Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom Mascaro - The Daggys
M'art in the street  (Saint-Symphorien-sur-Coise)  samedi 25 mai 2019

Une flemme énorme de conduire et l’attente d’un colis (piégé) m’ont décidé ce samedi 25 mai à ne pas me rendre au concert auquel je devais assister à Saint-Etienne : Raymonde Howard et Shonen Knife.

Je regrette bien de n’avoir pas vu ma copine Raymonde jouer en première partie des Ramones Japonaises, mais le sort était jeté : je traîne dans mon village, où se passe un concert en plein air, auquel je finis par me rendre, histoire de prendre l’air, sans réelle grande attente musicale.

Et sur le chemin entre chez moi et le parc public où se déroule la soirée, j’entends soudain un son de guitare rauque et beaucoup plus sauvage que la "normale", la "moyenne" de ce qui peut s’entendre de manière générale en France ces dernières années. Un riff démarre, accompagné de sons de percussions minimales : C’est "I wanna be your dog" des Stooges. Les Stooges en fond sonore dans mon village ! C’est vraiment trop cool, et surtout intriguant !

Excité comme une puce, je force le pas et me retrouve avec une centaine de personnes devant un mec seul sur scène, qui chante, joue de la gratte, de la grosse caisse et du charleston. Un frisson me parcourt l’échine. Ce mec (qui se nomme, je le saurais plus tard, Tom Mascaro) balance de bonnes ondes primitives et a un feeling terrible. Alors qu’il arrête de crier qu’il veut être son chien, il entame des chansons personnelles toutes aussi bien senties. Je suis bluffé et heureux d’être là. Il faut préciser une chose : snobant les salles de concerts depuis deux ou trois ans, je ne suis plus habitué à entendre du rock’n’roll (car c’est de ça qu’il s’agit, au sens strictement large bien sûr) et encore moins du bon rock’n’roll en live (car c’est de ça qu’il…), hormis les quelques "gros" groupes ou artistes que j’ai vus ces dernières années (euh, en fait j’ai assisté à UN seul concert : The Breeders, qui m’ont, au passage, beaucoup déçus).

Ce gars sait tenir une scène à lui tout seul, la musique est simple et efficace, elle n’est pas particulièrement extrême, expérimentale ou osée, évoluant plutôt vers une série de titres de blues survitaminés assez classiques. Mais doit-on forcément innover pour toucher les gens ? Certainement pas. C’est l’énergie et la ferveur que l’on investit qui touche les gens. Regardez Johnny Halliday ! C’est une blague, mais oui ! J’essaie d’inclure de l’humour dans mes écrits désormais, même s’il est cliché. Mais doit-on forcément innover pour faire rire les gens ?

Quoi qu’il en soit, cette excellente entrée en matière me force à faire deux choses : aller féliciter et discuter avec ce Tom Mascaro à la fin de son show, et assister à la suite des concerts, au cas où… si une autre bonne vibration me léchait les oreilles. Je passe complètement le groupe suivant à la trappe, ce trio (Echo) jouant une pop teintée de musique folk assez mièvre, et moi-même étant occupé à lorgner sur une fille très jolie avec qui je finis par discuter (c’est vraiment une soirée de winner pour moi !).

La probabilité pour éprouver un deuxième frisson ce soir est faible. Mais lorsque je vois se repointer Tom Mascaro, debout cette fois, guitare au ventre, et deux acolytes respectivement bassiste et batteur qui, sans frime aucune ni pseudo-looks de rockeurs modernes, montent sur la scène et installent de suite une ambiance électrique très bruitiste, je dis "merde !". Le concert commence bien, très bien, tellement bien que je me rapproche peu à peu du groupe pour scruter en détail ce trio.

J’ai toujours voulu être au premier rang des bons concerts, ou de ceux que j’attendais avec ferveur. C’est là que je suis le mieux, près du son de la scène, du bruit naturel des amplis. Surtout pour une musique comme celle-ci. Je suis seul devant le groupe, le public étant vingt mètres derrière, mais je m’en fiche complètement. Ça fait remuer la tête et bouger les jambes, ça fait du bonheur multicolore dans le cerveau !

S’il fallait qualifier ou décrire la musique des Daggys, je dirais qu’ils ont été biberonnés au rock indé des années 90, sans pour autant qu’ils négligent les classiques plus anciens, s’inspirant du meilleur des 60’s, 70’s et 80’s. Le choix des quelques reprises accompagnant leurs morceaux personnels le prouve : The Wipers, The Vaselines, et… AC/DC ! Leur musique sent bon le grunge et le rock noisy, sans jamais tomber dans la mauvaise copie. Les passages lourds alternent avec des rythmiques plus punk, les mélodies sous-jacentes des compositions servent bien l’énergie dégagée par ces trois gars qui se donnent à fond et se font plaisir, ça se voit, c’est pas d’la frime.

C’est surtout cela que je retiendrais à la fois du concert de Tom Mascaro et des Daggys : sans frime, sans prétention, sans ces vêtements ridicules que portent aujourd’hui la plupart des groupes dits "rock", juste de la spontanéité, et c’est cela qui manque aujourd’hui dans ce genre de musique. Pour ne rien gâcher, ils ont été très sympathiques après leur concert, ravis de discuter et très ouverts. Ils m’ont dit ne pas jouer souvent en live, Tom se concentrant surtout sur son set solo. S’il se trouve donc qu’ils passent près de chez vous, foncez, leurs prestations sont trop précieuses pour les rater !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Tom Mascaro
Le Bandcamp de Tom Mascaro
Le Facebook de Tom Mascaro
Le Facebook de The Daggys


Loïc Silence         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=