Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Synonymes
Nadav Lapid  mars 2019

Réalisé par Nadav Lapid. France/Israel/Allemagne. Drame. 2h03 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Tom Mercier, Quentin Dolmaire, Louise Chevillotte, Christophe Paou, Uria Hayik, Léa Drucker, Yehuda Almagor et Olivier Loustau.

"Le Policier", "L'institutrice", "Journal d'un photographe de mariage", les films précédents de Nadav Lapid n'étaient déjà pas des films communs. On y avait vu un cinéaste majeur en rôdage, en formation.

Avec "Synonymes", la chrysalide est finie. En quelques plans de Yoar nu dans le grand appartement vide, on sait qu'on est devant un cinéma pas commode, retors à la paresse normale du spectateur assis confortablement dans son fauteuil.

Ici, il va falloir décrypter, prendre parti, comprendre ou se méprendre, aimer ou détester, crier au génie ou à la mystifcation, fourbir une critique ou une apologie. Bref, regarder l'image ne suffira pas : il va falloir penser.

Devant ce jeune homme à l'accent indéfinissable, dont on n'ose pas dire qu'il a quelque chose de germanique, on est franchement mal à l'aise. Il faut dire qu'il est en colère permanente, qu'il crie, qu'il hurle, qu'il invective. En contrepoint ses "hôtes", Emile et Caroline sont d'un calme presque angoissant, d'une froideur qui cache quelque chose.

Dans la paranoïa que diffuse Yoar, on se met à imaginer que les deux jeunes grands bourgeois, qui "pourrissent" le jeune israélien d'argent et de bienveillance, appliquent un stratagème, cherchent à se faire pardonner – allez, on se risque - le passé pétainiste de leur lignée...

Dans "Synonymes" de Nadav Lapid, on ne peut s'empêcher de penser que Yoar revient sur le lieu du crime. Voulant "fuir" Israël, il revient au pays de l'intranquillité permanente, celui où la fuite est impossible. Il a besoin de chercher ses mots, d'en percevoir le vrai sens pour étancher sa soif de vérité.

Ce névrosé est en thérapie au pays des dictionnaires. D'où son besoin d'égréner des litanies de synonymes même si, finalement, il se trompe sans doute dans sa démarche... Ce dont il a besoin, ne serait-ce pas d'antonymes ? La haine ne serait-elle pas de l'amour, la liberté l'autre nom de l'oppression ?

Formellement,le film est d'une grande force avec ses changements de rythme, ses plans de Paris jamais insignifiants. Que dire aussi des scènes dans le métro dont on ignore si elles sont jouées ou improvisées ? "Synonymes" de Nadav Lapid est une œuvre pleine de surprises.

On n'oubliera pas Yoar au cours d'instruction civique pour étrangers voulant acquérir la nationalité française... Pas plus que le moment, où il "libère" ceux qui veulent partir en Israël...

Il faut souligner la puissance de l'acteur qui l'incarne, Tom Mercier. Capable de tout mais maîtrisant constamment son imprévisibilté, il alterne tension et relâchement à l'instar des grands comédiens. En même temps qu'un grand film, "Synonymes" de Nadav Lapid permet de découvrir sa personnalité hors pair.

Double raison d'aller voir cette œuvre qui a gagné l'Ours d'or à Berlin, en se laissant guider par son mystère et surtout en ne tentant pas de le résoudre de manière manichéenne. Dans son combat France-Israël, Yoar ne compte pas les points. A la fin, il n'y aura ni vainqueur ni vaincu, mais un homme fragile en reconstruction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=