Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black rebel motorcycle club
Take Them On, On Your Own  (-)  janvier 2004

Remarqué en octobre 2001 avec un album éponyme, Black Rebel Motorcycle Club (B.R.M.C pour les intimes) avait créé l’événement. Ce n’est pas dur, allez-vous rétorquer, à cette période, chaque nouveau groupe en “The” jouant du rock créait l’événement.

Sauf que, pour son originalité, B.R.M.C. plaisait par son étonnante discrétion médiatique, tranchant avec The Vines et autres Strokes, par ses interprétations live quasi apocalyptiques (qui peut se vanter de s’être remis de leur prestation de la Route du Rock 2001 ?), et surtout par sa noirceur que seuls The Music parvint à égaler…

Autre prouesse, celle de n’avoir lancé aucune spéculation sur la sortie de leur propre deuxième album, de l’avoir sortie avant les autres, sans ragots de séparation, d’engueulade… Le premier extrait de cet album s’intitulait "Stop" (8 août 2001) et comprenait deux inédits ("High/low+" et le titre qui donne son nom à l’album, sans pourtant y figurer). Parfait avant goût de l’album, l’EP avait séduit car il avait réussi la difficile équation de surprendre tout en étonnant…

C’est donc avec "Stop" que s’ouvre l’album.Un album plus rapide que le premier opus, mais aussi plus travaillé notamment sur la production avec un son bien plus net, plus épuré pour mieux rendre la rapidité des rifs (notamment sur "Six Barrel Shotgun"). On y retrouve aussi bon nombre de mélodies enjouées, voire gaies, que l’on ne trouvait pas sur le premier album ("We’re all in love").

Coté réminiscence du passé, on peut citer "In like the rose", qui reprend une intro longue et mystérieuse, et un chant très lent couplé à de grosses guitares, mais aussi "Shade of Blue", où les mouvements de guitares grasses tissent une atmosphère lourde et uniforme.

"Suddenly" est de loin le meilleur morceau de l’album, avec une intro chantée interminable, où l’on attend le départ des guitares qui ne vient pas, où l’on se sent emprisonné par la musique, quand, au bout de 2 minutes, enfin la voix vient nous libérer. Avec cependant un peu plus de pêche, qu’on attend des prestations scéniques, ce morceau peut se révéler une bombe en live.

Les deux plus grosses déceptions viennent de "Generation" et de "Rise of Fall", trop brouillonnes, marquées cette fois par un manque de production.

Le titre le plus étonnant est peut-être "Ha ha High Babe", très posé, mais aussi très country dans son refrain, avec last but not least de grosses guitares bien crades en fond sonore.

Aurait-on besoin de préciser que "Us Government" est le titre le plus apocalyptique, brouillon de l’album ? (“we are the ones that keep you down ; you’re gonna make it, you’re gonna suffer” sorte de slogan du libéralisme).

La plus grosse surprise vient peut-être de "And I’m Aching", entièrement acoustique, mais sur laquelle B.R.M.C. parvient à maintenir son univers étouffant malgré une mélodie digne de Travis. La magie d’un groupe qui, quoiqu’il entreprenne, ne peut s’empêcher d’apposer sa palette tirant vers le noir, son son crade pourtant si plaisant.

L’album, s’il est moins bon que le précédent, demeure tout de même au dessus de bon nombre de production rock. Moins bon peut-être car moins spontané, l’album prend une autre tournure plus psychologique voire philosophique : la pochette ne montre pas innocemment B.R.M.C au bout d’un tunnel, montrant une possibilité d’ouverture sur le monde renié dans le premier album.

Des Rebels moins rebels ? C’est peut-être la chanson "We’re All In love" qui finalement décrit le mieux l’état d’esprit du groupe…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stop EP de Black rebel motorcycle club
La chronique de l'album Howl de Black Rebel Motorcycle Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Black rebel motorcycle club en concert à l'Elysée Montmartre (23 novembre 2003)
Black rebel motorcycle club en concert à l'Elysée Montmartre (2 novembre 2005)
Black rebel motorcycle club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Black rebel motorcycle club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Black rebel motorcycle club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Black rebel motorcycle club en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Black rebel motorcycle club en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet
L'interview de Black Rebel Motorcycle Club (juillet 2005)


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=