Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Georges Dorignac - Corps et Ames
Musée de Montmartre  (Paris)  Du 15 mars au 8 septembre 2019

Le peintre et dessinateur Georges Dorignac(1879-1925) a connu, de son vivant, une notoriété éphémère avant de sombrer dans l'oubli muséal jusqu'en 2016 avec l'exposition à la Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux dédiée à ses dessins noirs et à ses réalisation dans le domaine des arts appliqués

Et en 2018, le Musée de Montmartre prend le relais avec une rétrospective intitulée "Georges Dorignac - Corps et Ames".

Conçue sous le commissariat de Marie-Claire Mansencal présidente du Comité Dorignac, et Saskia Ooms, responsable de la conservation du Musée de Montmartre, elle revêt un caractère rétrospectif avec une conséquente sélection, pour partie inédite, de peintures, aquarelles et dessins.

Georges Dorignac, artiste inspiré

Le choix d'une présentation chrono-thématique permet de constater que, en matière picturale, Georges Dorignac, "en quête de signature" comme l'indiquent les commissaires, n'invente pas un style personnel et ne s'inscrit pas dans un mouvement ou une une école car il travaille au gré d'influences éclectiques de l'art égyptien à l'art moderne.

Ainsi en est-il de ses paysages pointillistes et de ses oeuvres d'obédience impressionniste. ET à la manière renoirienne, il peint des portraits délicats et des scène de genre qui exaltent la douceur familiale ("La famille", "Portrait de Georgette" et "Mère et enfant-Le câlin").

Excellent dessinateur qui maîtrise la technique du fusain et de la sanguine et le procédé du monotype, il se distingue surtout par une oeuvre graphique consécutive à une rupture avec la couleur.

L'utilisation de la sanguine d'origine minérale est adéquate pour représenter, dans la veine du réalisme social, la figure du travailleur avec les paysans au corps massif de la série des Hâleurs, les ouvriers de la terre, dans le dur labeur des champs.

S'agissant du fusain, par le modelé particulier du trait et la pratique du clair-obscur saturé à l'extrême, les dessins de a "période noire" tendent à la tridimensionnalité de la statuaire, ce qui a retenu l'attention notamment de Rodin.

Et ce, notamment avec les portraits-bustes féminins de format carré ("Margot", "Georgette", "L'inconnue","L'Egyptienne", "L'Amie").

Et la monstration comporte également de nombreux nus, nus noirs et nus rouges, avec des nus noirs anatomiques dans des variations de pose, souvent dans une position ramassée ("Etude de nu", "Femme aux pieds et mains jointes", "Femme nue"), ou sur le motif de la femme à la toilette.

Leur spécificité tient au caractère massif et charnu des corps, au visage détourné ou de profil et à l'agencement des volumes qui évoquent le nu picassien quand ils sont réalisés à l'huile telle la "Femme qui s'essuie après le bain".

L'exposition s'achève avec les oeuvres tardives dans le domaine des arts décoratifs et révèlent des aspirations spirituelles qui ressortent au syncrétisme religieux empruntant à diverses époques et croyances du "Mandala" inspiré du rituel bouddhique à l'art roman hybridé avec l'art naïf avec le projet de tapisserie intitulé "L'histoire de Jeanne d'Arc" à la façon du millefleurs.

A noter la présentation, dans la chapelle Saint François d'Assise de la Basilique du Sacré Coeur, de la monumentale toile "Le Christ en Croix" élaborée dans le cadre d'un projet de vitrail.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée de Montmartre

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée de Montmartre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=