Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Rebel Motorcycle Club - Saibu
Elysée Montmartre  (Paris)  2 novembre 2005

A l'occasion de la sortie de Howl, les BRMC nous avaient accordé une interview où ils nous parlaient entre autres de leurs influences et du virage musical que constituait leur dernier album.

Cet opus, mélange de rock sudiste, gospel, country et folk marquait bel et bien une rupture avec le style sombre et noisy de leurs deux premiers opus et n'allait pas manquer de surprendre nombre de fans.

Quelques mois ont passé durant lesquels on a attendu avec impatience de voir sur scène comment allait pouvoir s'opérer l'alchimie entre ces deux facettes du groupe !

Car à l'écoute de l'album, il faut bien avouer que l'on se demandait s'ils n'avaient pas un peu perdu de Black et de Rebel pour juste garder du Motorcycle Club.

Et nous voilà aujourd'hui aux portes de L'Elysée Montmartre…

Alors que la salle n'affiche pas encore complet, les cinq membres de Saïbu investissent la scène.

Qu'il est dur de paraître original de nos jours ! Ainsi, faisant fi de toute retenue et voulant peut-être faire passer un message qui aura échappé au plus grand nombre d'entre nous, le clavier est masqué d'un élégant passe-montagne bleu ciel et d'un hochet lumineux.

Mais le but est sans doute atteint puisque finalement on en parle.

Groupe français, ils chantent évidemment en anglais et nous proposent du pop-rock qui ne s'aventure pas trop loin des sentiers battus.

Le clavier est là pour imprimer une petite mélodie gimmick au morceau et tente parfois la dissonance tandis que la guitare soutient la rythmique.

L'ensemble se tient et permet plaisamment d'attendre la suite.

La salle s'est enfin remplie, aucun blouson noir à l'horizon, mais un public assez hétérogène composé de fans de la première heure et de nouveaux, alléchés par l'album Howl.

Y'a t'il compatibilité ?

C'est Peter Hayes, chanteur guitariste qui ouvre le bal.

Un peu à la manière d'un Dylan, il s'avance avec sa guitare acoustique et son harmonica.

Sans discours inutile, il arme son bras, prend son souffle et entame "Complicated Situation" tiré du dernier album.

Suivent "Fault Line" et "Devils Waitin" qui voit l'arrivée des autres membres du groupe (plus un musicien additionnel). Nick Jago derrière ses fûts et Robert Turner à la basse, le groupe est au complet, les choses sérieuses vont pouvoir commencer!

Et c'est dans un déluge de lumière blanche qu'ils entament à trois guitares un "Shuffle your feet" au rythme enlevé. La batterie du pourtant bien frêle Nick se fait lourde et "It ain't easy" est l'occasion pour Peter de faire glisser le bottleneck fiévreusement sur le manche. Le bord du Mississipi n'est pas loin !!

Qu'il est bizarre de voir les BRMC jouer une musique si enjouée ! Le public accueille chaleureusement les titres mais reste timide. Il manque l'étincelle …

Puis le groupe se décide (enfin) à entamer leurs précédents disques et incise dans le vif avec "Love burns". La différence est flagrante, le rock est bel et bien de retour.

Le trio basique ainsi reformé, on assiste à une montée en puissance qui, en passant par "White Palms", atteint l'apogée sur "Whatever Happened To My Rock And Roll (punk song)". Le public en transe donne dans le mouvement chaotique et autre slams.

Paraît-il que c'est dans les vieux pots que l'on fait la meilleure soupe ! En tout cas il semble que ce soit l'avis du public qui n'attendait que ça pour exploser littéralement.

Mais puisque Howl est leur petit dernier, il leur faut bien alterner les titres et les albums. Les BRMC souffleront ainsi le chaud et le froid, enchaînant le rock sombre et déchaîné de leurs débuts ("US gouvernment", "Six Barrell Shotgun", tendance punk) et celui plus roots du présent ("Still suspicion", "Synpathic noose").

Après une heure de montagnes russes musicales, Robert se met au piano et Peter empoigne son trombone pour un final en douceur avec l'imparable ballade "Promise".

Le public réclame un rappel, mais le groupe se fait attendre. L'atmosphère devient électrique. Ils reviennent finalement pour dispenser "Spread Your Love", mélange de "On the road again" en version énervée et de glam.

Le concert se conclut comme il avait commencé, avec Peter Hayes, seul sur scène qui interprète "Open invitation", le morceau caché de l'album.

Penché sur son instrument (une sorte d'accordéon posé à terre) il geint avec une voix cassée sa complainte qui finit sur ces paroles qui résonnent dans la salle : " Don't you feel alone/I'll be standing with your sorrow/ Oh he's left me's gone away tomorow/And we maynever be here again/ We may never be here again”.

SetList : Complicated Situation / Fault Line / Devils waitin / Shuffle your Feet / Ain't no easy way / Love bur ns / White palms / Punk song / Howl / As sure as the sun / Weight of the world / u.s gouvernment (alt) / Six barrell shotgun / Still Suspicion / /Sympathic noose / Promise / Spread your Love / Stop / Gospel / The Line / Heart and soul / Open invitation

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stop EP de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Take Them On, On Your Own de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Howl de Black Rebel Motorcycle Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Black Rebel Motorcycle Club en concert à l'Elysée Montmartre (23 novembre 2003)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet
L'interview de Black Rebel Motorcycle Club (juillet 2005)

En savoir plus :

Le site officiel de BRMC

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=