Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lincoln au Bardo
Georges Saunders  (Editions Fayard)  janvier 2019

N’y allons pas par quatre chemins. S’il est un livre qu’il faut à mon avis absolument lire en ce début d’année 2019, c’est bien l’ouvrage de Georges Saunders, Lincoln au Bardo, publié aux éditions Fayard. Ce livre est tout simplement une expérience littéraire hors du commun, un ouvrage incroyable qui ne ressemble à aucun autre.

Lauréat du Man Booker Prize en 2017, il a déjà connu un immense succès de l’autre côté de l’Atlantique, se vendant à plus de 600 000 exemplaires. Il arrive maintenant en France, traduit par Pierre Demarty, espérant qu’il connaîtra chez nous le succès qu’il mérite.

Georges Saunders est l’auteur de neuf ouvrages, principalement des recueils de nouvelles. Lincoln au Bardo est son premier roman. Il vit dans l’état de New-york et dirige un atelier d’écriture à l’université de Syracuse.

L’histoire se passe à Washington, dans la nuit du 25 février 1862. Dans le paisible cimetière de Oak Hill, non loin de la Maison-Blanche, quelque chose se prépare. Un peu plus tôt ce même jour, on a enterré un petit garçon prénommé Willie, qui n’est autre que le fils du président des Etats-Unis. Ce soir là, Abraham Lincoln, dévasté de chagrin, s’échappe de son bureau pour venir se recueillir en secret sur la sépulture de son enfant.

Il croit être seul - il ne l’est pas. Bientôt, des voix se font entendre, et voici que jaillit des caveaux tout un peuple d’âmes errantes, prises au piège entre deux mondes, dans une sorte de purgatoire, le fameux Bardo de la tradition tibétaine. L’arrivée du jeune Willie va déclencher parmi eux un immense charivari - une bataille épique, reflet d’outre-tombe de la Guerre de Sécession qui, au même moment, menace de déchirer la nation américaine.

C’est donc un somptueux roman choral que nous propose Georges Saunders avec son sublime Lincoln au Bardo, un roman dans lequel de nombreuses âmes coincées au purgatoire se retrouvent autour du petit garçon du président des Etats-Unis. En prenant pour point de départ une anecdote historique, la visite de Lincoln devant le caveau de son fils mort à onze ans d’une typhoïde au beau milieu de la Guerre de Sécession, il met en lumière le Bardo qui désigne dans la spiritualité bouddhiste le lieu et l’Etat dans lequel errent les consciences des morts en attente de renaissance.

Le roman se déroule le temps d’une nuit. Ils sont nombreux à s’exprimer, plus de 150 au final. Parmi eux se trouvent trois personnages qui reviennent plus souvent, un brave homme mort à cause d’une poutre qui lui est tombée sur la tête, un autre qui s’est suicidé car il ne pouvait pas vivre son homosexualité et un pasteur. Parmi les autres, des suicidés, des amoureux, des torturés, des condamnables, des coupables et des innocents. Georges Saunders les convoque tous pour la même cause, prendre la parole.

Avec Lincoln au Bardo, Georges Saunders nous offre un roman qui se caractérise par une très grande originalité dans le fond mais aussi dans la forme. Il se caractérise très souvent par un défilé de dialogues entre les différents défunts qui procure au lecteur une expérience de lecture à laquelle il n’est pas habitué. De ses dialogues se dégagent de nombreuses émotions variées qui donnent une réelle dimension à l’ouvrage. Les passages où le président s’adresse à son fils font partie des passages les plus beaux du livre, particulièrement du fait de la difficulté de dialogue entre les deux.

Et en même temps, de ces dialogues se dévoilent une partie de l’histoire des Etats-Unis, notamment celle qui touche la guerre civile et l’esclavagisme qui mettent Lincoln, au moment où il subit un immense chagrin, devant les responsabilités qui sont les siennes.

Georges Saunders ne manque pas d’audace et son ouvrage en est le témoin. Le pari qu’il fait de nous proposer un ouvrage qui aurait tout pour dérouter le lecteur est réussi car son écriture est d’une force incroyable. Son imagination débordante nous offre un spectacle inouï autour de spectres tour à tour inquiétants, hilarants et attendrissants. Il s’amuse à dynamiter tous les registres romanesques pour mieux nous confronter aux plus profonds mystères de notre existence : qu’est-ce que la mort ? Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que l’amour ? Comment vivre et aimer quand nous savons que tout est voué au néant ?

Quel livre donc ! Quelle façon de raconter ainsi le deuil d’un enfant ! Quelle manière de combiner un drame personnel et un drame national !

Lincoln au Bardo est un chef-d’œuvre, un livre que je ne suis pas prêt d’oublier, qui permet au lecteur de sortir de son confort littéraire pour découvrir une autre littérature, originale et puissante, mêlant historique et fantastique, pour un ensemble salutaire et bouleversant.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Georges Saunders
Le Facebook de Georges Saunders


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=