Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hitler et la mer
François-Emmanuel Brézet  (Editions Perrin)  juin 2019

"A terre je suis un héros, à la mer je suis un lâche"

Ces propos d’Hitler en disent long sur le rapport entretenu par le dictateur avec la mer. Hitler redoutait la mer qui était pour lui un élément hostile. De ce rapport particulier à la mer, François-Emmanuel Brézet en a fait un excellent ouvrage que je viens de lire, prolongeant mes nombreuses lectures cette année sur le nazisme.

François-Emmanuel Brézet est un ancien officier de marine. Il est docteur en Histoire de l’université Paris IV Sorbonne et a déjà publié plusieurs ouvrages chez Perrin, notamment Histoire de la marine allemande, La guerre sous-marine allemande et Dönitz.

Dans l’esprit d’Hitler, la victoire finale repose sur l’armée de terre et sur l’aviation, et non pas sur la marine. C’est ainsi que celle-ci voit son développement encadré par l’accord naval signé en 1935 avec l’Angleterre dont le Führer est convaincu, bien à tort, qu’il lui vaudra la neutralité bienveillante de ce pays à l’égard de ses conquêtes territoriales à venir. Lorsque la guerre éclate, la Kriegsmarine est donc loin d’avoir atteint une taille décisive.

Convaincu d’un succès rapide sur le continent, Hitler n’attend rien d’elle, jusqu’à ce que s’impose à lui la nécessité d’une projection de force en Norvège. Mais son opinion ne change guère pour autant, pas même lorsque l’Angleterre devient l’adversaire unique et qu’il doit renoncer à son invasion. L’efficacité de la guerre sous-marine le laisse aussi sceptique, raison pour laquelle il refuse tout accroissement de la cadence de fabrication des sous-marins. Il ne changera d’avis que sous l’influence du grand amiral Karl Dönitz, en 1943, mais ce sera déjà trop tard.

C’est donc ce rendez-vous manqué entre Hitler et la marine allemande que nous raconte le superbe ouvrage de François-Emmanuel Brézet. Après une courte introduction, l’ouvrage débute par un chapitre couvrant la reconstruction de la marine allemande lorsqu’Hitler arrive au pouvoir en 1933. L’étude de la construction des grands bâtiments jusqu’en 1938, dans le chapitre suivant, permet de répondre à la question qui se pose après la signature de l’accord anglo-allemand, celle de l’incidence véritable de cette signature sur la reconstruction de la marine allemande.

Assez vite, après 1938, Hitler doit prendre en compte le risque de guerre avec l’Angleterre et Reader le convainc de signer une directive donnant une priorité absolue à la construction de la Kriegsmarine. Malgré cela, au début de la guerre, cette Kriegsmarine n’a pas les moyens suffisants pour mener une guerre sereine. On voit bien au travers de l’ouvrage de cet ouvrage qu’Hitler a toujours considéré l’Allemagne comme une puissance continentale et jamais comme une puissance maritime. La priorité d’Hitler reste l’acquisition d’un espace vital, regardant vers l’est de Staline.

Cette fragilité concernant sa marine va suivre Hitler tout au long de la guerre malgré les territoires scandinaves récupérés. L’ouvrage est complet, il traite du projet de débarquement en Angleterre, consacre de nombreuses pages à la Méditerranée et aux tractations avec l’allié japonais. Evidemment, la bataille de l’Atlantique ne saurait ne pas prendre place dans cet ouvrage. L’auteur y consacre de nombreuses pages en nous apportant de nombreuses informations. Des pages concernant les négociations avec la Franche de Vichy s’avèrent aussi particulièrement intéressantes.

Hitler et la mer s’avère donc être un ouvrage particulièrement intéressant qui nous permet de mieux comprendre le poids de la marine allemande dans la défaite allemande. Il rappelle que l’on ne peut pas être une grande puissance sans disposer d’une marine de guerre digne de ce nom.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=