Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Cowboys Fringants - Dumas
Grand Rex  (Paris)  7 novembre 2005

Ce soir, le grand Rex s'est mis aux couleurs du Québec pour la venue des Cowboys Fringants. Une heure avant l'ouverture des portes la file d'attente est déjà impressionnante. Incroyable succès de ce groupe qui, lors de sa première venue il y a deux ans, était complètement inconnu. Mais depuis le bouche à oreille a fait se propager l'accent québécois à travers toute la France.

Avec sa vocation de cinéma, on pouvait pourtant redouter que cette très belle salle ne convienne pas forcément aux Cowboys. Mais finalement, peu importe que des fauteuils aux rembourrages confortables soient disposés dans l'orchestre et la mezzanine, peu importe que le reste du public se retrouve perchés aux balcons. Ce soir tout le monde est debout pour accueillir nos cousins d'Amériques.

Venu directement du Québec, dans les bagages des Cowboys, c'est Dumas qui assure la première partie.

Déjà reconnu au Québec, il sort ici son deuxième album Le cours des jours et compte bien surfer sur la déferlante québécoise.

Accompagné de sa seule guitare acoustique, d'une boite à rythme et de diverses pédales, il joue et sample les parties de ses titres et les superpose.

En showman (à l'américaine !) il fait participer le public et le sollicite pour les chœurs, comme sur le très pop "Le désir comme tel"» ou sur "Je sais pas". Mélangeant les styles, c'est sur un rythme très "indochinien" (le groupe, pas le pays) de "J'erre" que Dumas termine son set.

Le ton est donné, la fraîcheur et la bonne humeur sont les maîtres mots de ce début de soirée.

Dès leur entrée Karl, le chanteur, nous prévient : "On va vous en mettre plein la gueule" et le public d'en redemander.

Les deux cuivres présents résonnent aux premières notes de "La Reine", le feu est allumé.

Chaque titre provoque une nouvelle montée d'adrénaline. Le public de l'orchestre, massé contre la scène, pogote et monte sur scène pour slamer. Pour prévenir tout accident, Karl est même obligé de leur demander de réfréner leurs ardeurs.

Un concert des Cowboys c'est forcément un peu revendicatif, alors côté politique, "Lettre à Levesque" (fondateur du parti québécois) est l'occasion de d'affirmer leur vision souverainiste, côté écologie, "8 secondes" permet à Karl d'aborder pillage de leur principale richesse naturelle l'eau et "Le gars d'la compagnie" le saccage de leur forets.

Marie-Annick passe d'un instrument à l'autre, toujours avec sourire et réussissant invariablement à effectuer ses petits pas de danse.

Que ce soit l'accordéon ou le violon, elle embellit la musique des cowboys avec délicatesse et punch. Mais les autres ne sont pas en reste, Jean François, le guitariste, coiffé d'un bonnet de bouffon courre tout autour de la scène tandis que Karl victime d'une laryngite donne courageusement de la voix, sans faiblir, ni s'économiser.

Pour la chanson "Québécois de souche", ils intronisent le public Québécois d'adoption. Et dans un souci pédagogique, les Cowboys s'évertuent à nous faire correctement prononcer la phrase typique et indispensable "à boire tabernacle" qui sera reprise en chœur à la fin de "Symphonie pour Caza".

Puisant aussi dans leurs anciens albums, ils entonnent également les classiques et imparables tels que "La manifestation" ou "L'hiver approche" mais aussi la chanson qui a été le tournant de leur carrière "Toune d'automne".

Puis suivent le pamphlet "En Berne", "Plus rien", le titre le plus sombre et pessimiste (mais réaliste) de l'album, qui clôture le concert.

Pourtant le public ne se laisse pas faire et réclame à corps et à cris leur retour.

Le premier rappel, est l'occasion d'une petite démonstration de break par Karl qui ne peut exprimer sa joie autrement.

Ils entament alors leur très belle chanson teintée de nostalgie "Les étoiles filantes". Chanson de circonstance puisque le plafond de la salle en est parsemé. Le classique envoi d'avions en papiers vient agrémenter la chanson (voir paroles pour comprendre). Et dans le registre sentimental, "Rémi" est l'occasion pour Karl le public chanter le refrain d'une seule voix.

A peine repartis, les voilà qui reviennent pour le deuxième rappel et entonnent collégialement "Si tu penses un peu comme ça" aux accents anti- capitalistes. Cette fois c'est vraiment fini !

Le public a complètement oublié que l'on pouvait s'asseoir et est resté levé pendant les 2 heures qu'a duré le spectacle. C'est le cœur réchauffé et plein d'enthousiasme que le public à regret quitte la salle et s'en retourne dans le froid parisien.

Marie- Annick Lépine : Violon, accordéon - J-F Pauzé : Guitare - Dom Lebeau : Batterie - Karl Tremblay : Chant - Jérôme Dupras: Basse

Set list :

La reine/Camping Ste-Germaine/La manifestation/Joyeux calvaire/Toune d'automne/En attendant/La sainte paix/Ti-cul/Symphonie pour Caza/L'hiver approche/Lettre à Levesque/Mon pays/Québécois de souche/8 secondes/Ces temps-ci/Le gars d'la compagnie/En berne/Plus rien---Les étoiles filantes/Heavy Métal/Rémi---Si tu penses un peu comme ça

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Grand-messe des Cowboys fringants
La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
La chronique de l'album Que du vent des Cowboys Fringants
Les Cowboys Fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys Fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys Fringants en concert à l'Olympia (3 février 2009)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Les Cowboys Fringants en concert à L'Olympia (mardi 7 février 2012)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)
La chronique de l'album Le cours des jours de Dumas
La chronique de l'album Fixer le temps de Dumas
La chronique de l'album Nos idéaux de Dumas
Dumas en concert au Nouveau Casino (22 novembre 2005)
Dumas en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (samedi)
L'interview de Dumas (novembre 2005)

En savoir plus :

Le site officiel des Cowboys Fringants

Crédits photos : Thomy Keat (plus de photos sur Taste of indie)


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=