Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The importance of being earnest
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2019

Opéra comique en 3 actes de Gerald Barry d’après l'oeuvre éponyme de Oscar Wilde, mise en scène Julien Chavaz avec Alison Scherzer, Steven Beard, Nina van Essen, Graeme Danby, Timur, Ed Ballard, Jessica Walker et Vincent Casagrande accompagnés par l'Orchestre de chambre fribourgeois sous la direction musicale de Jérôme Kuhn.

Quand les notes d'un compositeur contemporain irlandais, Gerald Barry, investissent la prose théâtrale de son célèbre compatriote "so british, Oscar Wilde pour la convertir en opéra comique flirtant avec l'opéra bouffe mis en scène par un metteur en scène suisse, Julien Chavaz, il en résulte un spectacle pour le moins inattendu et singulier qui ne chahute pas que les tympans

En effet, Gerald Barry signe un livret qui adapte l'opus original tout en conservant son titre, "The importance of being earnest", son argument et quelques beaux dialogues ciselés d'aphorismes, mais disqualifie son registre de comédie de moeurs, satire des travers de la bonne société victorienne sur fond de marivaudage avec les galanteries de futurs fiancés, teintée de vaudeville.

Ainsi, il l'implante dans celui de la folie comique d'une farce absurde avec une partition échevelée, détonante et explosive qui oscille entre dissonance et stridence avec une rythmique répétitive, le choix d'un chant saccadé, avec une prédilection pour le falsetto, évoquant, avec ses ruptures vocales, un "parlé-chanté" demysien dispensé par des parkinsoniens.

De surcroît, pour sa traduction scénique, Julien Chavaz surabonde dans ce sens, indiquant dans sa note d'intention, d'une part, que Oscar Wilde anticipant le théâtre du nonsense de Beckett et Ionesco, Gerald Barry s'est légitimement débarrassé du sens et donc que seule demeur sur laquelle il a travaillé pour démonter "la théâtralité du nonsense lyrique".

A cette fin, il ajoute la dislocation des corps à celle du chant avec des personnages frénétiques, désarticulés et animés d'un mouvement perpétuel, aux postures aussi extravagantes que caricaturales et mimiques cartoonesques ressortant au théâtre gestuel, challenge au demeurant réussi par les officiants.

Julien Chavaz procède également à une transposition dans les années 60 non par la scénographie qu'il signe avec Sévérine Besson - des pendrillons rose bonbon et des stores mobiles dans un tartan acidulé dont le chassé-croisé s'avère dispensable à défaut de valeur ajoutée - mais par les délicieux costumes confectionnés par celle-ci et leur code couleur.

Celui des bonbons anglais, différent pour chaque personnage, dont les rose girly et pêche abricotée pour les demoiselles, les verts céladon ou granny smith pour les dandys, et cela de la tête aux pieds, des perruques, élaborées par Sanne Oostervink aux chaussures.

Accompagnés par l'Orchestre de chambre fribourgeois sous la direction musicale de Jérôme Kuhn qui dispense une interprétation virtuose compte tenu des chausses-trapes et des délires sonores de la partition, les chanteurs relèvent le défi.

Mieux loti que la mezzo-soprano Jessica Walker et le comédien Steven Beard, Graeme Danby, à la stature imposante et à la voix de basse, saisit l'opprotunité d'un beau numéro d'acteur dans le rôle de la rombière tyrannique à barbe de trois jours et le baryton Vincent Casagrande réussit celui du bris de vaisselle percussionniste.

Et ténor Timur, le baryton Ed Ballard, la soprano Alison Scherzer et la mezzo-soprano Nina van Essen aux trilles époustouflantes délivrent allègrement la comédie des fiançailles contrariées pour le seul plaisir du spectateur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=