Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mouette
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  avril 2019

Comédie dramatique de Anton Tchekhov mise en scène de Jean-Luc Jeener, avec Pierre Bès de Berc, Didier Bizet, Laurence Hétier, Yves Jouffroy, Pauline Mandroux, Rémi de Monvel, Isabelle Miller, Selma Noret-Terraz, Rémi Picard, Thomas Sans et Dominique Vasserot.

"La Mouette" de Anton Tchekhov constitue une de ses partitions majeures dont la richesse dramaturgique, et même si elle est fréquemment représentée et hors la peinture des moeurs provinciales et la satire de l'infatuation et la posture de l'artiste, tant dans le théâtre que de la littérature, ne cesse de se révéler au fil de l'approche des différentes mises en scènes proposées.

Avec celle réussie et pertinente de Jean-Luc Jeener se démarquent non pas tant l'incommunicabilité des êtres que leur égocentrisme, et, surtout, la conception de l'auteur sur l'amour au féminin. En effet, chacun des personnages féminins aime, voire adule, de manière masochiste celui qui ne l'aime pas et se comporte avec une cruauté sadique face à celui qui l'aime comme si ne suffisait pas l'indifférence envers un amour transi.

Ainsi Macha qui aime sans espoir Konstantin, même mariée avec un brave homme qu'elle traite pis qu'un chien, le traque pour prendre sa dose de souffrance. Nina aime "plus que jamais" l'homme qui l'a abandonné et clame cet amour à Konstantin dévasté.

Quant à la grande actrice Arkadina, elle s'humilie auprès de son amant le fringant écrivain en vogue en l'implorant pour qu'il ne la quitte pas tout en nourrissant à l'égard de son fils une destructrice relation ambivalente d'amour-haine.

Car dans "La Mouette", il n'y a pas d'amour heureux et, nonobstant la qualification par son auteur de "comédie comportant peu d'action et cinq tonnes d'amour", en l'espèce, l'amour inaccompli tue - et réellement - avec le suicide d'un jeune homme (Rémi de Monvel) privé de l'affection maternelle et amoureux désespéré de la douce Nina qui rêve d'une vie d'artiste et de gloire (Selma Noret-Terraz).

Le drame à double détente se déploie en deux temps, deux étés de la villégiature de la mère de ce dernier, Arkadina (Laurence Hétier) qui, en compagnie de son amant Trigorine (Thomas Sans), vient se reposer dans la propriété familiale où vit son fils Konstantin et son frère (Didier Bizet) avec pour témoins l'ami médecin Yves Jouffroy), l'intendant (Dominique Vasserot) et sa femme (Isabelle Miller) ainsi que leur fille Macha (Pauline Mandroux) et son prétendant (Pierre Bès de Berc) et un serviteur (Rémi Picard).

Remarquable directeur d'acteur,Jean-Luc Jeener a opté pour un tempo lent qui, non seulement matérialise la densité de l'atmosphère d'ennui tchekhovienne, mais correspond à l'écriture originale saturée d'indications de pauses et de silences qui permettent à chaque comédien, par la dramaturgie du corps de révéler les intentions intériorisées des personnages dont le point commun tient à la dolorosité de l'âme.

Ainsi, et entre autres car tous les comédiens tiennent leur partition, Yves Jouffroy, en médecin vaincu par la rationalité ne peut être qu'un observateur désenchanté qui désamorce l'angoisse par une pirouette, Thomas Sans tempérant le profil du vil séducteur et de l'écrivain-vampire par la lucidité quant à sa qualité de petit maître et Laurence Hétier en narcissique arrogante qui cherche à s'étourdir tout en sachant brûler ses dernières cartouches.

Pour les rôles de Konstantin et de Nina, le choix de Jean-Luc Jeener s'avère judicieux : Rémi de Monve campe parfaitement un amoureux musséien gagné par le spleen romantique et hanté par la mort et Selma Noret-Terraz impressionne par sa maîtrise de la candeur ingénue.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=