Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Schütte - Trois Actes
Monnaie de Paris  (Paris)  Du 15 mars au 16 juin 2019

Après, et entre autres, l'italien Maurizio Cattelan*, l'indien Subodh Gupta** et l'anglais Grayson Perry***, la Monnaie de Paris poursuit son périple international de l'art contemporain et de ses figures emblématiques avec une première rétrospective parisienne consacrée à l'allemand Thomas Schütt.

Nonobstant sa renommée internationale, si ses oeuvres sont très présentes dans les collections tant privées que muséales, et, depuis 2017, dans l'espace public français avec un exemplaire unique de la sculpture "Weinende Frau Nr. VI - La femme qui pleure" installée dans la ville de Chagny en Bourgogne-Franche-Comté, elles sont moins connues du grand public ou du moins, pour certaines, difficilement rattachées à son nom tant l'homme s'avère discret.

Bienvenue est donc cette rétrospective dont l'intitulé "Thomas Schütte - Trois actes" renvoie à une de ses œuvres historiques "Dreiakter", oeuvre de jeunesse réalisée en 1982, significative de parti-pris formels érigés en fondamentaux.

Conçue comme un triptyque selon un dispositif peinture-installation avec trois toiles monumentales en résonance avec une scénette miniature en bois découpé, elle est conçue comme une dénonciation satirique de la reconstruction économique et des symboles nationaux de l'essor économique représenté par la production industrielle en série ("1. Akt"), le sigle de la frime automobile Volkswagen ("2. Akt") et la victoire avec le pavois de drapeaux ("3. Akt").

Cette référence annonce la démarche des commissaires de mettre en exergue la caractéristique principale de l'oeuvre protéiforme de ce sculpteur, peintre, plasticien et architecte qui tient à sa théâtralité par sa pratique de la mise en scène du drame existentiel.

De plus, Camille Morineau et Mathilde de Croix, respectivement directrice des expositions et des collections et commissaire d'exposition à la Monnaie de Paris, ont placé l'exposition sous un signe trinitaire - "Trois temps, Trois thématiques, Trois niveaux de lecture" - pour appréhender le protocole de l'artiste quant à la mise en espace des oeuvres, la mise en abime du regard et la remise en question permanente du sujet abordé.

Thomas Schütte : "introduire un point d’interrogation tordu dans le monde"

Déployée en trois sections dédiées à la représentation de la figure humaine, de la mort et à l'architecture, la (dé)monstration en 60 pièces, dont 6 produites à l'occasion de l'évènement, complétée par l'installation, en accès libre, de 11 sculptures monumentales dans les cours du bâtiment, dresse un panorama d'une oeuvre sur trois décennies pour laquelle l'auteur indique "créer pour se divertir".

Se divertir sans doute pas dans le sens festif du terme mais pour se détourner, de manière cathartique, d'une angoisse métaphysique, notamment celle de la finitude humaine qui inspire sa première oeuvre "Mein grab" en 1981, la maquette de sa tombe en forme de maison qui s'avère non une modeste stèle mais un gigantesque mausolée représenté sur une toile avec deux personnages pour ancrer les proportions.

Celle-ci se caractérise par la polyvalence artistique sculpture, peinture et installations, le travail sériel sur des thématiques récurrentes, la déclinaison permanente de "modèles" formels élaborés dès sa sortie de l'Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, l'expérimentation de l'échelle, du monumental à la miniature, et la diversité des médiums utilisés, de la pâte à modeler au métal.

Et, très vite au fil de la visite, se dégagent deux constats s'imposent. Considéré comme "le réinventeur de la sculpture", Thomas Schûtte s'inscrit dans l'héritage immémorial de la statuaire figurative. En premier lieu, de la sculpture antique avec les bustes de la série des "Wichte" en céramique des années 1990 ou ceux subséquents en verre de Murano de la série "Glaskopf"

Ensuite, la sculpture classique en ronde-bosse pour les figures masculines, de "L'homme au drapeau","L'homme dans la boue", les "Fratelli", le "Père Patrie" et les récents "Hommes dans le vent" de 2018 et la sculpture moderne avec les corps de femmes sur d'imposants socles métalliques de la série "Frau" qui évoquent celles d’Henry Moore.

D'autre part, la filiation avec l'expressionnisme allemand et le grotesque viennois pour exprimer le monde davantage que le montrer, le ressenti intérieur prévalant sur la réalité figurative, avec des visages aux expressions grimaçantes, avec un vocabulaire primordial ancré dès 1993 avec la série "United ennemies" sous-titrée "A play in ten scenes" de petits bonhommes en pâte Fimo ligotés par paire dont certains en version sculptée en 2011 sont présentés en extérieur.

Quant aux oeuvres non figuratives et aux maquettes d'architecture, dont la "Maison pour une personne" qui ressemble à une lanterne magique et les maisons de vacances pour terroristes aux plans multicolores, elles sont placées sous influence du Bahaus.

Ainsi "Gartzenzwerge" comportant une série de nains de jardin réalisés en 2017 en hommage au décorateur de théâtre et scénographe de ballet Oskar Schlemmer et à son "Ballet triadique" en forme de sculpture chorégraphiée auxquels Thomas Schütte qui ressemblent à des urnes funéraires comme les jarres de l'installation "Family" datant de 1998 mise en regard

Contrairement à ses prédécesseurs,Thomas Schütte n'a pas créé de médaille originale mais la Monnaie de Paris propose la reproduction de quatre de ses aquarelles ("Blume", "Alte Freunde", "Woche" et "Luise") en mini-médailles en forme de jeton de bridge, jeu pratiqué celui-ci, réalisées par ses artisans d'art.

 
* "Maurizio Cattelan - Not Afraid for Love"
** "Subdoh Gupta - Adda/Rendez-vous"
*** "Grayson Perry - Vanité, Identité, Sexualité »

En savoir plus :

Le site officiel de la Monnaie de Paris

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation de la Monnaie de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=