Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rendez-vous à Samarra
John O'Hara  (Editions de l'Olivier)  février 2019

John O’Hara, écrivain américain né au début de 20ème siècle a été l’une des stars du New Yorker. Publiant plus de 300 nouvelles, il débuta sa carrière d’écrivain à 29 ans avec Rendez-vous à Samarra. Il est l’auteur d’une œuvre immense qui a inspiré deux générations d’écrivains, de John Cheever à Richard Ford en passant par John Updike.

Rendez-vous à Samarra a déjà été publié en 2007 aux éditions Rivages avec une traduction de Marcelle Sibon. Les éditions de l’Olivier ont fait le choix de rééditer ce magnifique ouvrage, considéré comme le livre capital de l’écrivain, autour d’une traduction révisée entièrement par Clément Ribes.

Ce roman avait fait scandale lors de sa parution en 1934. En explorant de façon crue et directe les rapports entre les sexes, en autopsiant au scalpel la vie de province américaine, au travers d’un pessimisme omniprésent, John O’Hara proposa avec ce livre un chef-d’œuvre précurseur de tout un pan de la littérature américaine.

Il dresse en même temps une fresque extraordinaire de l’Amérique des années 30, au temps de la Dépression, dans laquelle on croise des personnages inoubliables, notamment des gangsters et des bootleggers.

L’histoire se passe donc au cours de la fin d’année 1930, au moment des vacances de Noël, dans une petite bourgade tranquille de Pennsylvanie en pleine effervescence, Gibbsville. Gibsville voit ses populations danser et boire, dans des bars louches comme dans des milieux très fermés des élites locales. Parmi les membres de cette élite se trouvent Julian et Caroline English.

En pleine réception, Julian lance le contenu de son verre à la figure d’un certain Harry Reilly, sans raison apparente, simplement par agacement car celui-ci courtise sa femme. Sans qu’il le sache, ce geste impulsif va le précipiter dans une spirale autodestructrice qui va durer 48 heures. Après avoir cherché secours auprès de sa femme et de ses amis, dans l’alcool, dans la fuite, il aura finalement à se rendre à ce "rendez-vous à Samarra" qui est un rendez-vous avec la mort.

Formidable roman sur la déchéance d’un homme, cause de mauvais choix, un livre qui nous montre une chute vertigineuse durant trois jours, pendant lesquels le personnage perd tout, femme et entreprise dans un enchaînement de circonstances qu’il ne maîtrise pas.

Rendez-vous à Samarra est aussi un formidable livre sur la vie sociale américaine d’une petite ville américaine, dominée par les bourgeois dans les années 30. Il nous décrit un monde d’hypocrisie, de coups bas, de non-dits aussi et de jalousies.

Le livre respire le sépia, les films en noir et blanc où les gangsters tentent de faire la loi sur un fond de prohibition, un monde où la société semble soudée alors qu’en fait elle n’est que fracture et non solidarité. L’alcool est très présent dans l’ouvrage, il joue de mauvais tours au personnage principal, explique en partie sa déchéance, sa fin et ses mauvais choix.

La qualité de l’ouvrage repose sur son personnage principal, parfaitement construit par l’auteur. Les détails de son autodestruction sont d’un réalisme glaçant et saisissant qui donne une vraie dimension à l’ouvrage et qui font que le livre ne prend pas de rides avec le temps car le phénomène existe encore de nos jours. Rendez-vous à Samarra, livre que je ne connaissais pas, est un ouvrage qui ne vieillit pas malgré sa première parution bien ancienne.

J’ai donc découvert un très grand livre, superbement écrit, et je comprends maintenant le choix des éditions de l’Olivier de se lancer dans une nouvelle publication de cet ouvrage.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=