Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La nuit juste avant les forêts
Lavoir Moderne Parisien  (Paris)  juin 2019

Monologue dramatique de Bernard-Marie Koltès, mise en scène de Cécile Rist, avec Guillaume Tobo et Bastien d’Asnières.

Un homme aviné, déclassé et étranger, en quête d'une chambre par une nuit pluvieuse, et dont sera révélé qu'il a été victime d'une rixe, et plus précisément une agression raciste, est en proie à une intarissable logorrhée, à la manière de celle de certains "sans domicile fixe" refaisant le monde.

Telle est la situation développée par le dramaturge Bernard-Marie Koltès dans "La nuit juste avant les forêts" opus constitué, tel un flux de pensée, de ressassements décousus, de divagations paranoïaques et de délire conspirationniste visant la masse laborieuse asservie par le grand capital, et de forme monologale mais écrit comme un dialogue avec un interlocuteur indéterminé et muet qui donc n'apporte jamais ni assentiment ni contradiction.

Ecrite en 1977, la partition brasse les thématiques sociales récurrentes du temps et de l'oeuvre Koltès sur l'altérité, l'injustice sociale, le syndicalisme ouvrier, l'intolérance avec l'homophobie, le racisme ordinaire avec les "ratonnades" placées sous la vision koltésienne du marginal et de l'exclu considéré comme "voyant", au sens poétique du terme, sur la réalité du monde qui délivre sinon la vérité du moins une parole qui dérange.

Là où Patrice Chéreau, grand spécialiste du théâtre de Koltès, faisait abstraction du public et plaçait le personnage sur un lit d'hôpital pour une interprétation distanciée, Cécile Rist prend le contre-pied en optant judicieusement pour une mise en scène diamétralement opposée qui ressort au "Yer-in-the face" avec un homme debout, errant, entre abattement et accès de rage, avant de s'effondrer.

Ainsi, dans les lumières crépusculaires de la nuit urbaine élaborées par Carole Van Bellegrem, le texte est délivré en adresse au public et ce, dans la plus grande proximité, effaçant complètement le quatrième mur non seulement avec le comédien à quelques centimètres de celui-ci mais en corporéisant l'interlocuteur en désignant à cet effet un spectateur qui passera de la salle au plateau.

Ponctué par quelques virgules musicales dont des riffs de trompette à la Miles Davis, assurées par Bastien d’Asnières, le spectacle s'inscrit dans un naturalisme incarné porté par Guillaume Tobo, acteur et comédien aguerri.

Et il délivre une très convaincante prestation performative qui met en relief la pérennité des problèmes sociétaux évoqués.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 octobre 2021 : la petite lorgnette de la culture

C'est reparti pour un tour, on vous prépare des choses pour la fin d'année avec les amis du Village Pop mais aussi dans le look de votre site préféré. En attendant, voici le replay de la MAG34 et bien entendu le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Glow on" de Turnstile
"9" de 21 Grammes
"Satellite" de Fabulous Sheep
"55" de Heimlich
"Schubert : Sonates pour piano D840 & D960" de Jean Marc Luisada
"Mixology" de Katerina Fotinaki
"Love Letters" la nouvelle émission de Listen In Bed qui cause de Metronomy
"Awé !" de Samy Thiébault
"Diaporama" de Stéphanie Acquette
"Mumbo Jumbo" de Dragon Rapide
"La nuit des stéphanois" au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"Mary's Ideas : Umlaut Big Band plays Mary Lou Williams" de Umlaut Big Band
"From dreams to dust" de The Felice Brothers
"A bright interval" de Sweet Gum Tree
Rencontre avec Marianne Piketty autour de son disque "Vivaldi l'âge d'or"
"Fracture" saison 3 émission 2 de Listen In Bed
"En suspens" de Daniel Jea
"Chaleur digitale" de Collateral

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pour ne pas finir comme Roméo et Juliette" au Théâtre des Abbesses
"A.I.R." au Théâtre La Flèche
les reprises :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Portrait de Raoul" au Monfort Théâtre
"Accusé.e" au Théo Théâtre
"Mon meilleur copain" à la Comédie de Paris
"Jos Houben - L'art du rire" à La Scala
"Mathieu Penchinat - Qui fuis-je ? " au Théâtre du Marais
"Machine de Cirque" à La Scala
les autres spectacles à l'affiche
et le théâtre dans son salon avec des captations intégrales en streaming gratuit
"Acqua Alta" au Théâtre national de Chaillot
"Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" au Théâtre du Petit Montparnasse

Expositions :

"Jean-Michel Othoniel- Le Théorème de Narcisse" au Petit Palais
"Soutine/de Kooning, la peinture incarnée" au Musée de l'Orangerie
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Vernon Subutex 1" de Hannes Rossacher
"Tu ne tueras pas" de Krzysztof Kieslowski
"Un Condé" de Yves Boisset
"L'Ange exterminateur" de Luis Bunuel
"A Fish swimming upside down"de Eliza Petkova
"Hadewijch" de Bruno Dumont

et en salle un documentaire "Leur Algérie" de Lina Soualem

Lecture avec :

Les conquérants de la steppe, d'Attila au khanat de Crimée, Ve-XVIIIe siècle" de Arnaud Blin
"Le jardin des monstres" de Lorenza Pieri
"Kérozène" de Adeline Dieudonné
"En automne" de Karl Ove Knausgaard
"Danton et Robespierre, le choc de la révolution" de Loris Chavanette
"Danseurs sur le rivage" et "Dem" de William Melvin Kelley
et toujours :
"Venise" de Elisabeth Crouzet-Pavan
"Sur l'île noire" de Sonja Delzongle
"Rien à déclarer" de Richard Ford
"Le chat, le général et la corneille" de Nino Haratischwilli
"L'unique goutte de sang" de Arnaud Rozan
"Apocalypse Show, quand l'Amérique s'effondre" de Anne-Lise Melquiond

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=