Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The importance of being earnest
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2019

Opéra comique en 3 actes de Gerald Barry d’après l'oeuvre éponyme de Oscar Wilde, mise en scène Julien Chavaz avec Alison Scherzer, Steven Beard, Nina van Essen, Graeme Danby, Timur, Ed Ballard, Jessica Walker et Vincent Casagrande accompagnés par l'Orchestre de chambre fribourgeois sous la direction musicale de Jérôme Kuhn.

Quand les notes d'un compositeur contemporain irlandais, Gerald Barry, investissent la prose théâtrale de son célèbre compatriote "so british, Oscar Wilde pour la convertir en opéra comique flirtant avec l'opéra bouffe mis en scène par un metteur en scène suisse, Julien Chavaz, il en résulte un spectacle pour le moins inattendu et singulier qui ne chahute pas que les tympans

En effet, Gerald Barry signe un livret qui adapte l'opus original tout en conservant son titre, "The importance of being earnest", son argument et quelques beaux dialogues ciselés d'aphorismes, mais disqualifie son registre de comédie de moeurs, satire des travers de la bonne société victorienne sur fond de marivaudage avec les galanteries de futurs fiancés, teintée de vaudeville.

Ainsi, il l'implante dans celui de la folie comique d'une farce absurde avec une partition échevelée, détonante et explosive qui oscille entre dissonance et stridence avec une rythmique répétitive, le choix d'un chant saccadé, avec une prédilection pour le falsetto, évoquant, avec ses ruptures vocales, un "parlé-chanté" demysien dispensé par des parkinsoniens.

De surcroît, pour sa traduction scénique, Julien Chavaz surabonde dans ce sens, indiquant dans sa note d'intention, d'une part, que Oscar Wilde anticipant le théâtre du nonsense de Beckett et Ionesco, Gerald Barry s'est légitimement débarrassé du sens et donc que seule demeur sur laquelle il a travaillé pour démonter "la théâtralité du nonsense lyrique".

A cette fin, il ajoute la dislocation des corps à celle du chant avec des personnages frénétiques, désarticulés et animés d'un mouvement perpétuel, aux postures aussi extravagantes que caricaturales et mimiques cartoonesques ressortant au théâtre gestuel, challenge au demeurant réussi par les officiants.

Julien Chavaz procède également à une transposition dans les années 60 non par la scénographie qu'il signe avec Sévérine Besson - des pendrillons rose bonbon et des stores mobiles dans un tartan acidulé dont le chassé-croisé s'avère dispensable à défaut de valeur ajoutée - mais par les délicieux costumes confectionnés par celle-ci et leur code couleur.

Celui des bonbons anglais, différent pour chaque personnage, dont les rose girly et pêche abricotée pour les demoiselles, les verts céladon ou granny smith pour les dandys, et cela de la tête aux pieds, des perruques, élaborées par Sanne Oostervink aux chaussures.

Accompagnés par l'Orchestre de chambre fribourgeois sous la direction musicale de Jérôme Kuhn qui dispense une interprétation virtuose compte tenu des chausses-trapes et des délires sonores de la partition, les chanteurs relèvent le défi.

Mieux loti que la mezzo-soprano Jessica Walker et le comédien Steven Beard, Graeme Danby, à la stature imposante et à la voix de basse, saisit l'opprotunité d'un beau numéro d'acteur dans le rôle de la rombière tyrannique à barbe de trois jours et le baryton Vincent Casagrande réussit celui du bris de vaisselle percussionniste.

Et ténor Timur, le baryton Ed Ballard, la soprano Alison Scherzer et la mezzo-soprano Nina van Essen aux trilles époustouflantes délivrent allègrement la comédie des fiançailles contrariées pour le seul plaisir du spectateur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=