Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Plague Tale : Innocence
Windows - Playstation 4 - Xbox One  (Asobo Studio)  mai 2019
Quand les studios français se lancent dans des jeux AA où ils peuvent avoir toute liberté et s’exprimer pleinement, cela nous amène à des petits bijoux comme A Plague Tale : Innocence, développé par Asobo Studio et publié par Focus Interactive (producteur entre autre de Vampyr).

Asobo Studio est un studio de développement bordelais (Cocorico !) qui s’était fait connaître pour des jeux tels que Fuel, Là-haut, Toy Story 3, The Crew, Monopoly Plus, ReCore, Rush : A Disney Pixar Adventure ou plus récemment Zoo Tycoon : Ultimate Animal Collection.

On sentait déjà à l’époque que les développeurs voulaient se faire un nom et étaient prêts à travailler sur toute sorte de projet pour y arriver. Et je peux vous dire qu’ils y sont arrivés et leur nouveau bébé se nomme A Plague Tale : Innocence.

A Plague Tale : Innocence est un jeu mature et bien pensé, tout a été fait pour prendre le joueur par les sentiments et le rendre acteur et spectateur de son histoire. Mais il lui montre aussi la dure réalité de la vie à l’époque de la peste.

L’histoire

Vous incarnez Amicia De Rune, une jeune fille de 14 ans, élevée par son père, Robert de Rune, dans un village de Gironde. Amicia est un petit mélange d’Aloy (héroïne de Horizon Zero Dawn) et de Arya Stark (héroïne de Game of Thrones). Elle est très garçon manqué et passe son temps avec son père à apprendre à chasser et tirer à la fronde. Amicia va malheureusement bientôt découvrir ce qui se passe dans le village dont son père est le seigneur et va devoir affronter un terrible fléau en compagnie de son frère Hugo.

Hugo, quant à lui a 5 ans, et est élevé par sa mère Béatrice de Rune qui le surprotège à cause de la maladie de celui-ci. En effet, Hugo souffre d’un mal inconnu que nous allons découvrir au fur et à mesure du jeu, ce qui le tient à l’écart du reste de sa famille. Vous comprendrez donc qu’Amicia et Hugo se connaissent très peu, mais que l’intrigue va nous amener à tisser des liens entre eux. D’ailleurs, l’idée d’avoir à tisser des liens entre Hugo et Amicia est très judicieuse car cela va faire que le joueur s’impliquera encore plus dans l’intrigue et les relations des différents protagonistes.

Mais revenons-en au début de l’histoire, Amicia et son père découvrent de façon brutale qu’un mal est en train de ravager le monde qui les entoure, ce mal est représenté par les rats et une substance noire qui se répand un peu partout, belle allégorie de la peste, n’est-ce pas ?

Amicia et son père reparte donc très vite au château afin de prévenir tout le monde et c’est à cette occasion que nous rencontrerons la mère d’Amicia puisque celle-ci va devoir lui parler d’urgence pour la prévenir.

C’est à ce moment que l’inquisition arrive au château des de Rune et élimine le père d’Amicia devant ses yeux. Amicia partira alors à la recherche de son frère à la demande de sa mère afin de le mettre à l’abri. Il ne faut surtout pas que Hugo tombe entre les mains de l’inquisition, mais pourquoi ? Et pourquoi l’inquisition recherche ce garçon qu’a-t’il de si important ?

C’est là tout l’objet du jeu. Et je vous laisserais le découvrir par vous-même.

Le gameplay

Le jeu est bien pensé à tous les niveaux, l’histoire est prenante, le scénario bien écrit et le gameplay est suffisamment varié pour que le joueur ne s’ennuie pas. Vous aurez tantôt des phases d’infiltration, assez simples avouons-le mais suffisamment bien réalisées pour ne pas les rendre ennuyantes, tantôt des phases de combat où vous pourrez jouer avec les différents types de projectiles qu’Amicia aura à sa disposition tout au long du jeu, disponibles via une roue de munition facilement accessible et qui permet de ralentir le temps pour vous laisser choisir la bonne munition contre le bon ennemi (mécanique déjà utilisé dans Horizon Zero Dawn entre autres et qui reste très efficace).

Parfois, vous aurez des instants de simulateur de marche qui permettront d’en découvrir beaucoup plus sur l’histoire car c’est à ce moment que vous discuterez avec votre frère et vos différents compagnons de route.

Les compagnons de route, quant à eux, sont loin d’être inintéressants au contraire, certains vous aideront dans votre quête en vous apportant de nouveaux types de munitions, d’autres auront des capacités particulières que je vous laisserais découvrir pour ne pas vous gâcher le plaisir du jeu.

De plus si vous fouillez bien les différents lieux, vous découvrirez des éléments de leur vie, ou déclencherez des scènes de dialogue où ils parleront d’eux. De plus, n’hésitez pas à vous balader partout afin de trouver différents éléments comme des fleurs qu’Hugo mettra dans les cheveux d’Amicia, ou bien des cadeaux et différents objets que vous stockerez dans une étagère au cours de votre aventure et qui déclencheront des petits dialogues qui rendent les protagonistes plus humains et réels à vos yeux.

Et les ennemis dans tout ça ?

Dans le monde de A plague Tale : Innocence, vous aurez deux types d’ennemis, les humains et les rats.

Les humains sont des soldats de l’inquisition envoyés par le grand inquisiteur et vous aurez à vous cacher d’eux afin de leur échapper ou alors à les affronter pour les éliminer. Et comme je le disais précédemment, il faudra choisir judicieusement la façon de les éliminer, soit avec vos munitions, vos compagnons, ou bien la façon ultime sera d’utiliser vos autres ennemis, les rats.

Les rats sont vos ennemis car si vous vous approchez un peu trop près d’eux, ils n’hésiteront pas à vous manger et donc vous mourrez dans d’atroces souffrances. Mais ils pourront également être vos alliés car les rats pourront s’attaquer à vos ennemis si vous faites en sorte d’éliminer toute source de lumière les entourant. Le gameplay est très bien pensé à ce niveau car vous pourrez vraiment jouer avec les rats.

L’ambiance ?

Comme je le disais, les décors sont très travaillés et très beaux dans l’ensemble, nous voyons bien la différence entre l’ambiance bucolique du départ et l’ambiance glauque qui s’intensifie au cours du jeu. Dans certaines phases du jeu, vous devrez même traverser des fosses de cadavres en décomposition et croyez-moi, vous ressentirez rapidement ce qu’Amicia ressent.

La musique est très travaillée et colle toujours parfaitement à la narration de l’histoire. On sent le soin apporté à l’ambiance sonore afin que le joueur soit au cœur du jeu et soit lié à Amicia et son frère Hugo.

Les doublages en français sont d’une excellente qualité, le jeu des acteurs est très soigné. Aucun des personnages de l’histoire n’a été bâclé. Le studio a même pris soin d’écrire des dialogues entre les soldats de l’inquisition qui nous permettent de comprendre ce qui se passe de leur côté si on prend le temps de les écouter. Cela nous plonge encore plus au cœur de l’histoire et nous permet de comprendre pourquoi Amicia est aussi peinée de les éliminer par moment.

Conclusion

A Plague Tale : Innocence est un jeu que je conseille fortement, tant l’ambiance est prenante et les personnages attachants. Il ne vous laissera pas indifférent quant aux sorts des différents protagonistes et vous paniquerez devant la vague de rats qui pourra à tout moment vous submerger.

La durée de vie du jeu se situe aux alentours des 10h ce qui est très raisonnable si on met en relation le prix, la durée de vie et l’expérience de jeu qui est très bonne.

Alors qu’attendez-vous pour vous balader en Gironde à l’époque de la peste ?

 

En savoir plus :
Le site officiel de A Plague Tale
Le Facebook de A Plague Tale


Ezaechiel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=