Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dans la solitude des champs de coton
Grande Halle de La Villette  (Paris)  mai 2019

Comédie dramatique de Bernard-Marie Kotès, mise en scène de Charles Berling, avec Mata Gabin et Charles Berling.

Tout a été dit sur "Dans la solitude des champs de coton", certainement l'une des pièces de Bernard-Marie Koltès les plus jouées.

Toutes les combinatoriques ont été aussi tentés pour décrire le duo dealer-client qui va entamer une transaction dans la colère et l'achever dans la discussion : deux hommes, deux femmes, un homme une femme. Avec aussi, outre les sexes, possibilité de mêler les races, les classes et les âges...

Dans la version proposée par Charles Berling, fondée sur les évidences, les choses sont d'emblée claires. Le dealer est une dealeuse noire à capuche, le client un blanc en costume cravate (mais avec baskets).

L'homme (Charles Berling) est debout presque parmi le public sur un "pont" de bois qui enjambe la scène. La femme (Mata Gabin) est sur la grande scène quasi déserte si l'on excepte une structure métallique genre grande passerelle en construction ou à l'abandon dans un no man's land propice au deal.

La discussion s'engage aussitôt sans temps mort pour une joute qui durera à peine une heure. Dans cette pièce qui n'est peut-être au fond qu'une variation musicale, Charles Berling a choisi deux solos qui se répondent. On pourrait dire qu'on est devant deux interprètes de "free jazz".

Reste à jauger cette musique : d'aucuns la trouveront peu inspirée, d'autres apprécieront qu'on l'entende avec limpidité. D'aucuns reprocheront aux deux partitions d'être inégales, avec un Berling très acteur face à sa partenaire plus atone, moins à l'aise sur une scène où elle ne peut pas chuchoter mais doit d'abord lancer le texte pour jouer à l'unisson d'un grand professionnel. D'autres trouveront cette situation déséquilibrée et chaotique bien en phase avec le propos de Koltès.

Quoi qu'il en soit, le travail proposé par Charles Berling a le mérite de faire le point avec netteté sur ce que veut dire "Dans la solitude des champs de coton".

Moment poétique ou logorrhée déjà datée, les spectateurs choisiront définitivement leur camp entre ceux qui viendront voir et revoir encore et toujours ce "classique" et ceux qui l'auront également définitivement classé parmi les œuvres surfaites qui ne méritent pas tant d'honneurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=