Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Baiser féroce
Roberto Saviano  (Editions Gallimard)  avril 2019

Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour retrouver Roberto Saviano et son second roman. Baiser féroce arrive quelques mois après Piranhas, dont nous avons parlé sur le site, qui a connu un très grand succès.

Après les évènements tragiques qui clôturent Piranhas, Nicolas, dit Maharaja, a juré de se venger. Il ne reculera devant rien pour conquérir Naples, enterrer les vieux parrains et être couronné roi. Entouré de son baby-gang (qui était au cœur de l’ouvrage précédent), Nicolas n’a jamais semblé aussi proche de son rêve. Le coût du sang est élevé et la course au pouvoir infinie ; les alliances ne durent qu’aussi longtemps que l’argent coule à flots. Désormais craints et respectés, Nicolas et ses frères brûlent leur vie par les deux bouts, au risque de sacrifier ceux qu’ils aiment le plus. Pourtant, ils devront apprendre à perdurer, ce qui est loin d’être simple dans la cité napolitaine.

Il se passe toujours quelque chose dans les ouvrages de Roberto Saviano qui a un talent fou pour nous immerger au cœur de la mafia napolitaine. Comme dans Piranhas, l’auteur prend un malin plaisir à construire son histoire sur un rythme effrénée qui ne laisse aucun temps mort au lecteur pour son plus grand plaisir.

Le livre se lit comme on regarderait un bon film de gangsters avec Al Pacino ou une bonne série mafieuse. Les balles fusent, les corps tombent, les règlements de compte sont légion et on suit le personnage principal dans sa quête effrénée de pouvoir et de vengeance. Prendre le pouvoir n’est pas simple, mais le conserver est tout autre chose et Nicolas et sa bande vont l’apprendre. Il faut nouer des alliances, être sur ses gardes constamment. Il faut sceller des accords, par un baiser féroce très souvent, d’où le titre du livre.

Le sang coule tout au long de l’ouvrage et l’écriture de Saviano est parfaite de réalisme pour nous glacer le sang. La façon dont il décrit cette violence qui s’est installée de façon ordinaire au cœur de Naples et les conséquences qu’elle a sur la jeunesse napolitaine fait froid dans le dos. Là-bas, les jeunes n’ont pas le temps de devenir vieux nous montre le livre. Ils vivent dans l’instant, dans l’immédiateté, sans savoir si demain ils seront encore présents.

Saviano maîtrise parfaitement son sujet, sachant que son roman s’appuie sur des faits réels. Il n’a donc pas d’équivalent pour nous expliquer les différents trafics qui polluent la vie napolitaine, les alliances qui se font et se défont à coup de revolver. Sa description du quartier de Forcella, au cœur de Naples et de l’ouvrage est glaçante de réalisme.

Et en même temps, au milieu des cadavres et des règlements de compte, l’auteur nous glisse aussi une réflexion sur le poids la famille en Italie, sur le rôle des Mama qui luttent pour tenter de protéger leurs fils qu’elles voient partir dans la délinquance dès leur plus jeune âge. Face à elle, un Etat impuissant, parfois corrompu qui les laisse dans le désarroi total.

Baiser féroce est dons un ouvrage puissant et terrifiant qui complète parfaitement Piranhas, sorti à la fin de l’année dernière. Avec cet ouvrage, Saviano parachève son immersion dans l’univers criminel napolitain par une apothéose digne des grands films de voyous. Grâce à une narration toujours aussi percutante, grâce à une certaine authenticité, il nous plonge dans un monde brutal que l’on peut voir comme le reflet de notre société actuelle.

Avec ses deux derniers ouvrages, Roberto ne risque pas d’améliorer sa situation face à la mafia napolitaine. Il continue, dans la lignée de ses essais précédents qui l’obligent à avoir autour de lui une escorte policière permanente, à dénoncer la dimension amorale et violente de la société mafieuse napolitaine. C’est le combat de sa vie, depuis maintenant bien longtemps.

C’est bouleversé par la force du récit et des personnages que l’on referme ce roman palpitant se disant que Naples n’est située qu’à deux heures de chez nous par avion, le tout sans être bien rassuré.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Piranhas" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Roberto Saviano
Le Facebook de Roberto Saviano


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=