Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Synonymes
Nadav Lapid  mars 2019

Réalisé par Nadav Lapid. France/Israel/Allemagne. Drame. 2h03 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Tom Mercier, Quentin Dolmaire, Louise Chevillotte, Christophe Paou, Uria Hayik, Léa Drucker, Yehuda Almagor et Olivier Loustau.

"Le Policier", "L'institutrice", "Journal d'un photographe de mariage", les films précédents de Nadav Lapid n'étaient déjà pas des films communs. On y avait vu un cinéaste majeur en rôdage, en formation.

Avec "Synonymes", la chrysalide est finie. En quelques plans de Yoar nu dans le grand appartement vide, on sait qu'on est devant un cinéma pas commode, retors à la paresse normale du spectateur assis confortablement dans son fauteuil.

Ici, il va falloir décrypter, prendre parti, comprendre ou se méprendre, aimer ou détester, crier au génie ou à la mystifcation, fourbir une critique ou une apologie. Bref, regarder l'image ne suffira pas : il va falloir penser.

Devant ce jeune homme à l'accent indéfinissable, dont on n'ose pas dire qu'il a quelque chose de germanique, on est franchement mal à l'aise. Il faut dire qu'il est en colère permanente, qu'il crie, qu'il hurle, qu'il invective. En contrepoint ses "hôtes", Emile et Caroline sont d'un calme presque angoissant, d'une froideur qui cache quelque chose.

Dans la paranoïa que diffuse Yoar, on se met à imaginer que les deux jeunes grands bourgeois, qui "pourrissent" le jeune israélien d'argent et de bienveillance, appliquent un stratagème, cherchent à se faire pardonner – allez, on se risque - le passé pétainiste de leur lignée...

Dans "Synonymes" de Nadav Lapid, on ne peut s'empêcher de penser que Yoar revient sur le lieu du crime. Voulant "fuir" Israël, il revient au pays de l'intranquillité permanente, celui où la fuite est impossible. Il a besoin de chercher ses mots, d'en percevoir le vrai sens pour étancher sa soif de vérité.

Ce névrosé est en thérapie au pays des dictionnaires. D'où son besoin d'égréner des litanies de synonymes même si, finalement, il se trompe sans doute dans sa démarche... Ce dont il a besoin, ne serait-ce pas d'antonymes ? La haine ne serait-elle pas de l'amour, la liberté l'autre nom de l'oppression ?

Formellement,le film est d'une grande force avec ses changements de rythme, ses plans de Paris jamais insignifiants. Que dire aussi des scènes dans le métro dont on ignore si elles sont jouées ou improvisées ? "Synonymes" de Nadav Lapid est une œuvre pleine de surprises.

On n'oubliera pas Yoar au cours d'instruction civique pour étrangers voulant acquérir la nationalité française... Pas plus que le moment, où il "libère" ceux qui veulent partir en Israël...

Il faut souligner la puissance de l'acteur qui l'incarne, Tom Mercier. Capable de tout mais maîtrisant constamment son imprévisibilté, il alterne tension et relâchement à l'instar des grands comédiens. En même temps qu'un grand film, "Synonymes" de Nadav Lapid permet de découvrir sa personnalité hors pair.

Double raison d'aller voir cette œuvre qui a gagné l'Ours d'or à Berlin, en se laissant guider par son mystère et surtout en ne tentant pas de le résoudre de manière manichéenne. Dans son combat France-Israël, Yoar ne compte pas les points. A la fin, il n'y aura ni vainqueur ni vaincu, mais un homme fragile en reconstruction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=