Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce True Copy
Le Centquatre  (Paris)  mai 2019

Spectacle du Collectif Berlin avec Geert Jan Jansen.

Le groupe néerlandais BERLIN aime proposer des spectacles qui mélangent les genres. Entre conférence, interview, intervention du public, happening, "True Copy" est une bonne entrée dans un univers où l'on est tout d'abord bien accueilli, où l'on se sent tout de suite en osmose avec des artistes dont le but est le partage.

On pourrait craindre une vaste manipulation puisque le sujet choisi est le monde des faussaires, représenté par le plus grand d'entre eux aux Pays-Bas, Geert Jan Jansen, digne successeur du grand Han Van Meegeren qui avait trompé les nazis en leur vendant des Vermeer. Mais, même si l'on ne sera pas garantie contre les surprises - à ne surtout pas révéler - on n'en voudra pas à Yves Degryse et à son équipe.

Ce qui est sûr, c'est qu'une fois lancée la machine - au sens presque strict - qu'est "Rue Coty", on sera constamment passionné par tout ce qu'on découvrira grâce à Geert Jan Jansen, réellement présent sur scène, qui ne va pas raconter seulement son incroyable histoire mais donner matière à réflexion sur "qu'est-ce que l'art ?" , "qu'est-ce qu'un artiste ?", et même pour les amateurs de trivialités, "qu'est-ce que le marché de l'art ?"

Sur scène, avant que Geert Jan Jansen vienne répondre aux questions, on aura un grand mur composé de tableaux qui se révélera un mur vidéo où chaque tableau peut devenir un écran contenant des pièces à conviction pour alimenter le récit.

Dans un second temps, on s'apercevra que le mur est en fait une construction genre "grande cabane" derrière lequel il y a des pièces avec des caméras où le faussaire ira peindre sous les yeux du public un faux Picasso.Ainsi, rien que sur le plan formel, la démarche de BERLIN est pleine d'invention et toujours ludique. Au point que sera organisée une vente aux enchères.

Il aurait été intéressant de demander aux membres du groupe si les spectateurs hollandais ou européens réagissent comme ceux du "104" qui se prirent au jeu... aboutissant à vendre plusieurs milliers d'euros un pur faux Picasso signé Jansen !

Chose encore plus intrigante : le public applaudit l'enchère ! On voit là l'emprise qu'à l'art et son marché sur la moindre personne qui en lit régulièrement les avatars.

Sur la personnalité du faussaire, on pourra aussi tirer quelques leçons. Comme Guy Ribes, autre artiste copiste, dont on avait pu voir la vie contée dans un film, "Un vrai faussaire", Geer Jan Jansen a soif de reconnaissance, paraît un peu aigri sous sa fausse bonhomie teintée d'une certaine fierté pour ce qu'il a fait.

De tout le tourbillon de révélations qu'il fera ou qu'on lui prêtera, on aurait plutôt tendance à envier sa vie. Pourtant, on le sent près de craquer. On regrettera qu'Yves Degryse ne lui pose pas la question qui tue et dont ne peut donner à coup sûr la réponse : "Est-ce qu'il aime vraiment peindre ?"

On en doute fortement et que c'est là ce qui le différencie du peintre qui connaît les affres de la création et qui n'est la plupart du temps pas guidé (au moins dans un premier temps) par son compte en banque. Ce n'est pas le cas du faussaire qui aime avant tout l'argent et qui n'hésiterait pas à peindre des croûtes si elles valaient le prix d'un Van Gogh ou d'un Matisse.

Le spectacle original fourni par le Groupe BERLIN vaut donc le déplacement. On les sait entre Perec et Greenaway et on les remercie de donner à tous l'illusion (ou pas) d'être plus intelligents à la sortie qu'à l'entrée de ce "True Copy" dense et informé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=