Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Belgian Rules, Belgium Rules
Grande Halle de la Villette  (Paris)  mars 2019

Spectacle conçu et mis en scène par Jan Fabre interprété par Lore Borremans, Annabelle Chambon, Cédric Charron, Anny Czupper, Conor Doherty, Stella Höttler, Ivana Jozic, Gustav Koenigs, Chiara Monteverde, Andrew Van Ostade, Pietro Quadrino, Annabel Reid, Ursel Tilk, Irene Urciuoli et Kasper Vandenberghe.

Avec "Belgian Rules, Belgium Rules", le metteur en scène, chorégraphe et plasticien anversois Jan Fabre dégoupille les clichés attachés à la Belgique réduite à un menu "junk food" frites gaufres et bière et aux histoires belges souvent considéres comme la caricature d'une stupidité atavique alors qu'elle révèle une qualité rare, l'humour surréaliste.

Relevant de surcroît le défi de l'oeuvre d'art total, il livre un spectacle pluridisciplinaire époustouflant aussi jubilatoire et festif que poétique et érudit, iconoclaste et libertaire, réaliste et utopique, qui consiste en une performance marathonnienne de près de quatre heures qui passent comme un rêve éveillé pour une ode d'amour - un amour inconditionnel et néanmoins lucide - pour son pays peuplé, indique-t-il, "de misérables fraudeurs, de bouffeurs invétérés de patates, ou bien encore de porcs en smokings et autre clergé des gardiens véreux".

Celle-ci se déroule en quatorze chapitres déployés en plus d'une quarantaine de séquences pour retracer de manière chronologique, entre splendeurs et misères, le modus vivendi atypique et quasiment unique d'un pays de contrastes, de contradictions et de confrontations liés à son origine, issu au milieu du 19ème siècle de la révolution et de la folie du théâtre, de l'agrégat de trois communautés - dont témoignent les couleurs du drapeau national avec lenoir du charbon wallon, le jaune de la pomme de terre flamande et le rouge de la brique allemande - à l'héritage historique et culturel différent et où coexiste une multiplicité de nationalités.

Des splendeurs inscrites dans l'Histoire de l'Art avec les maitres de la peinture, Van Eyck, Brueghel l'ancien et Rubens aux phares de la peinture moderne de Félicien Rops, James Ensor, Paul Delvaux à René Magritte avec la femme en bleu de "Magie noire" devenue l'équivalent féminin du Manneken-Pis célébrant la pluie omniprésente sur le plat pays mais dont il décline les oeuvres en tableaux vivants en résonance avec des événements historiques et socio-politiques.

Ainsi la "Vénus en manteau de fourrure" de Rubens se dévoile arborant un fusil rappelant que la Belgique figure en tête de peloton de l'industrie de l'armement comme les "Noeuds roses" Paul Delvaux renvoie à l'industrie du sexe et comme à la tragédie de Ypres, ville gazée pendant la Première guerre mondiale, le banquet à la Ensor célébrant l'anniversaire de la mort.

Jan Fabre revisite à cette même aune la culture populaire belge de prédilection, le carnaval dans ses variantes locales depuis le célèbre Carnaval de Binche inscrit par l'Unesco au patrimoine oral et immatériel de l'Humanité avec ses Gilles bouffons ensabotés portant un casque de plumes digne d'une meneuse de revue jusqu'aux Noirauds de Bruxelles qui rapellent la colonisation belge en Afrique.

Mais point trop ne faut en dévoiler pour en laisser la primeur au spectacteur dont l'attention est sans cesse sollicitée, aucun élément n'étant anodin ou purement décoratif, car Jan Fabre explore des thèmes sensibles tels ceux de l’identité nationale et des dérives sociétales.

Homme de scène, il dresse également un panorama du théâtre du 20ème siècle - avec le théâtre de la cruauté, celui de la mort et celui de l'image en espérant la venue du théâtre de l'amour - dispensé par un hérisson, animal emblématique de la Belgique qui , comme le pigeon qui souffre du paradoxe entre amour des colomphiles et haine des autres le vilipendant comme "conchieur de toits", constitue le héraut de judicieux intermèdes anthropomorphiques.

Appuyés par les partitions textuelle de Johan de Boose et musicale de Raymond van het Groenewoud et Andrew Van Ostade largement inspirée des rythmes fanfaronesques et les superbes costumes confectionnés par Kasia Mielczarek, Maarten Van Mulken et Jonne Sikkema, fresques, défilés, parades, tableaux animés, apparitions et évocations empruntent tous les registres du clown au drame, et, à l'outrance carnavalesque et au grotesque répondent le sublime d'une esthétique époustouflante et la maîtrise rythmique tel pour le ballet des drapeaux.

Les quinze danseurs-performeurs talentueux de la troupe de la Compagnie Troubleyn/Jan Fabre, auxquels se joint Andrew Van Ostade pour quelques mémorables apparitions, déploient une énergie et une résistance physique que Jan Fabre éprouve sans ménagement à trois reprises, lors de l'énoncé des "tables de la loi" de la belgitude, les fameuses règles édictant interdictions et obligations auquel il propose de substituer celles des possibles, dans d'épuisantes scènes répétitives dont le fitness collectif avec deux casiers à bouteilles de bière faisant office de poids.

Et, avec le pigeon devenu colombe de la paix, de conclure qu'il est possible d'être belge !

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=