Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Close
  (Paris)  avril 2019

Spectacle immersif sur des scénarios de Clément Marchand, Alexis Pivot, Ariane Raynaud et Roman Carrère, mise en scène d'Ariane Reynaud, avec Anaïs Pinay, Emma Scherer, Eva Freitas, Anthony Fernandes, Alexis Pivot, Nathanaël Bez, Rosy Pollastro, Guillaume Tagnati, Karim Dinah-Camara, Clara Brajtman, Diane Renier, Roman Carrère, Bérangère Pivot, Clement Bourdeleau, Ariane Raynaud et Pamina de Hauteclocque.

Proposé dans un lieu "secret", qui n'est pas une scène théâtrale classique, "Close" constitue une création originale dans le registre du spectacle immersif.

Entre théâtre et jeu de rôles, "Close" est une formule originale fondé sur une certaine interactivité entre le public et les comédiens. Des fins alternatives sont possibles et font l'objet d'une discussion entre certains spectateurs qui choisissent celle qui leur convient.

"Close" se déroule au "Phénix", une ancienne maison close devenue cabaret. Les pensionnaires, libérées de leurs entraves et de leur "protecteur", prétendent ne pas poursuivre leur précédente industrie. Elles se donnent enfin par amour et ont transformé le "Phénix" en lieu d'accueil pour les réprouvés de tout acabit, notamment les homosexuels et les antimilitaristes déserteurs. Car l'action se passe pendant la Guerre de 1914-1918.

Les spectateurs sont censés assistés au mariage de Blanche Follet et Vadim Le Lapon. Il ne faut pas en dire plus : c'est de la bouche des personnages eux-mêmes qu'on en saura davantage, par bribes, en interrogeant chacun là où il vit.

Car l'originalité du théâtre immersif est de ne pas se dérouler en un lieu unique. S'il y a une pièce centrale qui fait office de cabaret, et où l'on aura le droit à quelques chansons grivoises (mais de bon ton) entrecoupées de "Marseillaise" enfiévrées, il faudra déambuler dans une dizaine de pièces pour se fabriquer son histoire et construire sa propre vérité sur les uns et les autres.

C'est là qu'il faut souligner le beau travail, le travail d'orfèvre opéré par par la scénographe Doriane Fréreau : chacun des endroits où l'on sera confronté à un acteur en particulier est reconstitué avec beaucoup de soin et force détails. On n'est pas dans une brocante des années 1910.

A l'instar des costumes très raffinés, tous dessinés sans fautes de goût par Juliette de Romémont, tous les coins et recoins de cet immense plateau sont surprenants et accueillants. On y trouvera même de quoi boire dans un "Paradis" où quelques films coquins, qu'on devait voir dans les maisons closes du temps, déploient en boucles des corps gentiment dénudés.

On soulignera aussi la qualité de la distribution : si l'on participe activement à l'expérience, en posant des questions aux acteurs, on constatera qu'ils ont un vrai sens de la répartie. Gare aux ricaneurs, ils seront vite repris er remis dans les bons rails... Peut-être, faudrait-il accepter un peu moins de convives par mariage pour que l'on puisse profiter un peu plus aisément du dispositif. Mais c'est sans doute là la rançon du succès.

On pourra aussi discuter de la profondeur de l'intrigue, signaler quelques anachronismes ("La vie en rose" créée par Piaf en 1945... chantée dans ce cabaret de la première guerre), mais l'on ne pourra nier qu'on passe une belle soirée sous son masque, un masque qui n'a rien à voir avec le masque à gaz des poilus. Et si l'on essuiera quelques alertes aériennes, on saura aussi s'amuser des gaillardises chantées et se passionner aux aventures des uns et des autres.

Si les puristes du théâtre n'y trouveront peut-être pas leur compte, ce genre nouveau, qui en est encore à ses prémisses, devrait croître et embellir, surtout s'il suit les traces sophistiquées de "Close".

Un Bravo unanime à toute la troupe qui, sous la houlette de Ariane Raynaud, s'implique totalement dans cette expérience réussie : Anaïs Pinay, Emma Scherer, Eva Freitas, Anthony Fernandes, Alexis Pivot, Nathanaël Bez, Rosy Pollastro, Guillaume Tagnati, Karim Dinah-Camara, Clara Brajtman, Diane Renier, Roman Carrère, Bérangère Pivot, Clement Bourdeleau, Ariane Raynaud et Pamina de Hauteclocque.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=