Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iliade
La Scala  (Paris)  mai 2019

Comédie dramatique d’après l'oeuvre éponyme d'Homère, adaptation et mise en scène de Pauline Bayle, avec Charlotte Van Bervesseles, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin.

 C'est en 2015 que Pauline Baye a livré sa première version de "L'Iliade". Aujourd'hui elle poursuit sa lecture minimaliste de l'oeuvre d'Homère, en y adjoignant "L'Odyssée".

Conçus séparément les deux spectacles peuvent être maintenant vus ensemble. C'est d'ailleurs la question qui se pose en préliminaire : faut-il voir l'intégralité de la grande geste antique, où préférer, à l'ère des "séries", la déguster en deux soirées ?

Cela implique de considérer les deux spectacles comme indépendants et dès lors de les juger comme tels, c'est-à-dire non pas de les amalgamer de facto, mais de les examiner l'un après l'autre, l'un contre l'autre.

A ce jeu, on est bien obligé d'admettre que l'adaptation de l'Iliade est plus réussie que celle de l'Odyssée et qu'il vaut donc mieux les voir séparément, et, d'une certaine façon d'aller à l'encontre de la logique, en commençant par le retour d'Ulysse à Ithaque et de finir en apothéose par une Guerre de Troie qui, avec cinq personnages, une adaptation très claire et un texte très pur, vaut largement le péplum qu'en a tiré Wolfgang Petersen avec des moyens considérables, et une distribution affolante comprenant Brad Pitt, Diane Kruger, Orlando Bloom et Peter O'Toole.

Comme Pauline Baye termine brutalement la prise de Troie par le choc titanesque entre Hector et Achille, laissant Ulysse conter l'épisode du Cheval dans l'Odyssée à venir, on sera saisi par cette fureur guerrière. En revanche, force est de constater que, malgré la même construction théâtrale, la fin de l'Odyssée traînasse un peu, l'épisode ultime avec les Prétendants étant sans doute aussi décevant que le dernier acte de "Game of Thrones".

Pour en revenir à l'Iliade, les cinq comédiens (Charlotte Van Bervesseles, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin) disent le texte, interprètent les personnages, mais sans se soucier de les incarner en toutes circonstances.

Il n'y a pas "un" Patrocle ni "une" Hélène, mais tous peuvent l'être, et les rôles féminins peuvent être tenus par des hommes et réciproquement. Pauline Baye a choisi la limpidité du discours plutôt que son illustration. Tout le monde est en jeans et en baskets, personne n'est en toge ni ne porte de boucliers ou de casques.

Quelques éléments matériels viennent parfois pour éclairer des scènes, comme l'irruption de seaux contenant de l'eau ou de la peinture, ou pouvant servir à allumer des feux.

Conformément au poème d'Homère, les Dieux peuvent intervenir ou dialoguer entre eux, mais sans emphase et sans grandiloquence. Ils sont même souvent objets de moquerie de la part de la metteuse en scène qui ne les présente pas toujours à leur avantage et, pareillement, on ne sent pas un très grand respect des divinités par les hommes pourtant censés être les champions respectifs des Dieux qui se querellent.

Outre le parti formel d'un récitatif rythmé sous forme de choeur entrecoupé de morceaux de bravoure joués par les acteurs, on peut dire qu'on est ici devant une interprétation agnostique de l'Iliade.

Préfigurant "Le Désert des Tartares" avec sa guerre qui n'arrive jamais, ou simplement quand on ne l'attend plus, "Iliade" telle qu'elle est montrée par Pauline Baye est passionnante. Elle sait l'achever à son acmé avec la mort d'Hector, double fatalité puisqu'elle annonce la défaite des Troyens et la mort inéluctable d'Achille dont le sort était intimement lié à celui de son ennemi héroïque.

Cette très belle réflexion sur la guerre est aussi une entrée inspirée dans l'un des récits majeurs de la littérature mondiale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 juin 2019 : Bientôt l'été

On approche de l'été à grands pas, comme toujours pas d'interruption des programmes sur Froggy's Delight. Alors continuez de venir profiter de nos sélections culturelles chaque semaine avec leurs doses de festivals, de spectacles, de livres pour la plage et de musique à écouter partout !

Du côté de la musique :

"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats
et toujours :
"Walter & Lavergne" de Walter & Lavergne
"Solstice EP" de Alma Forrer
"L'hiver des poètes" de Marianne Feder
"Le ventre et l'estomac" de Nicolas Paugam
"Ok Ok !" de Oui Oui Oui
"Chopin : 4 ballades Polonaises, Valses, Nocturnes" de Jean Paul Gasparian
"Omoiyari" de Kishi Bashi
"Moan EP" de Laura Clauzel
"Toutes choses visibles EP" de Malade[s]
"No problem" de Tristan Mélia Trio
Petit tour au festival RUSH de Rouen
Présentation du festival La Magnifique Society de Reims

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Bigre" au Théâtre du Rond-Point
"Retours - Le père de l'enfant de la mère" au Théâtre du Rond-Point
"Le Testament de tante Caroline" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Petit éloge de la nuit" à La Scala
"A ma place, vous Ferrier quoi ?" au Théâtre de l'Atelier
des reprises :
"Folie" au Théâtre Hébertot
"La petite fille de Monsieur Linh" au Théâtre Le Lucernaire
"Speakeasy" au Palais des Glaces
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

"L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour : "Thomas Schütte - Trois Actes" à la Monnaie de Paris

Cinéma :

le film de la semaine :
"Van Gogh et le Japon" de David Bickerstaff
et la chronique des sorties de mai

Lecture avec :

"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin
et toujours :
"La vie dont nous rêvions" de Michelle Sacks
"Le chant de l'assassin" de R.J. Ellory
"Le chef du contre espionnage nazi parle" de Walter Schellenberg
"London nocturne" de Cathi Unsworth
"Par delà nos corps" de Bérengère Cournut

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC
"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=