Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mouette
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  avril 2019

Comédie dramatique de Anton Tchekhov mise en scène de Jean-Luc Jeener, avec Pierre Bès de Berc, Didier Bizet, Laurence Hétier, Yves Jouffroy, Pauline Mandroux, Rémi de Monvel, Isabelle Miller, Selma Noret-Terraz, Rémi Picard, Thomas Sans et Dominique Vasserot.

"La Mouette" de Anton Tchekhov constitue une de ses partitions majeures dont la richesse dramaturgique, et même si elle est fréquemment représentée et hors la peinture des moeurs provinciales et la satire de l'infatuation et la posture de l'artiste, tant dans le théâtre que de la littérature, ne cesse de se révéler au fil de l'approche des différentes mises en scènes proposées.

Avec celle réussie et pertinente de Jean-Luc Jeener se démarquent non pas tant l'incommunicabilité des êtres que leur égocentrisme, et, surtout, la conception de l'auteur sur l'amour au féminin. En effet, chacun des personnages féminins aime, voire adule, de manière masochiste celui qui ne l'aime pas et se comporte avec une cruauté sadique face à celui qui l'aime comme si ne suffisait pas l'indifférence envers un amour transi.

Ainsi Macha qui aime sans espoir Konstantin, même mariée avec un brave homme qu'elle traite pis qu'un chien, le traque pour prendre sa dose de souffrance. Nina aime "plus que jamais" l'homme qui l'a abandonné et clame cet amour à Konstantin dévasté.

Quant à la grande actrice Arkadina, elle s'humilie auprès de son amant le fringant écrivain en vogue en l'implorant pour qu'il ne la quitte pas tout en nourrissant à l'égard de son fils une destructrice relation ambivalente d'amour-haine.

Car dans "La Mouette", il n'y a pas d'amour heureux et, nonobstant la qualification par son auteur de "comédie comportant peu d'action et cinq tonnes d'amour", en l'espèce, l'amour inaccompli tue - et réellement - avec le suicide d'un jeune homme (Rémi de Monvel) privé de l'affection maternelle et amoureux désespéré de la douce Nina qui rêve d'une vie d'artiste et de gloire (Selma Noret-Terraz).

Le drame à double détente se déploie en deux temps, deux étés de la villégiature de la mère de ce dernier, Arkadina (Laurence Hétier) qui, en compagnie de son amant Trigorine (Thomas Sans), vient se reposer dans la propriété familiale où vit son fils Konstantin et son frère (Didier Bizet) avec pour témoins l'ami médecin Yves Jouffroy), l'intendant (Dominique Vasserot) et sa femme (Isabelle Miller) ainsi que leur fille Macha (Pauline Mandroux) et son prétendant (Pierre Bès de Berc) et un serviteur (Rémi Picard).

Remarquable directeur d'acteur,Jean-Luc Jeener a opté pour un tempo lent qui, non seulement matérialise la densité de l'atmosphère d'ennui tchekhovienne, mais correspond à l'écriture originale saturée d'indications de pauses et de silences qui permettent à chaque comédien, par la dramaturgie du corps de révéler les intentions intériorisées des personnages dont le point commun tient à la dolorosité de l'âme.

Ainsi, et entre autres car tous les comédiens tiennent leur partition, Yves Jouffroy, en médecin vaincu par la rationalité ne peut être qu'un observateur désenchanté qui désamorce l'angoisse par une pirouette, Thomas Sans tempérant le profil du vil séducteur et de l'écrivain-vampire par la lucidité quant à sa qualité de petit maître et Laurence Hétier en narcissique arrogante qui cherche à s'étourdir tout en sachant brûler ses dernières cartouches.

Pour les rôles de Konstantin et de Nina, le choix de Jean-Luc Jeener s'avère judicieux : Rémi de Monve campe parfaitement un amoureux musséien gagné par le spleen romantique et hanté par la mort et Selma Noret-Terraz impressionne par sa maîtrise de la candeur ingénue.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=