Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Georges Dorignac - Corps et Ames
Musée de Montmartre  (Paris)  Du 15 mars au 8 septembre 2019

Le peintre et dessinateur Georges Dorignac(1879-1925) a connu, de son vivant, une notoriété éphémère avant de sombrer dans l'oubli muséal jusqu'en 2016 avec l'exposition à la Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux dédiée à ses dessins noirs et à ses réalisation dans le domaine des arts appliqués

Et en 2018, le Musée de Montmartre prend le relais avec une rétrospective intitulée "Georges Dorignac - Corps et Ames".

Conçue sous le commissariat de Marie-Claire Mansencal présidente du Comité Dorignac, et Saskia Ooms, responsable de la conservation du Musée de Montmartre, elle revêt un caractère rétrospectif avec une conséquente sélection, pour partie inédite, de peintures, aquarelles et dessins.

Georges Dorignac, artiste inspiré

Le choix d'une présentation chrono-thématique permet de constater que, en matière picturale, Georges Dorignac, "en quête de signature" comme l'indiquent les commissaires, n'invente pas un style personnel et ne s'inscrit pas dans un mouvement ou une une école car il travaille au gré d'influences éclectiques de l'art égyptien à l'art moderne.

Ainsi en est-il de ses paysages pointillistes et de ses oeuvres d'obédience impressionniste. ET à la manière renoirienne, il peint des portraits délicats et des scène de genre qui exaltent la douceur familiale ("La famille", "Portrait de Georgette" et "Mère et enfant-Le câlin").

Excellent dessinateur qui maîtrise la technique du fusain et de la sanguine et le procédé du monotype, il se distingue surtout par une oeuvre graphique consécutive à une rupture avec la couleur.

L'utilisation de la sanguine d'origine minérale est adéquate pour représenter, dans la veine du réalisme social, la figure du travailleur avec les paysans au corps massif de la série des Hâleurs, les ouvriers de la terre, dans le dur labeur des champs.

S'agissant du fusain, par le modelé particulier du trait et la pratique du clair-obscur saturé à l'extrême, les dessins de a "période noire" tendent à la tridimensionnalité de la statuaire, ce qui a retenu l'attention notamment de Rodin.

Et ce, notamment avec les portraits-bustes féminins de format carré ("Margot", "Georgette", "L'inconnue","L'Egyptienne", "L'Amie").

Et la monstration comporte également de nombreux nus, nus noirs et nus rouges, avec des nus noirs anatomiques dans des variations de pose, souvent dans une position ramassée ("Etude de nu", "Femme aux pieds et mains jointes", "Femme nue"), ou sur le motif de la femme à la toilette.

Leur spécificité tient au caractère massif et charnu des corps, au visage détourné ou de profil et à l'agencement des volumes qui évoquent le nu picassien quand ils sont réalisés à l'huile telle la "Femme qui s'essuie après le bain".

L'exposition s'achève avec les oeuvres tardives dans le domaine des arts décoratifs et révèlent des aspirations spirituelles qui ressortent au syncrétisme religieux empruntant à diverses époques et croyances du "Mandala" inspiré du rituel bouddhique à l'art roman hybridé avec l'art naïf avec le projet de tapisserie intitulé "L'histoire de Jeanne d'Arc" à la façon du millefleurs.

A noter la présentation, dans la chapelle Saint François d'Assise de la Basilique du Sacré Coeur, de la monumentale toile "Le Christ en Croix" élaborée dans le cadre d'un projet de vitrail.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée de Montmartre

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée de Montmartre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=