle qui apparaît tel un fantôme démultiplié sous forme de mannequins-sculptures réalisés par Anne Leray et Marie-Cécile Kolly.

Et interprète, il use de tous les registres de jeu, de l'intime à la profération, avec son exceptionnel talent de passeur de textes.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=