Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Albert Roussel
Albert Roussel Edition  (Erato)  mars 2019

"Le culte des valeurs spirituelles est à la base de toute société qui se prétend civilisée, et la Musique, parmi les arts, en est l'expression la plus sensible et la plus élevée." Albert Roussel, 1936

2019 marque deux 150ème anniversaires. Celui de la mort de Berlioz et celui de la naissance d’Albert Roussel. Deux anniversaires, deux trajectoires différentes mais deux raisons de se plonger dans le corpus d’œuvres de deux compositeurs n’ayant pas une reconnaissance méritée. Erato crée l’évènement en éditant pour la première fois un splendide coffret de 11 CD regroupant les œuvres d’Albert Roussel.

Albert Roussel est l’un des compositeurs majeurs de la musique française du XXe siècle touchant à tous les genres et le plus grand symphoniste Français de son temps, la Symphonie n°3 étant sûrement son chef-d’œuvre.

Issu d'une famille de la grande bourgeoisie, Albert Roussel né à Tourcoing le 5 avril 1869. Il est encore jeune quand ses parents décèdent. Il est alors recueilli par son grand-père, Charles Roussel-Defontaine, maire de Tourcoing. A la mort de ce dernier, c’est son oncle qui s’occupera de lui. En 1887, après avoir eu son baccalauréat, il est admis à l’École Navale.

En 1889, il est sur L'Iphigénie vaisseau-école, pour un voyage de neuf mois des côtes portugaises, d'Afrique du Nord jusqu'aux Antilles. Il travaille l’harmonie alors qu’il est en 1892 sur la Dévastation mais c’est sur La Melpomène qu’il commence vraiment à se révéler musicalement commençant à composer, accompagnant les messes au piano et montant avec des officiers La mascotte, opérette d'Edmond Audran.

Il démissionne, à cause d’une santé fragile, en octobre 1894 à seulement 25 ans et se consacre à la musique. De retour dans sa famille à Roubaix, il décide de suivre des cours d’harmonie avec Julien Koszul (grand-père d’Henry Dutilleux et directeur de l’École nationale de musique de la ville) puis monte à Paris où il apprend le piano, l'orgue, l'harmonie, le contrepoint et la fugue avec l’organiste Eugène Gigout.

En 1898, il entre à la Schola Cantorum, où il étudiera jusqu’en 1908, notamment les cours d’orchestration avec Vincent D’Indy. De D’Indy, Roussel apprend les formes, les architectures sonores, l’équilibre harmonique. Un apprentissage qu’il ne cessera de confronter à une imagination, à des aspirations impressionnistes. En 1902, il devient professeur de contrepoint avec parmi ses élèves des compositeurs comme Erik Satie, Edgard Varèse, Paul Le Flem ou encore Roland-Manuel...

C’est à cette époque qu’il compose le prélude symphonique Résurrection et sa première symphonie. En 1912-1913, il compose Le festin de l'araignée, d’abord ballet, bientôt suite symphonique, qui est couronné de succès. Réformé de la marine, il participe à la Première Guerre mondiale en tant qu’ambulancier. En 1918, il s'installe à Perros-Guirec et termine Padmâvati (et ses couleurs à la Delibes). A partir de 1920, il s’installe à Varengeville en Normandie pour se consacrer à la composition.

Au cours de cette dernière période de sa vie, il y compose le ballet Bacchus et Ariane ses 3ème et 4ème Symphonie, la Suite en fa, la Sinfonietta... Son écriture, sa sonorité unique, singulière, anticonformiste presque, une palette impressionnante de couleurs (un exotisme tiré de ses voyages), de sensations, de dynamiques, d’évocations, une finesse dans le travail des climats lui rapportent une reconnaissance internationale. En 1930, il assiste à Boston à la création de sa 3e Symphonie par Serge Koussevitzky. Il meurt le 23 août 1937 à Royan, où il était parti se reposer suite à une crise cardiaque et est enterré dans le cimetière de Varengeville face à cette mer qu'il aimait tant et qui ne le quitta jamais.

Albert Roussel a créé une musique pleine de diversité, d’imagination, qui embrasse les couleurs de l’impressionnisme, entre contemplation, rigueur d’écriture et modernisme. Une dualité entre éléments constructifs et éléments expressifs, quelque part comme tiraillé entre D’Indy et Debussy.

On retrouve ici les plus grands artistes du catalogue Erato (Munch, Martinon, Plasson, Cluytens, Doyen, Mesplé, van Dam, Quatuor Via Nova…) mais surtout des versions de référence (Le festin de l’araignée, Bacchus et Ariane par Jean Martinon et l’orchestre national de l’O.R.T.F., Les Evocations par Michel Plasson et l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, la symphonie n°1 "le poème de la forêt" par Charles Dutoit et l’Orchestre National de France, la symphonie n°3 sous la direction de C. Munch avec l’Orchestre des Concerts Lamoureux, l’Impromptu pour harpe avec Lily Laskine...). Un coffret absolument essentiel, tout simplement !

 

Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=