Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le fossé
Herman Koch  (Editions Belfond)  mai 2019

C’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé la lecture d’Herman Koch en ce chaud mois de juin. Herman Koch est un auteur néerlandais que j’ai découvert il y a quelques années déjà avec son ouvrage Le dîner qui m’avait beaucoup fait rire à l’époque.

Herman Koch est très connu aux Pays-Bas pour ses émissions de télévision satiriques et ses chroniques dans la presse écrite. Il est aussi l’auteur de plusieurs romans, tous marqués par une ironie grinçante qui est un peu la marque de fabrique de cet auteur célébré par la critique. Le fossé qui vient d’être publié chez Belfond est son quatrième roman traduit en français. Et une fois de plus, on ne boude pas son plaisir à la lecture de cet ouvrage, toujours aussi grinçant.

Herman Koch va nous faire suivre un certain Robert, le personnage principal de son roman. Robert n’est autre que le maire d’Amsterdam, un homme aimé du petit personnel communal et respecté par les puissants de ce monde. Il est aussi un époux comblé, aux côtés de Sylvia, son épouse d’origine étrangère. Ils forment avec Diana, leur fille, une famille heureuse. Robert se surprend à savourer pleinement le sentiment d’une vie accomplie.

Evidemment, un grain de sable va remettre en cause cette belle symphonie familiale. Lors d’une soirée officielle, Robert aperçoit sa femme rire à gorge déployée avec son adjoint à la mairie, le pourtant très insignifiant Maarten Van Hoogstraten. Robert n’avait jamais réalisé qu’ils étaient si proches et même complices. Son imagination en vient à lui jouer des tours, lui laissant penser qu’il pourrait y avoir quelque chose entre sa femme et cet adjoint. Sylvia, elle, se comporte de façon on ne peut plus normale, ce qui n’est pas sans augmenter l’inquiétude de Robert à son égard.

Très vite, le doute s’installe, le fossé se creuse. Et tandis que ses parents, un couple de nonagénaires énergiques, lui annoncent leur décision de mettre fin à leurs jours, c’est tout l’équilibre de Robert et sa belle assurance qui menacent de voler en éclats.

Soupçons et paranoïa vis-à-vis de sa femme vont entraîner Robert dans une multitude de soucis et d’imagination qu’il va se faire. On le suit nous détaillant sa vie avec Sylvia (avant ses doutes) et analysant son comportement pour mieux se convaincre des agissements qu’il imagine de sa femme avec son conseiller municipal.

L’ouvrage est alors l’occasion pour l’auteur satirique de nous parler des affres de la vie conjugale tout en nous proposant une critique acerbe de notre société, comme il l’avait déjà fait dans le dîner. Herman Koch n’a toujours pas sa langue dans la poche, il nous offre même un passage croustillant sur note ancien président socialiste.

Sans réellement nous surprendre avec ce nouvel ouvrage plein de second degré, d’ironie et de satire, Herman Koch parvient à prolonger le plaisir de lecture pris par son ouvrage précédent Le dîner. On aime l’auteur pour son cynisme et sa capacité aussi à nous faire réfléchir sur des sujets de société comme la vieillesse, le racisme et évidemment l’adultère, au centre du roman.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Herman Koch
Le Facebook de Herman Koch


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=