Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ponti
Sharlene Teo  (Editions Buchet-Castel)  avril 2019

Direction Singapour, ville plutôt connue pour ses activités financières que pour sa littérature, avec un premier roman d'une jeune auteure, Ponti, publié aux éditions Buchet-Chastel. Sharlene Teo est né en 1987 à Singapour, elle est diplomée en creative writing en Grande-Bretagne et a reçu un prix de prépublication prestigieux. Ponti a déjà été traduit dans près de dix pays.

Le roman tourne autour de deux personnages, Zsu et Circe. Zsu est une ado timide et mal dans sa peau. Elle vit recluse à Singapour avec sa grand-mère et sa mère, une ancienne star de films d'horreur devenus cultes. Quand elle rencontre Circe, à l'aise partout, jolie et brillante, c'est le coup de foudre et l'espoir pour elle d'échapper à l'étouffant huis-clos familial. C'est aussi le début d'une amitié adolescente fusionnelle, même si Circe, au fond, est surtout obsédée par la mère de son amie et son aura de célébrité.

Vingt ans plus tard, en pleine crise de la quarantaine et sur le point de divorcer, Circe est confrontée, au détour d'un projet professionnel, à cette passion oubliée. Les souvenirs remontent petit-à –petit, avec les bouleversements qui vont avec…

Pour tout vous avouer, je n'attendais pas grand-chose de la lecture de cet ouvrage lorsqu'il arriva entre mes mains. Je n'avais jamais entendu parler de cette auteure ni de ce livre, je ne l'avais même pas repérer comme future éventuelle lecture. Sa réception, Merci Claire, me fit découvrir une quatrième de couverture pas plus avenante que cela, une couverture plutôt jolie et un petit commentaire concernant l'ouvrage de Ian Mc Ewan, un auteur que j'adore, qui me mit l'eau à la bouche.

Trois cent pages plus tard, je ne suis pas déçu de ma lecture et l'image que je me faisant de la métropole Singapourienne ne se limitera plus à des immeubles de cinquante étages ou plus les uns à coté des autres. Ponti est un ouvrage plein de charme, un roman choral autour de trois femmes qui s'avère être drôle, émouvant et original avec en toile de fond l'ambiance du Singapour des trentes dernières années.

Les trois personnages qui se livrent dans l'ouvrage sont particulièrement attachants. On y trouve la mère de Zsu, Amisa, une charmante femme qui a tourné trois films d'horreur qui lui ont donné une certaine notoriété. Le nom de cette trilogie ? Ponti ! Le livre nous retrace sa vie avec notamment les relations compliquées qu'elle entretenait avec sa fille Zsu. Autour d'elle, Circe, une jeune fille qui entre dans la vie de ces deux femmes autour d'une relation fusionnelle.

On suit donc trois voix, trois destins depuis le début des années 70 en alternant les points de vue et les époques. L'ensemble est servi par une très belle écriture, sensorielle et poétique qui nous donne une très belle impression de l'atmosphère qui règne à Singapour, ville connue pour sa moiteur, son humidité et sa population multiculturelle.

Ponti est donc un ouvrage dépaysant qui aura eu le mérite de me faire découvrir un écrivain et une ville. C'est un ouvrage qui nous fait aussi beaucoup réfléchir sur des sujets importants comme l'amitié et les relations enfant/ parents, ici entre une mère et une fille. Et enfin c'est un ouvrage original du fait que les hommes sont peu présents, quasi inexistants, ce qui est plutôt rare en littérature.

 

 


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=