Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maria Dolorès y Amapola Quartet
Bal Blomet  (Paris)  mars 2019

Spectacle humoristico-musical de Maria Dolores avec les musiciens Christophe Doremus, Sandrine Roche, Michel Capelier et Ariane Lysimaque.

On avait laissé Maria Dolores en compagnie des Habibi Starlight. La biche madrilène racontait ou rêvait son passé oriental. Digne descendante de Gloria Lasso ou de Dalida, mâtinée d'Yma Sumac, elle évoquait les parfums délétères des boîtes libanaises ou des tripots cairotes.

Cette fois-ci, elle a troqué ses lascars arabes pour un orchestre plus classique, l'Amapola Quartet : Sandrine Roche au piano, Christophe Dorémus à la contrebasse, Ariane Lysimaque au violon... et Michel Capelier au bandonéon.

Bandoléon ! Cela détonne des trois instruments et cela met sur la piste du spectacle de Maria Dolores. Bandonéon, cela rappelle Astor Piazzolla, Jorge Luis Borges dissertant sur la milonga et au premier chef l'Argentine et le tango.

Si Michel Capelier a ressorti son bandonéon pour les beaux yeux de la diva, dont il est accessoirement le "souffre-douceur", il ne faut pas oublier que ce musicien hors pair est aussi un compositeur de premier ordre.

Bien entourée, Marie Dolores se fait à la fois historienne du tango et chante des standards du genre. Elle ajoute à son arc une autre corde : l'improvisation. Ce qu'elle appelle elle-même la "divagation". Profitant de la proximité du public dans la belle salle du Bal Nègre devenu Bal Blomet pour les adeptes du politiquement correct, c'est-à-dire tout son contraire, elle interpelle les spectateurs, s'amuse d'eux et avec eux.

Les allusions fusent sur untel ou unetelle, toujours sans méchanceté mais avec l'acuité de quelqu'un qui voit très vite la répartie qu'elle peut tirer des choses qui se déroulent inopinément.

Maria Dolores emporte tout sur son passage, interdit l'ennui, combat toute baisse de rythme sans jamais en faire plus que trop. Bref, elle est une "showgirl" comme on en voit peu. Elle est aussi convaincante en servant le genre tango qu'en le parodiant.

On aura le droit aux "Bêtises" de Sabine Paturel, au "Bal Masqué" de la Compagnie Créole, et même à quelques échos de Michael Jackson façon Tango, comme on aurait pu les entendre dans un bar de Buenos Aires. On aura aussi le droit à de grands classiques du genre, composés par Anibal Troilo ou Astor Piazzola et même à "Besame mucho" chanté en plusieurs langues par Maria Dolores.

Pour récompenser son public, la diva terminera son récital par une version éblouissante d'une chanson de Barbara, confirmant qu'elle peut tout chanter, qu'elle finira par tout chanter et qu'on en redemandera encore et toujours.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=