Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Voyage de Marta
Neus Ballus  juillet 2019

Réalisé par Neus Ballus. Espagne/France. Comédie. 1h39 (Sortie le 7 juillet 2019). Avec Elena Andrada, Sergi López, Diomaye A. Ngom, Ian Samso, Madeleine C. Ndong et Margi Andújar.

Il y a deux ans, "Gabriel et la montagne" de Fellipe Gamarano Barbosa abordait la question des "jeunes touristes" occidentaux croyant pouvoir s'affranchir justement des rapports touristiques traditionnels avec le monde, et particulièrement avec l'Afrique.

Il s'agissait d'un jeune Brésilien, mais appartenant à la classe supérieure "mondialisé", voyageant en pensant qu'il n'avait rien à voir avec le touriste "beauf" post-colonial et cherchant à entrer en contact avec les populations locales directement en sautant les barrières raciales et monétaires...

On ne doutait pas de sa sincérité mais on y lisait une grande naïveté qui niait les évidents rapports de force que sa seule présence engendrait.

Moins tragique, et moins subtil, "Le Voyage de Marta " de Neus Ballus reprend des thèmes voisins. Ici, il s'agit d'une jeune fille de 17 ans, Marta, qui accompagne son père, voyagiste, au Sénégal où celui-ci met au point des "tours" pour des catalans avides de découvrir l'Afrique.

L'histoire est double : avec son petit frère Bruno, elle découvre son père dans son travail en même temps qu'elle s'immerge dans l'Afrique. Le film alterne ainsi les plans "touristiques" en jeep où l'on voit les parcours proposés aux clients de Sergi Lopez et la vie de Marta dans l'hôtel où ils sont en résidence.

Vite lassée par les mojitos et les soirées folkloriques, Marta s'intéresse au "off" du séjour de rêve que son père compose. Pour cela, elle franchit la barrière symbolique, celle du "Staff only" (titre original du film) e va à la rencontre de jeunes Africains à peine plus âgées qu'elle, à savoir Khouma le photographe du club et Aïssatou une femme de chambre.

Comme pour Gabriel, le franchissement de cette barrière ambivalente, à la fois visible et invisible, va s'avérer riche en conséquences.

Les bonnes intentions vont se transformer en "petit enfer" pour Marta qui va s'apercevoir qu'elle est, qu'elle le veuille ou non, de l'autre côté de la pancarte "Staff Only", qu'elle est une touriste même si elle ne se voit pas comme ça. Son ouverture d'esprit, qu'elle croit pure et guidée par la recherche antiraciste de l'altérité, a ses failles.

Si elle va apparemment voir autre chose que ce que verront les touristes formatés par son père, elle va aussi interférer sur une société où elle n'est que de passage et dans laquelle elle possède avec ses devises un pouvoir corrupteur ou tout au moins qui biaise ses relations possibles avec la population sénégalaise.

"Le voyage de Marta" de Neus Ballus ajoute une dimension que n'avait pas "Gabriel et la montagne" : Marta pratique – mais sans aisance – le français

Elle n'est pas, comme son compère brésilien, prisonnière du pidgin international qui réduit les échanges avec les Africains à des rapports commerciaux ou à des renseignements sur comment atteindre les étapes choisies. Elle entre vraiment en communication avec les Sénégalais et est donc amenée à se croire plus proche d'eux qu'elle ne l'est vraiment.

Tout à l'heure, on avait écrit que le film était moins subtil que "Gabriel et la montagne". Sa résolution est au moins claire et volontairement optimiste : Marta est encore jeune et si elle sait désormais qu'un court séjour à l'étranger oblige à rester du côté des "touristes", on peut aussi s'en émanciper en étant attentif à l'autre et en n'étant pas dupe des biais possibles, comme le sentimentalisme...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=