Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks 2005
Dionysos - Alexis HK - Jospeh d'Anvers  (La Cigale (Paris))  3 novembre 2005

Pour le lancement de leur Festival 2005 à la Cigale, placé sous le signe de la chanson française, les Inrocks ne prenaient pas grand risque avec les deux talents confirmés que sont Alexis HK et Dionysos, ce dernier figurant d'ailleurs sur l'affiche du festival en 2002..

Côté nouveautés, pour ouvrir le feu, Joseph d'Anvers œuvre dans la chanson intimo-réaliste qui, à première écoute, ne présente pas de singularité remarquable. En intermède, un inconnu avec une casquette et une chemise de bûcheron canadien et Czir, qui vient de la Drôme précise-t-il, qui écrit des chansons, minimalistes, surtout pour lui. Soit. Un point commun entre ces nouveaux venus remarqués par les Inrocks : le retour de l'harmonica.

La Cigale est bondée à craquer et les premiers rangs de la fosse n'ont de voix que pour réclamer Mathias, le leader de Dionysos, attendu comme le messie. Mais c'est Alexis HK qui arrive.

Ce dernier remarque, avec un peu d'ironie, cet engouement obsessionnel et précise qu'il va nous dispenser un concert énergique, puissant et vibrant pour préparer le public à celui de Dionysos. Pari tenu. Lui qui affectionne le contact avec le public entre les chansons va réduire ses apartés au minimum pour dispenser un set imparable d'une intensité ravageuse qui va scotcher le public.

Car en deux albums, Belle ville et L'homme du moment sorti cette année, il s'est fait plus qu'un prénom avec une voix chaude, une écriture charnelle et caustique et une prestance scénique à la Montand.

En costume cravate sombre, look gendre idéal, Alexis K attaque avec "Nous sommes revenus" qui séduit immédiatement le public pour enchaîner sur un "Gaspard" sur des arrangements latino totalement exubérants.

Vient ensuite un "Coming out" terriblement émouvant qui finit en pied de nez. Le "Je leur dirai plus tard que je suis de droite" devient "Je leur dirai plus tard que je suis délégué UMP au conseil général des Hauts de Seine" déchaînant la liesse générale.

Puis, avec ses musiciens survoltés (Grégoire Riou, Marc Riou, Philippe Letang et Peyo Lissarague), il nous dispense un rap mémorable qui dérape sur une imitation cabrellisante avant de recevoir son invité, Bertrand Belin, qui vient de sortir son premier album et qui sera sur cette même semaine dans une semaine, pour chanter en duo guitare/banjo le superbe "La prunelle de mes yeux" qui lui permet de s'aventurer sur des rythmes plus swing avant de partir pour une ballade moyennageuse avec une nouvelle chanson.

Final avec un "C'que t'es belle" apocalyptique pour un concert impeccable qui reçoit une très chaleureuse ovation du public.

Voici enfin venu le moment tant attendu du concert de Dionysos qui dès son entrée sur scène reçoit une ovation magistrale.

Mathias, ce diable de petit bonhomme tout de noir vêtu, fait une entrée fracassante sur fond de décor à la Tim Burton. La scène n'est pas assez grande pour lui qui saute dans tous les sens, frénétique, vibrionnant, au point qu'il monte sur les enceintes pour mieux voir le public de la fosse, sorte de rite préparatoire à ses désormais fameux sauts de l'ange pour un slam dont il a le secret et qu'il fera à plusieurs reprises à la plus grande joie du public.

Dès son entrée mélodramatique sur les premiers accords de "Giant Jack", premier titre de leur dernier album Monsters in love, le concert prend une tournure frénétique qui ne s'achèvera qu'une heure plus tard dans un maelstrom sonique.

Tous les musiciens, avec en tête la frêle Babet , qu'elle soit au violon, au chant ou au violoncelle utilisé comme une guitare, sont survoltés et chaque morceau composé de brusques montées en déclenchent le délire dans la salle bien décidée à pogoter. Un concert fort, puissant, ahurissant de virtuosité.

Dionysos nous offre le meilleur de son dernier opus, "L'homme qui pondait des oeufs", "Tes lacets sont des fées" et "Mon ombre est personne" et Mathias comme le Mickey de Fantasia nous entraîne dans une extravagante et tumultueuse chevauchée onirique. Mais il sait aussi prendre le temps de se poser pour "Neige" qu'il dédie à son père.

Et fait exceptionnel, il y aura un rappel avec "Tokyo Montana" au cours duquel Mathias fera le tour de la salle en slam et sera hissé par les mains au balcon, faisant confiance au public, et debout au bord du balcon chantera a cappella avant de redescendre par la même voie suspendu dans le vide.

Mathias a survolé la Cigale....

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Whatever the Weather de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love - DVD de Dionysos
La chronique de l'album Eats Music de Dionysos
Dionysos en concert au Festival Solidays 2003
Dionysos en concert à l'Olympia (17 mai 2003)
Dionysos en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival Halloween 2005
Dionysos en concert au Festival Garorock 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dionysos en concert à Oui FM (12 décembre 2007)
Dionysos en concert à Casino de Paris (20 mars 2008)
Dionysos en concert à Zénith (24 avril 2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Dionysos en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Dionysos en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du vendredi
Dionysos en concert à L'Aéronef (jeudi 13 décembre 2012)
La conférence de presse de Dionysos (août 2004)
L'interview de Babet - Dionysos (29 octobre 2005)
La chronique de l'album Belle ville de Alexis HK
La chronique de l'album L'homme du moment de Alexis HK
La chronique de l'album Les Affranchis de Alexis HK
La chronique de l'album Le Dernier Présent de Alexis HK
La chronique de l'album Comme un ours de Alexis HK
Alexis HK en concert à l'Espace Vauban (29 avril 2005)
Alexis HK en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Alexis HK en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Alexis HK en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
Alexis HK en concert au Festival des Oreilles en Pointe 2011 (21ème édition)
Alexis HK en concert au Casino de Paris (mercredi 19 juin 2013)
L'interview de Alexis HK (29 avril 2005)
La conférence de presse de Alexis HK (9 juillet 2005)
La chronique de l'album Les choses en face de Joseph d'Anvers
La chronique de l'album Les Jours Sauvages de Joseph D'Anvers
La chronique de l'album Rouge Fer de Joseph d'Anvers
La chronique de l'album Les Matins Blancs de Joseph d'Anvers
Joseph d'Anvers en concert à La Maroquinerie (19 janvier 2006)
Joseph d'Anvers en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (jeudi)
Joseph d'Anvers en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Joseph d'Anvers en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Joseph d'Anvers (décembre 2005)
L'interview de Joseph d'Anvers (27 avril 2006)
L'interview de Joseph D'Anvers (8 juillet 2008)
L'interview de Joseph d'Anvers (9 mars 2011)
L'interview de Joseph d'Anvers (jeudi 12 mars 2015)

En savoir plus :

Le site officiel de Dionysos
Le site officiel d'Alexis HK
Le site officiel de Joseph d'Anvers


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Joseph d'Anvers (12 mars 2015)
Joseph d'Anvers (9 mars 2011)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=