Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Homme encadré sur fond blanc
Théâtre Tristan Bernard  (Paris)  juin 2019

Seul en scène humoristique conçu par Pierric Tenthorey, Gaëtan Bloom, Jérôme Giller et Roelof Overmeer et interprété par Pierric Tenthorey.

Un grand garçon sec, en costume noir, chapeau noir, chaussures et chaussettes noires, avec une chemise blanche hébergeant une cravate noire, est dans une pièce contenant un cube blanc, des murs blancs et deux portes blanches.

Inévitablement, il cherche à ouvrir les portes situées aux deux côtés de la scène. Pour cela, un mystérieux rayon de lumière souligne soudain l'une des portes. L'homme se rend à ce qui ressemble à une invitation : déception, il ne parvient pas à ouvrir la porte et la poignée lui reste dans les mains... La lumière change de porte et l'homme se précipite de l'autre côté pour le même résultat...

Voilà le cadre dans lequel va évoluer désespérément Pierric. Au bout de chaque séquence, le noir se fait et quand la lumière revient, il est de dos dans la position d'un "porte manteau" qui ne laisserait apparaître que ses vêtements accrochés.

A chaque fois, la situation évolue un peu. Des objets apparaissent (canne, balles) ou disparaissent... et le cauchemar, pour le personnage, et le rire, pour le spectateur, continuent, avec une tendance à s'amplifier, comme le saugrenu de cette séquestration sans fin...

Face à ces éléments peu coopératifs, Pierric fait preuve de beaucoup d'abnégation : il ne se résigne jamais. Tour à tour magicien, jongleur, contorsionniste, mime, il reprend à les fignolant tous les numéros de ces grands prédécesseurs. On pense évidemment au Mime Marceau, à Jacques Tati, à Buster Keaton voire à Jerry Lewis. Pierric y ajoute de la danse et se prend un instant pour Fred Astaire sur la musique d'"Heaven".

Peu de redites et beaucoup d'astuces nouvelles comme cette manière inédite de jongler pendant laquelle des balles disparaissent. Très expressif, Pierric est aussi d'une dextérité folle. Il a reçu le Grand Prix 2015 au championnat du monde de magie, et ses tours sont distillés harmonieusement dans le spectacle sans qu'ils perturbent sa quête de la porte ouverte.

Suisse, également auteur de romans et réalisateur de courts-métrages, Pierrick Tenthoray est également influencé par le surréalisme belge. On s'en doute avec le titre magrittien de ce spectacle - "Homme encadré sur fond blanc" - conçu avec Gaëtan Bloom, Jérôme Giller et Roelof Overmeer mais aussi par certains gags passablement absurdes.

Ainsi, quand il parvient au bout de quelques séquences et d'un rituel compliqué qu'il doit constamment recommencer, à ouvrir le carré et qu'il a l'idée d'y jeter une balle... celle-ci tombe aussitôt du... plafond !

Avec Pierric, le haut et le bas, les couleurs et le noir et blanc, le côté gauche et le côté droit forment un méli-mélo qui défie les lois de la pesanteur et celle de la physique terrestre.

Pendant plus d'une heure, on est en compagnie d'un clown triste d'être dans un mauvais rêve et l'on a presque envie de se contenir, d'éviter de rire aux éclats devant les malheurs qui le touchent. Ce qui rassure vite c'est qu'ils n'ont pas l'air d'atteindre son moral et qu'il est encore et toujours sur la brèche pour trouver la solution.

On prédit à ce spectacle poétique et cruel, audacieux et d'une grande élégance visuelle, un grand succès qui sera mille fois mérité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=