Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ciné en Bref - Le Vent de la liberté - Boy erased - Blanche comme Neige - Dumbo
  (mars-avril 2019) 

LE VENT DE LA LIBERTE
Réalisé par Michael Bully Herbig. Allemagne. Thriller historique. 2h16 (Sortie le 10 avril 2019). Avec Friedrich Mücke, Karoline Schuch, David Kross, Alicia von Rittberg, Thomas Kretschmann, Jonas Holdenrieder, Tilman Döbler et Ronald Kukulies.

Stressant, "Le Vent de la liberté" de Michael Bully Herbig.

La production allemande n’est pas aussi conséquente qu’en France ou aux Etats-Unis. Peu de distributeurs internationaux s’y risquent. Pourtant on se souvient de l’excellent "La vague" ou du sublime "Phoenix". Les films outre Rhin portant fréquemment en eux un message historique et politique qui manque parfois au cinéma de leurs voisins.

Pour ne pas déroger à ce constat, le réalisateur Michael Bully Herbig se retourne sur le passé douloureux de son pays et narre à la manière d’un thriller les tentatives de fuir la RDA et sa police politique, de deux familles qui ne caressent d’autre rêve que celui d’élever leurs enfants dans un pays de liberté.

Une narration servie par un montage d’une efficacité redoutable. Le spectateur vit cette aventure à chaque instant, vibre et frémit d’un bout â l’autre de la pellicule.

Le personnage central incarné par le charismatique Friedrich Mücke, syncrétise à lui-seul le courage et les prises de risques qu’il fallût aux quelques 38000 Est-Allemands pour s’extirper du joug communiste.

A une époque où notre confort matériel nous fait perdre de vue des valeurs essentielles, le souffle frais et puissant de cette œuvre nous transporte vers l’essentiel. Un must à la portée philosophique incontestable.

 

BOY ERASED
Réalisé par Joel Edgerton. Etats Unis. Drame. 1h55 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Lucas Hedges, Nicole Kidman, Joel Edgerton, Russell Crowe, Flea, Joe Alwyn, Xavier Dolan et Troye Sivan.

Poignant, "Boy erased" de Joel Edgerton.

700 000, c’est l’estimation du nombre de citoyens américains LGBT ayant subi le même traitement que le personnage du film.

Car il s’agit bien d’un traitement, d’un lavage de cerveau teinté d’illumination protestante et de psychologie déviante que lui et les stagiaires qui partagent son sort, subiront.

Découvrir son homosexualité et l’assumer, est déjà une épreuve par rapport à soi-même, bien avant que d’affronter le monde, familial, scolaire, professionnel.

"Boy erased" parle sans ambages ni faux-semblants, de la perversion encore tenace consistant à faire de l’homosexualité un pêché et une maladie. Si je suis farouchement opposé à toute forme d’injonction sociale qui obligerait à faire son coming-out parce que tout un chacun est libre de partager son intimité ou de ne pas le faire pour les raisons évoquées plus haut, il faut condamner plus fermement encore, au plan moral et au plan juridique, toute tentative d’effacement de votre nature profonde.

Joel Edgerton réalise un bijou sensible, magnifique de vérité, donnant lui-même la réplique à un jeune acteur, Lucas Hedges, tout en contenance, dont on n’a pas fini de voir la frimousse à Hollywood.

 

BLANCHE COMME NEIGE
Réalisé par Anne Fontaine. France. Comédie. 1h52 (Sortie le 10 avril 2019). Avec Lou de Laâge, Isabelle Huppert, Charles Berling, Damien Bonnard, Jonathan Cohen, Richard Fréchette, Vincent Macaigne et Pablo Pauly.

Empoisonné, "Blanche comme Neige" d'Anne Fontaine.

Anne Fontaine aime lever le voile sur les sentiments troublés, les fièvres qui s’emparent du corps et de l’âme, les contradictions et les amours interdites qui nous tenaillent.

Sans faire de bruit, elle poursuit une exploration clinique des passions refoulées, de cette irrépressible besoin de vivre, finalement, conduisant nos actes vers le meilleur et parfois vers le pire.

Revisiter le mythe de Blanche Neige comme elle le fait ici, est une prouesse de modernité et d’intelligence, insufflant comme à son habitude un zeste d’étrangeté et d’inquiétude.

Le casting se montre à la hauteur de ses ambitions. Charles Berling, fidèle d’Anne Fontaine, plonge tête baissée dans une passion dévorante. Isabelle Huppert, après trop de films dispensables ces derniers temps, retrouve un personnage jaloux et machiavélique, à l’épaisseur digne de son immense talent.

Et Lou de Lâage, divinement belle, diaphane, tout à la fois objet et sujet maître de l’intrigue, déploie des ailes qui l’emmèneront très loin, c’est maintenant une certitude.

 

DUMBO
Réalisé par Tim Burton. Etats Unis. Aventure. 1h52 (Sortie le 27 mars 2019). Avec Colin Farrell, Danny DeVito, Michael Keaton, Eva Green, Alan Arkin, Nico Parker, Finley Hobbins et Roshan Seth.

Magistral, "Dumbo" de Tim Burton.

Les esprits chafouins reprochent à Tim Burton de s’auto-référencer et de céder à l’appel douillet des films de commande. Ok, pourquoi pas. Mais le résultat est là, parfaitement maîtrisé.

Casting singulier et malin - comme une marque de fabrique - et esthétique parfaite sont les clés d’un film enchanteur et plus subversif qu’on veut bien le dire. Le parc Dreamland partira en fumée, vous le remarquerez.

Ceux qui suivent son parcours avec attention, savent pourquoi Burton fait du cinéma. Pour combattre des démons intérieurs, sans doute. Mais aussi et surtout pour pervertir le système de la norme, donnant une place à ceux qui se sentent différents, jamais à leur place précisément.

Ce film dit aussi des choses sur l’environnement, la cause animale, le pouvoir de la finance... mais jamais de manière trop ostentatoire. La marque d’un grand faiseur d’images et de sens, vous ne croyez pas ?

 

 

 

Vents d'Orage

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=