Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce True Copy
Le Centquatre  (Paris)  mai 2019

Spectacle du Collectif Berlin avec Geert Jan Jansen.

Le groupe néerlandais BERLIN aime proposer des spectacles qui mélangent les genres. Entre conférence, interview, intervention du public, happening, "True Copy" est une bonne entrée dans un univers où l'on est tout d'abord bien accueilli, où l'on se sent tout de suite en osmose avec des artistes dont le but est le partage.

On pourrait craindre une vaste manipulation puisque le sujet choisi est le monde des faussaires, représenté par le plus grand d'entre eux aux Pays-Bas, Geert Jan Jansen, digne successeur du grand Han Van Meegeren qui avait trompé les nazis en leur vendant des Vermeer. Mais, même si l'on ne sera pas garantie contre les surprises - à ne surtout pas révéler - on n'en voudra pas à Yves Degryse et à son équipe.

Ce qui est sûr, c'est qu'une fois lancée la machine - au sens presque strict - qu'est "Rue Coty", on sera constamment passionné par tout ce qu'on découvrira grâce à Geert Jan Jansen, réellement présent sur scène, qui ne va pas raconter seulement son incroyable histoire mais donner matière à réflexion sur "qu'est-ce que l'art ?" , "qu'est-ce qu'un artiste ?", et même pour les amateurs de trivialités, "qu'est-ce que le marché de l'art ?"

Sur scène, avant que Geert Jan Jansen vienne répondre aux questions, on aura un grand mur composé de tableaux qui se révélera un mur vidéo où chaque tableau peut devenir un écran contenant des pièces à conviction pour alimenter le récit.

Dans un second temps, on s'apercevra que le mur est en fait une construction genre "grande cabane" derrière lequel il y a des pièces avec des caméras où le faussaire ira peindre sous les yeux du public un faux Picasso.Ainsi, rien que sur le plan formel, la démarche de BERLIN est pleine d'invention et toujours ludique. Au point que sera organisée une vente aux enchères.

Il aurait été intéressant de demander aux membres du groupe si les spectateurs hollandais ou européens réagissent comme ceux du "104" qui se prirent au jeu... aboutissant à vendre plusieurs milliers d'euros un pur faux Picasso signé Jansen !

Chose encore plus intrigante : le public applaudit l'enchère ! On voit là l'emprise qu'à l'art et son marché sur la moindre personne qui en lit régulièrement les avatars.

Sur la personnalité du faussaire, on pourra aussi tirer quelques leçons. Comme Guy Ribes, autre artiste copiste, dont on avait pu voir la vie contée dans un film, "Un vrai faussaire", Geer Jan Jansen a soif de reconnaissance, paraît un peu aigri sous sa fausse bonhomie teintée d'une certaine fierté pour ce qu'il a fait.

De tout le tourbillon de révélations qu'il fera ou qu'on lui prêtera, on aurait plutôt tendance à envier sa vie. Pourtant, on le sent près de craquer. On regrettera qu'Yves Degryse ne lui pose pas la question qui tue et dont ne peut donner à coup sûr la réponse : "Est-ce qu'il aime vraiment peindre ?"

On en doute fortement et que c'est là ce qui le différencie du peintre qui connaît les affres de la création et qui n'est la plupart du temps pas guidé (au moins dans un premier temps) par son compte en banque. Ce n'est pas le cas du faussaire qui aime avant tout l'argent et qui n'hésiterait pas à peindre des croûtes si elles valaient le prix d'un Van Gogh ou d'un Matisse.

Le spectacle original fourni par le Groupe BERLIN vaut donc le déplacement. On les sait entre Perec et Greenaway et on les remercie de donner à tous l'illusion (ou pas) d'être plus intelligents à la sortie qu'à l'entrée de ce "True Copy" dense et informé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=