Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'enfer du commissaire Ricciardi
Maurizio De Giovanni  (Editions Rivages)  juin 2019

Ô joie que celle de retrouver le célèbre commissaire Ricciardi et la plume incomparable de Maurizio De Giovanni ! L’enfer du commissaire Ricciardi est sorti en grand format quelques semaines après la sortie en poche de l’enquête précédente (que je vous conseille vivement aussi), Les Pâques du commissaire Ricciardi.

Maurizio De Giovanni est né en 1958 à Naples, cadre de tous ses romans. Lauréat du prestigieux prix Scerbanenco, il est traduit dans de nombreux pays et a vu son œuvre plusieurs fois adaptée pour la télévision. Après le cycle des saisons, qui se déroule durant le fascisme, L’enfer du commissaire Ricciardi poursuit le cycle des fêtes.

Maurizio de Giovanni a donc fait le choix de prendre sa ville d’origine pour en faire le cadre de ses romans et le lieu de vie de ses personnages. Dans cette ville bouillonnante, il a construit un personnage solitaire et charismatique, le célèbre commissaire Ricciardi que l’on suit maintenant depuis de nombreuses années au gré des publications de l’auteur. A ses côtés, son fidèle brigadier Maione qui le suit au cours de ses différentes enquêtes.

Dans ce nouvel opus, le commissaire Ricciardi se retrouve donc au beau milieu de la canicule estivale napolitaine. Naples se prépare à célébrer la Madonna del Carmine quand un chirurgien est défénestré depuis son bureau. Pour le commissaire et son brigadier, c’est le début d’une enquête qui va les confronter aux passions les plus torrides.

Au fil des témoignages et des aveux, l’infidélité et l’amour se confondent au point de semer le doute dans l’âme des deux policiers, compromettant leurs propres tentatives sentimentales. Angéliques, infernales et passionnées, les notes d’une chanson napolitaine planent sur les destins de chacun, alors que tous risquent de basculer dans l’abîme. Car la chaleur, la vraie chaleur, vient de l’enfer.

Le professeur tombe ! C’est sur cette phrase que s’ouvre le roman de Maurizio de Giovanni. Une chute du dernier étage de l’hôpital dans lequel cet éminent praticien obstétricien travaillait. Suicide ? Meurtre ? Toutes les hypothèses sont possibles concernant cette tragédie. C’est donc à cette première question que va devoir s’atteler le commissaire.

Si c’est un meurtre, il va falloir trouver le mobile et le meurtrier. Au fil des pages, arpentant les ruelles de la ville de Naples, les deux policiers vont vite se rendre compte que la vie dissolue du médecin et son passé laisse penser à de nombreux mobiles pouvant expliquer sa mort. Ses pratiques professionnelles qui ne sont pas exemptes de tout reproche peuvent aussi expliquer sa mort. Une piste, donnée par un bijoutier qui fait partie des derniers à avoir vu vivant le médecin, va les mener vers une intrigante femme.

Au-delà de cette intrigue autour de la mort de ce médecin, l’ouvrage de Maurizio de Giovanni est aussi un superbe livre sur l’Italie des années 30, sur la montée du fascisme mais surtout sur l’amour qui est au final au cœur de cet ouvrage. L’amour secret du commissaire pour sa voisine qui l’aime tout autant que lui. L’amour qu’il porte aussi à sa gouvernante qui se retrouve en fin de vie et qu’il accompagne pour la remercier de tout ce qu’elle a fait pour lui quand il était enfant.

Une fois encore, on retrouve dans ce nouvel opus tout ce qui fait le charme des romans de cet auteur italien. On s’attache aux personnages de Maurizio de Giovanni, à leur vie compliquée autant qu’on prend plaisir à parcourir cette ville de Naples qui ne ressemble à aucune autre. Les vies privées de Ricciardi et de Maione s’insèrent parfaitement avec l’intrigue construite autour de mort du médecin.

Alors voilà, si vous ne connaissez pas encore ce formidable auteur italien, il est encore temps cet été de vous rattraper en vous procurant cet ouvrage et ses précédents. La fournaise napolitaine devrait vous plaire, même en ces temps caniculaires.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Maurizio De Giovanni


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=