Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La transparence selon Irina / Une année de cendres
Benjamin Fogel - Philippe Huet  (Editions Rivages)  mars 2019

Benjamin Fogel est confondateur des éditions Playlist Society, il a déjà publié un récit sur les figures phares du mouvement punk, Le renoncement de Howard Devoto. Avec son nouvel ouvrage publié aux éditions Rivages, La transparence selon Irina, qui mêle anticipation sociale, thriller et roman psychologique, il cherche à dépeindre avec la plus profonde justesse le monde de demain, qui est déjà presque le nôtre, à l’heure du développement fulgurant des réseaux et de l’intelligence artificielle.

L’histoire se passe en 2058. Internet tel que nous le connaissons n’existe plus. Il a été remplacé par "le réseau" qui a inauguré l’ère de la transparence. Toutes les données de chacun sont désormais accessibles publiquement.

Pour préserver une forme d’intimité, un certain nombre de gens choisissent d’évoluer sous pseudo dans la "vie réelle". C’est le cas de Camille Lavigne, qui se fait appeler Dyna Rogne dans la réalité. Sur le réseau, Camille vit sous l’emprise d’une brillante intellectuelle nommée Irina Loubovsky. Mais plus Camille cherche à cerner Irina, plus l’objet de sa fascination semble se dérober.

Hors du réseau, Camille entretient des liens d’amitié avec Chris Karmer, un policier chargé de traquer  "les obscuranets", insaisissable groupe terroriste qui veut mettre à bas le système. Un jour, Karmer trouve la mort dans des circonstances très mystérieuses.

Ce qui frappe d’abord dès la fin du livre, c’est que ce que nous raconte l’auteur se situe au final dans un avenir très proche car au final, 2058 n’est pas non plus le bout du monde. Et comme l’ouvrage traite de la transparence, un phénomène déjà beaucoup trop mis en avant de nos jours à mon goût, je dois bien avouer que cet ouvrage d’anticipation m’a beaucoup fait réfléchir.

Alors évidemment ce livre reste une fiction, portée par une dimension "thriller" avec le meurtre du policier mais elle nous interroge néanmoins sur l’avenir, sur les méfaits et les bienfaits des différents réseaux (on pense aux réseaux sociaux notamment) et de la transparence.

Le livre comporte aussi une excellente réflexion sur la notion d’anonymat qui, elle aussi, est au cœur de l’actualité, permettant notamment, toujours sur les réseaux sociaux, à certains de pouvoir s’exprimer comme bon lui semble, sans prendre de risques sur des contenus souvent nauséabonds.

Le livre enfin, et c’est aussi une de ses grandes qualités, comporte une dimension polar parfaitement réussie avec une véritable intrigue construite à l’intérieur d’éléments de réflexion qui font que le lecteur se retrouve happé par l’histoire, par la mort suspecte du policier. Il a donc toute sa place dans la collection Rivages Noir et au milieu d’autres collections regroupant divers essais sur le futur.

C'est donc un roman d’une très grande intelligence que celui que nous propose Benjamin Fogel avec La transparence selon Irina, un roman enthousiasmant et plaisant à lire sur l’évolution des relations humaines dans un futur proche, dominées par le numérique et les réseaux sociaux.

Toujours dans la collection Rivages Noir mais en changeant d’époque et de lieu, Philippe Huet nous propose un nouveau polar made in Normandie. Philippe Huet a été grand reporter, rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie et il connaît la ville du Havre sur le bout des doigts, ville dont il a déjà exploré l’histoire criminelle avec finesse et acuité.

Avec Une année de cendres, il nous embarque logiquement vers la ville du Havre, théâtre de son nouveau polar. L’histoire débute à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec l’arrivée au Havre d’envoyés de la dynastie Guerini de Marseille qui ont pour ambition d’y établir un empire du jeu et de nombreux trafics.

Vingt ans plus tard, les parrains locaux ont vieilli et sont en passe de se faire doubler par le gang des libanais qui contrôle la drogue. Un conflit entre les anciens et les modernes se met en place, débouchant sur de mortels coups tordus, peuplés d’invités non prévus dont Gus, un journaliste teigneux et ambitieux, qui a la passion de l’enquête chevillée au corps ou encore son ami Cozzoli, un jeune inspecteur de police corse.

C’est donc, après avoir lu l’ouvrage de Benjamin Fogel qui nous plonge en 2058, un bond en arrière dans le temps de près d’un siècle que j’ai effectué avec la lecture de ce très bon polar. Retour en arrière agréable donc, tant il est fort plaisant au départ de voir l’évolution de deux vieux truands originaires de Corse qui ont décidé de s’installer au Havre pour y développer leur trafic.

Prenant de l’âge, et avec en toile de fond l’évolution technique du Port du Havre qui dans les années 70 voit apparaître un nouveau mode de transport de marchandises avec la mise en place de la conteneurisation. Ces conteneurs vont permettre de développer de nouveaux trafics, notamment la drogue entre le Havre et New-York notamment. Evidemment, les caïds marseillais et Corses ne vont pas être les seuls a vouloir profiter du marché et du Port du Havre et vont très vite se faire concurrencer par le gang des Libanais.

Les uns vont vouloir se débarrasser des autres, fomentés des plans diaboliques pour amener la police vers son ennemi sauf qu’à chaque fois des quiproquos ou des grains de sable viennent enrayer leurs dynamiques. L’ensemble se passant dans cette vieille ville du Havre, au lendemain de la guerre qui l'a presque totalement détruite.

Les cadavres pleuvent, la drogue coule à flot. Malfrats, journalistes et policiers se croisent dans un livre qui fleure bon le vieux polar, où les enquêteurs ont un stylo et un carnet pour enquêter et non pas des portables et des ordinateurs.

Je n’avais encore jamais lu cet auteur que je découvre donc avec cet ouvrage. J’aime assez l’ambiance qui se dégage de ce polar autour de la french connection et de ses personnages truculents, plein de gouaille. J’aime aussi la passion qui se dégage du livre autour du Havre, ville qui semble important aux yeux de l’auteur, qui est presque un personnage à part entière du livre. Philippe Huet a presque réussi à me rendre sympathique cette ville, moi le natif de Caen (peu objectif donc), sa voisine normande.

Une année de cendres est donc un ouvrage qui devrait séduire les adeptes des polars à l’ancienne reposant sur des personnages haut en couleurs, des dialogues ciselés, drôles et touchants.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Benjamin Fogel


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=