Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Nabis et le décor
Musée du Luxembourg  (Paris)  Du 13 mars au 30 juin 2019

Le peintre Paul Sérusier, admirateur de Gauguin rencontré à Pont Aven, produit en 1888 le tableau "le Talisman" qui constitue l'acte fondateur du Club des cinq des Nabis fondé avec Pierre Bonnard, Maurice Denis, Henri-Gabriel Ibels et Paul-Élie Ranson, rejoints ensuite notamment par Armand Seguin, Édouard Vuillard, Ker-Xavier Roussel et Félix Vallotton.

Une des préoccupations de ces artistes tient au renouvellement de l’esthétique de la peinture décorative dans le sillage anglo-saxon du rapprochement des Beaux Arts et des arts décoratifs pour laquelle le Musée du Luxembourg présente l'exposition dédiée "Les Nabis et le décor" organisée conjointement par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais l'Etablissement public des Musées d'Orsay et de l'Orangerie.

Les deux intérêts majeurs de la monstration tiennent à sa thématique inédite en France et à la réussite des commissaires, Isabelle Cahn et Guy Cogeval, respectivement conservatrice générale des peintures au Musée d'Orsay et directeur du Centre d'études des Nabis et du symbolisme, pour la réunion des panneaux disséminés de grands ensembles emblématiques.

La décor Nabi ou la belle vie

Le dénominateur commun des Nabis, dont chacun garde sa singularité artistique, réside en l'affiliation au synthétisme prôné par Gauguin et Emile Bernard, caractérisé par la rupture avec l'espace illusionniste, et donc les pratiques analystes et impressionnistes, et l'adoption de procédés picturaux novateurs tenant notamment à la simplification des formes et l'utilisation de la vertu expressive des couleurs pures posées en aplats qui empruntent, en un temps de vogue du japonisme, à la singularité des images du "monde flottant" avec la perspective sans profondeur et la souplesse des lignes.

Ce qui se traduit dans le registre décoratif par une peinture figurative avec des scènes de genre déployées en fresque de format vertical à l'instar du kakémono qui, toutefois, ne constituent pas une simple image même si Maurice Denis affirme qu'"un tableau est d'abord essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées".

Car pour eux l'art est investi d'une finalité, voire d'une mission, spirituelle ou philosophique qui les rapproche du symbolisme. Et ce du profane ou sacrée, du "moyen de communication entre les âmes" pour Paul Sérusier à la conception de la peinture comme art essentiellement religieux et chrétien de Maurice Denis.

Quant aux thèmes, les Nabis héritent de ceux traités par les impressionnistes. Ainsi, celui de la femme avec la belle série de quatre panneaux en volets de paravent des "Femmes au jardin de Pierre Bonnard ("Femme à la robe à pois blanc", "Femme assise au chat", "Femme à la pélerine" et "Femme à la robe quadrillé") qui ouvre le parcours.

Si ces femmes conservent une certaine épaisseur charnelle, celles désincarnées de "L'éternel Eté" de Maurice Denis figurant sur les études préparatoires réunies en paravent qui étaient destinées à un salon de musique se réfèrent à des créatures célestes.

Autre thème impressionniste omniprésent, la nature. Il est décliné en version parc public par Eugène Vuillard, lieu de promenade dans lequel s'ébattent les enfants et papotent les nourrices, qu'il traite en panoramique avec une harmonique de beige, vert et bleu animé par quelques pointes de rouge, avec des compositions autonomes mais reliées par le sol et le ciel.

Quant à Pierre Bonnard, il préfère le jardin en camaïeu verdoyant avec la série bucolique de la cueillette des pommes qui immerge le spectateur dans la plénitude et la quiétude d'une journée d'été.

Ces ensembles destinés à des intérieurs bourgeois en retrace le caractère aisé et feutré, voire calfeutré, que Pierre Bonnard retrace avec ses "Personnages dans un intérieur", cerné par la frise du plafond et le tapis dans une gamme de coloris sourds avec une inflation de motifs floraux, inspiré du motif médiéval des "mille fleurs" et dans lequel est immergée la femme dans ses activités d'agrément.

Et quand le Nabi se penche sur la condition plébéienne, il l'idéalise tel Paul Ranson avec son ensemble consacré aux travaux des champs attribués aux femmes.

La monstration s'achève sur les sept panneaux monumentaux réalisés par Maurice Denis, peintre chrétien surnommé le "Nabi aux belles icônes", sur le thème de la chasse à courre imposé par son commanditaire dans laquelle il parvient à introduire, outre une métaphore de la quête spirituelle, une ode à la vision et à la conversion du mérovingien Hubert devenu le saint patron des chasseurs.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=