Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Chasse aux papillons
Otar Iosseliani  (1991) 

Réalisé par Otar Iosseliani. France/Allemagne/Italie. Comédie dramatique. 1h55 (Sortie 1991). Avec Narda Blanchet, Pierrette Pompon-Bailhache, Alexandre Tcherkassoff, Thamar Tarassachvili, Alexandra Liebermann, Lilia Ollivier, Mathieu Amalric, Manu de Chauvigny et Pascal Bonitzer.

Comme c’est souvent le cas au cinéma, tout commence avec l’arrivée d’un train en gare. La fanfare s’est déplacée pour saluer l’arrivée d’un richissime Maharadjah, ami du notaire de la ville, qui habite un confortable château.

En face de chez lui, le château de Baïonette, habité par la propriétaire et sa cousine, et vaguement nettoyé par la peu soigneuse Valérie. Le château est régulièrement visité par une antiquaire sans beaucoup de scrupule, qui négocie les meubles en rectifiant le renard qu’elle porte autour du cou.

Autour de ces personnages, l’activité d’une petite ville de province, hors du temps, décrite avec une minutie amusée par le cinéaste géorgien. Un monde de petites habitudes où l’absurde a toute sa place. La cousine de la châtelaine utilise un arc pour pêcher, ou un aimant pour attraper les boules de pétanque, inventions aux accents keatoniens.

"La Chasse aux papillons" de Otar Iosseliani émerveille par ce goût de la trouvaille et son sens de l’humour. Les commères du village se réveillent les unes les autres par un dispositif de ficelles fixé au volet, qu’un mouvement de caméra tout en élégance suit d’une fenêtre à l’autre, avant de pénétrer dans une des pièces. Là, elle balaie une table, qu’on découvre jonchée des restes d’un manifeste festin.

Dans un lit, un homme peine à s’éveiller, et s’aide d’une petite gorgée de vodka pour se remettre de l’ordre dans les idées. Il va vomir, s’habille… d’une livrée de curé ! Ce mélange entre l’élégance de la mise en scène, la trivialité de la réalité rapportée, et l’art de décrire un personnage décalé résume bien ce film étonnant.

Dans cette galerie de portraits, on peut ajouter le notaire et son goût des belles choses. Le personnage ventripotent accueille son professeur de piano en lui faisant faire le tour de son château, commentant chacun des objets à la manière d’un guide de musée… qui fait mettre des patins aux visiteurs et lâche secrètement les chiens dès qu’on commence à toucher à ses affaires.

Cette obsession du propre, cette manie de l’ordonnancement (le notaire remet en place les statuettes déplacées malicieusement par le pianiste) contrastent avec la cacophonie qui éclate dès qu’il se met à chanter. Dans la pièce de musique, où le piano est tout aussi verni que le parquet, des oiseaux de toutes sortes sont installés dans des cages. Leur piaillement accompagne le chant du notaire, recouvert également par un domestique zélé qui partage son goût pour les trilles. Bref, un beau chahut auditif !

Ce chahut est d’ailleurs une constante dans "La Chasse aux papillons". Tout d’abord, la musique est partout, des tambours des afficionados de Krishna qui squattent les vertes pelouses de Baïonnette à la fanfare qui répète dans l’église, ou aux disques usés que la châtelaine passe en boucle sur son vieux phonographe. Le chahut naît également du chevauchement des voix : les personnages parlent souvent en même temps, dans un curieux concert de banalités.

Une autre voix est celle de la radio, où les informations sont annoncées par des jingles tintinnabulants et joyeux, qui contrastent avec les terribles nouvelles rapportées quotidiennement. Dans cet univers figé, c’est une irruption du monde réel et du présent, à travers les attentats, les meurtres, la violence et la mort.

La mort fera d’ailleurs son entrée dans le château, et avec elle, les parasites du monde contemporain. Ces parasites, ce sont la famille, une bande de veuves et de vieilles filles qui courent après l’héritage, les Japonais qui attendaient la mort de la Châtelaine pour acheter son domaine, l’antiquaire qui embarque en douce les objets précieux qu’abritent encore les vieux murs de pierre.

Dans ses murs se cachent encore les traces du passé. A la manière de Mankiewicz dans "The Ghost and Mrs Muir", Otar Iosseliani imagine un fantôme qui emporte la vieille dame. Les fantômes du passé sont ceux de la Russie tsariste, qui apparaissent parfois dans le château. Valérie, sans-gêne, s’installe dans la chambre de

Des images animées par un procédé ancien, une lunette qui permet de voir les images en trois dimensions. Iosseliani donne ainsi à voir la progressive mise au point de ce dispositif, qui doit additionner deux images aux traits flous pour obtenir la bonne photographie. Ce procédé se retrouve pour filmer les fantômes, et à travers eux, le temps. Deux images d’un même endroit se superposent, le passé retrouve le présent pour un court instant, s’incarne dans une cigarette qui traverse le temps.

Peu à peu, sous ses dehors loufoques, "La Chasse aux papillons" montre un monde qui s’effrite : une petite ville française s’ouvre aux touristes japonais qui remplacent les notables de jadis, les jetables remplacent les antiques appareils photographiques. La satire a sans doute un peu vieilli aujourd’hui, mais elle garde son potentiel comique.

Quant à la jeunesse, elle est avide, et surtout dépourvue de mémoire : dans un bel appartement parisien, l’héritière russe reste terrée entre ses photographies, cachée par sa fille derrière un rideau. On demande au vieux monde de mourir sans trop de bruit.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=