Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hammershøi - Le maître de la peinture danoise
Musée Jacquemart-André  (Paris)  Du 14 mars au 22 juillet 2019

La peinture scandinave s'impose progressivement sur la scène muséale et après la rétrospective consacrée à " Anders Zorn - Le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais en 2017, le Musée Jacquemart-André braque les projecteurs sur un de ses contemporains danois avec la monstration monographique "Hammershøi - Le maître de la peinture danoise".

A la fin du 19ème siècle, Vilhelm Hammershøi (1864-1916) comptait au rang de l'association d'art progressiste qui sera nommée l'Ecole de l'Intérieur de Copenhague en raison de sa prédilection pour la peinture de scène de genre et, plus précisément, de scènes d'intérieur.

Et il en constitue une des figures majeures par son approche radicale qui le fit qualifier de "peintre de l'intériorité" que Jean-Loup Champion, historien de l’art, et Pierre Curie, conservateur du Musée Jacquemart-André qui assurent le commissariat de l'exposition, proposent de (re)découvrir, car peintre peu connu du grand public même s'il est recherché sur le marché de l'art, une de ses oeuvres a été acquise en 2018 par le Getty Museum pour cinq millions de dollars, dans une rétrospective en une quarantaine de tableaux pour la plupart inédits.

Hammershøi, la peinture comme ascèse personnelle

Pour l'homme, le peintre et l'oeuvre surabondent les qualifications et exégèses - peintre neurasthénique, artiste de la solitude, du silence et de la lumière, peinture énigmatique, univers poétique, austérité luthérienne... - et donc rien de moins paradoxal que cette peinture qui s'avère polysémique placée sous le syndrome de l'effacement et de la disparition.

Le parcours permet de constater, en premier lieu, comment Vilhelm Hammershøi s'inscrit dans la tradition, celle du Siècle d'or hollandais avec le double regard, approche de deux réalités celle de l'espace pictural et celle de l'espace hors peinture, et celle de l'Age d'or danois de la première moitié du 19ème siècle, avec modernité dans le registre d'une peinture figurative mais dépourvue de narrativité et de psychologisme avec la désindividualisation de la figure humaine réduite à un modèle qui révèle, dès ses premières oeuvres, des fondamentaux qui s'avèreront immuables.

Au demeurant, celle-ci ne surprend guère après avoir vu ses premiers portraits, portraits de famille ("Trois jeunes femmes") ou d'amis artistes ("Cinq Portraits") qui semblent absents comme étrangers au monde.

Ainsi, le cadrage resserré avec une composition géométrique de lignes verticales et horizontales parfois légèrement twistées par une courbe, qui crée une impression d'enfermement avec la localisation décentrée du personnage héritée de Vermeer ("La liseuse à la fenêtre"), l'invariante chromatique avec une palette quasi monochrome de tons froids dans la gamme des gris et des blancs rehaussée parfois d'une pointe de jaune ou de noir qui ne sont pas les couleurs de "la vraie vie" et induisent simultanément la déréalisation et la distanciation, et, enfin, le traitement géométrique et fragmenté de la lumière.

Si Hammershøi peint des extérieurs, paysage de campagne, de bord de mer ou de ville, son rapport à la nature n'est pas celui de la communion avec l'immanence et ce sont des vues désertes et des villes-fantôme dépourvues de tout pittoresque qui ressortent davantage au registre du paysage intérieur. Quant au genre du nu, pratiqué de manière très ponctuelle, à la sensualité charnelle se substitue une chair clinique inanimée dans une représentation du corps réaliste qui parfois tend vers le marmoréen évoquant une statue.

Homme de l'intériorité, sa prédilection sérielle se porte sur les scènes d'intérieur, au demeurant thème en vogue en son temps. Mais Hammershøi ne s'intéresse pas aux pièces de vie chaleureuses dans lesquelles s'épanouit une vie domestique heureuse avec des présences incarnées à l'instar de celles de ses contemporains Carl Holsøe ("La Femme de l’artiste dressant la table") et Peter Ilsted ("Mère et enfant") mais aux intérieurs dépouillés qu'il met en scène dans les pièces de son appartement-atelier.

En effet, il les réagence, tel un scénographe, comme un décor à l'aménagement toujours sommaire pour les décliner sous différents angles avec, au mieux, une silhouette féminine ("Intérieur avec une femme arrangeant des fleurs dans un vase", "Intérieur Strandgade").

Deuxième variation avec le motif de la femme vue de dos traité tant par les hollandais Vermeer ("Atelier du peintre") et Gerard ter Borch ("La remontrance paternelle", "La femme lisant") , que le danois Christoffer Wilhelm Eckersberg ("Femme à sa toilette").

Et dès 1888, le tableau "La Porte blanche (Intérieur au vieux poêle)" augure de l'intérieur vide, motif emprunté à ses aînés tel par exemple, le hollandais Samuel van Hoogstaten ("Les pantoufles"), qui va devenir emblématique avec des pièces obscures à peine éclairées par la lueur résultant d'une porte ouverte et des enfilades de portes en ligne de fuite sur luen porte fermée.

Vilhelm Hammershøi n'a laissé aucun document personnel ce qui laisse ouvertes les supputations quant à la portée ésotérique et/ou métaphysique de son oeuvre.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Jacquemart-André

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée Jacquemart-André


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=