Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Styx
Wolfgang Fischer  mars 2019

Réalisé par Wolfgang Fischer. Allemagne/Autriche. Drame. 1h34 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Susanne Wolff, Gedion Oduor Wekesa, Alexander Beyer, Inga Birkenfeld et Anika Menger.

En vibrant aux aventures tragiques de Rike dans "Styx" de Wolfgang Fischer, on sera une fois de plus convaincu que le cinéma est l'art le mieux placé pour parler du présent, de l'actuel.

En l'occurrence, pour aborder la question récurrente des migrants traversant les mers dans des conditions effroyables. Rike, urgentiste allemande, la quarantaine naissante, aime les voyages en solitaire à bord de son voilier, l'"Asa Gray". Elle a prévu de partir de Gibraltar, pour atteindre en pleine Atlantique, une île proche de Sainte-Hélène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu...

A la suite d'une tempête, elle se retrouve tout près d'un cargo à la dérive rempli de plusieurs centaines de migrants. Dès lors, Rike est prise entre deux feux : soit répondre aux "help" insistants des désespérés, soit assurer sa sécurité et celle de son voilier qui ne pourra pas accueillir tous les malheureux sans couler à son tour.

En s'approchant, elle suscite d'ailleurs un faux espoir : quelques migrants tentent de rejoindre l'"Asa Gray" et périssent avant de l'atteindre, à l'exception d'un jeune garçon.

Le film est alors une espèce de huis clos en pleine mer, un suspense très fort et très éprouvant. Pour sauver le jeune garçon, Rike doit d'abord le hisser sur son embarcation, le réchauffer, lui prodiguer les premiers soins... Ces opérations vont l'occuper un bon moment et l'on va partager un à un tous les efforts qu'elle doit consentir pour parvenir à le sauver.

Un troisième protagoniste va constamment intervenir pour "raisonner" Rike : la radio. Elle a prévenu les autorités espagnoles ou anglaises, et celles-ci s'empressent de lui demander de... ne rien faire. Ce sera aussi le cas d'un cargo qui se rapprochait d'elle et qui appartient à une compagnie qui "ne prend pas de migrants à la dérive".

Dans la longue liste des films qui traitent du même sujet, "Styx" de Wolfgang Fischer tranche nettement parce qu'il a trouvé le biais pour que le spectateur se sente concerné.

Devant le courage et la détermination de l'urgentiste allemande, chacun, même le plus rétif à l'accueil des migrants, comprendra ses dilemmes, appréciera son esprit d'à-propos et reconnaîtra que face au réel il n'y a plus d'absolu et qu'il faut simplement agir. Le couple qu'elle forme avec le petit rescapé est aussi très fort et pas gnangnan.

Sans doute le petit ado africain, qu'elle a soigné et qui était quelques minutes avant aux portes de la mort, est sur pied bien vite pour lui porter la contradiction, mais on pardonnera bien vite au scénariste cette petite incohérence.

Car "Styx" de Wolfgang Fischer est une leçon d'humanité. Certes, la période où Madame Angela Merkel a bien voulu accueillir pléthore de migrants a été courte et elle est aujourd'hui révolue. Il en reste forcément quelque chose et ce film, dont le titre évoque le final très cru, en porte les traces.

On pourra aussi s'amuser de la scène, où Rike, devant se faire obéir du jeune garçon qui a tenté de ramener l'"Asa Gray" à la portée du cargo en détresse, se met soudain à l'engueuler en allemand alors qu'elle lui parlait jusque-là doucement en anglais.

Reste que "Styx" de Wolfgang Fischer est à la fois un film qui parle au cœur et qui donne à voir du spectacle. Que demander de plus, sinon répéter le vœu pieux selon lequel plus un seul de ces hommes et de ces femmes qui embarquent sur des rafiots de fortune ne doit périr en mer. On en est loin.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=