Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Rebel Motorcycle Club - Saibu
Elysée Montmartre  (Paris)  2 novembre 2005

A l'occasion de la sortie de Howl, les BRMC nous avaient accordé une interview où ils nous parlaient entre autres de leurs influences et du virage musical que constituait leur dernier album.

Cet opus, mélange de rock sudiste, gospel, country et folk marquait bel et bien une rupture avec le style sombre et noisy de leurs deux premiers opus et n'allait pas manquer de surprendre nombre de fans.

Quelques mois ont passé durant lesquels on a attendu avec impatience de voir sur scène comment allait pouvoir s'opérer l'alchimie entre ces deux facettes du groupe !

Car à l'écoute de l'album, il faut bien avouer que l'on se demandait s'ils n'avaient pas un peu perdu de Black et de Rebel pour juste garder du Motorcycle Club.

Et nous voilà aujourd'hui aux portes de L'Elysée Montmartre…

Alors que la salle n'affiche pas encore complet, les cinq membres de Saïbu investissent la scène.

Qu'il est dur de paraître original de nos jours ! Ainsi, faisant fi de toute retenue et voulant peut-être faire passer un message qui aura échappé au plus grand nombre d'entre nous, le clavier est masqué d'un élégant passe-montagne bleu ciel et d'un hochet lumineux.

Mais le but est sans doute atteint puisque finalement on en parle.

Groupe français, ils chantent évidemment en anglais et nous proposent du pop-rock qui ne s'aventure pas trop loin des sentiers battus.

Le clavier est là pour imprimer une petite mélodie gimmick au morceau et tente parfois la dissonance tandis que la guitare soutient la rythmique.

L'ensemble se tient et permet plaisamment d'attendre la suite.

La salle s'est enfin remplie, aucun blouson noir à l'horizon, mais un public assez hétérogène composé de fans de la première heure et de nouveaux, alléchés par l'album Howl.

Y'a t'il compatibilité ?

C'est Peter Hayes, chanteur guitariste qui ouvre le bal.

Un peu à la manière d'un Dylan, il s'avance avec sa guitare acoustique et son harmonica.

Sans discours inutile, il arme son bras, prend son souffle et entame "Complicated Situation" tiré du dernier album.

Suivent "Fault Line" et "Devils Waitin" qui voit l'arrivée des autres membres du groupe (plus un musicien additionnel). Nick Jago derrière ses fûts et Robert Turner à la basse, le groupe est au complet, les choses sérieuses vont pouvoir commencer!

Et c'est dans un déluge de lumière blanche qu'ils entament à trois guitares un "Shuffle your feet" au rythme enlevé. La batterie du pourtant bien frêle Nick se fait lourde et "It ain't easy" est l'occasion pour Peter de faire glisser le bottleneck fiévreusement sur le manche. Le bord du Mississipi n'est pas loin !!

Qu'il est bizarre de voir les BRMC jouer une musique si enjouée ! Le public accueille chaleureusement les titres mais reste timide. Il manque l'étincelle …

Puis le groupe se décide (enfin) à entamer leurs précédents disques et incise dans le vif avec "Love burns". La différence est flagrante, le rock est bel et bien de retour.

Le trio basique ainsi reformé, on assiste à une montée en puissance qui, en passant par "White Palms", atteint l'apogée sur "Whatever Happened To My Rock And Roll (punk song)". Le public en transe donne dans le mouvement chaotique et autre slams.

Paraît-il que c'est dans les vieux pots que l'on fait la meilleure soupe ! En tout cas il semble que ce soit l'avis du public qui n'attendait que ça pour exploser littéralement.

Mais puisque Howl est leur petit dernier, il leur faut bien alterner les titres et les albums. Les BRMC souffleront ainsi le chaud et le froid, enchaînant le rock sombre et déchaîné de leurs débuts ("US gouvernment", "Six Barrell Shotgun", tendance punk) et celui plus roots du présent ("Still suspicion", "Synpathic noose").

Après une heure de montagnes russes musicales, Robert se met au piano et Peter empoigne son trombone pour un final en douceur avec l'imparable ballade "Promise".

Le public réclame un rappel, mais le groupe se fait attendre. L'atmosphère devient électrique. Ils reviennent finalement pour dispenser "Spread Your Love", mélange de "On the road again" en version énervée et de glam.

Le concert se conclut comme il avait commencé, avec Peter Hayes, seul sur scène qui interprète "Open invitation", le morceau caché de l'album.

Penché sur son instrument (une sorte d'accordéon posé à terre) il geint avec une voix cassée sa complainte qui finit sur ces paroles qui résonnent dans la salle : " Don't you feel alone/I'll be standing with your sorrow/ Oh he's left me's gone away tomorow/And we maynever be here again/ We may never be here again”.

SetList : Complicated Situation / Fault Line / Devils waitin / Shuffle your Feet / Ain't no easy way / Love bur ns / White palms / Punk song / Howl / As sure as the sun / Weight of the world / u.s gouvernment (alt) / Six barrell shotgun / Still Suspicion / /Sympathic noose / Promise / Spread your Love / Stop / Gospel / The Line / Heart and soul / Open invitation

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stop EP de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Take Them On, On Your Own de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Howl de Black Rebel Motorcycle Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Black Rebel Motorcycle Club en concert à l'Elysée Montmartre (23 novembre 2003)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Black Rebel Motorcycle Club en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet
L'interview de Black Rebel Motorcycle Club (juillet 2005)

En savoir plus :

Le site officiel de BRMC

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=