Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom Mascaro - The Daggys
M'art in the street  (Saint-Symphorien-sur-Coise)  samedi 25 mai 2019

Une flemme énorme de conduire et l’attente d’un colis (piégé) m’ont décidé ce samedi 25 mai à ne pas me rendre au concert auquel je devais assister à Saint-Etienne : Raymonde Howard et Shonen Knife.

Je regrette bien de n’avoir pas vu ma copine Raymonde jouer en première partie des Ramones Japonaises, mais le sort était jeté : je traîne dans mon village, où se passe un concert en plein air, auquel je finis par me rendre, histoire de prendre l’air, sans réelle grande attente musicale.

Et sur le chemin entre chez moi et le parc public où se déroule la soirée, j’entends soudain un son de guitare rauque et beaucoup plus sauvage que la "normale", la "moyenne" de ce qui peut s’entendre de manière générale en France ces dernières années. Un riff démarre, accompagné de sons de percussions minimales : C’est "I wanna be your dog" des Stooges. Les Stooges en fond sonore dans mon village ! C’est vraiment trop cool, et surtout intriguant !

Excité comme une puce, je force le pas et me retrouve avec une centaine de personnes devant un mec seul sur scène, qui chante, joue de la gratte, de la grosse caisse et du charleston. Un frisson me parcourt l’échine. Ce mec (qui se nomme, je le saurais plus tard, Tom Mascaro) balance de bonnes ondes primitives et a un feeling terrible. Alors qu’il arrête de crier qu’il veut être son chien, il entame des chansons personnelles toutes aussi bien senties. Je suis bluffé et heureux d’être là. Il faut préciser une chose : snobant les salles de concerts depuis deux ou trois ans, je ne suis plus habitué à entendre du rock’n’roll (car c’est de ça qu’il s’agit, au sens strictement large bien sûr) et encore moins du bon rock’n’roll en live (car c’est de ça qu’il…), hormis les quelques "gros" groupes ou artistes que j’ai vus ces dernières années (euh, en fait j’ai assisté à UN seul concert : The Breeders, qui m’ont, au passage, beaucoup déçus).

Ce gars sait tenir une scène à lui tout seul, la musique est simple et efficace, elle n’est pas particulièrement extrême, expérimentale ou osée, évoluant plutôt vers une série de titres de blues survitaminés assez classiques. Mais doit-on forcément innover pour toucher les gens ? Certainement pas. C’est l’énergie et la ferveur que l’on investit qui touche les gens. Regardez Johnny Halliday ! C’est une blague, mais oui ! J’essaie d’inclure de l’humour dans mes écrits désormais, même s’il est cliché. Mais doit-on forcément innover pour faire rire les gens ?

Quoi qu’il en soit, cette excellente entrée en matière me force à faire deux choses : aller féliciter et discuter avec ce Tom Mascaro à la fin de son show, et assister à la suite des concerts, au cas où… si une autre bonne vibration me léchait les oreilles. Je passe complètement le groupe suivant à la trappe, ce trio (Echo) jouant une pop teintée de musique folk assez mièvre, et moi-même étant occupé à lorgner sur une fille très jolie avec qui je finis par discuter (c’est vraiment une soirée de winner pour moi !).

La probabilité pour éprouver un deuxième frisson ce soir est faible. Mais lorsque je vois se repointer Tom Mascaro, debout cette fois, guitare au ventre, et deux acolytes respectivement bassiste et batteur qui, sans frime aucune ni pseudo-looks de rockeurs modernes, montent sur la scène et installent de suite une ambiance électrique très bruitiste, je dis "merde !". Le concert commence bien, très bien, tellement bien que je me rapproche peu à peu du groupe pour scruter en détail ce trio.

J’ai toujours voulu être au premier rang des bons concerts, ou de ceux que j’attendais avec ferveur. C’est là que je suis le mieux, près du son de la scène, du bruit naturel des amplis. Surtout pour une musique comme celle-ci. Je suis seul devant le groupe, le public étant vingt mètres derrière, mais je m’en fiche complètement. Ça fait remuer la tête et bouger les jambes, ça fait du bonheur multicolore dans le cerveau !

S’il fallait qualifier ou décrire la musique des Daggys, je dirais qu’ils ont été biberonnés au rock indé des années 90, sans pour autant qu’ils négligent les classiques plus anciens, s’inspirant du meilleur des 60’s, 70’s et 80’s. Le choix des quelques reprises accompagnant leurs morceaux personnels le prouve : The Wipers, The Vaselines, et… AC/DC ! Leur musique sent bon le grunge et le rock noisy, sans jamais tomber dans la mauvaise copie. Les passages lourds alternent avec des rythmiques plus punk, les mélodies sous-jacentes des compositions servent bien l’énergie dégagée par ces trois gars qui se donnent à fond et se font plaisir, ça se voit, c’est pas d’la frime.

C’est surtout cela que je retiendrais à la fois du concert de Tom Mascaro et des Daggys : sans frime, sans prétention, sans ces vêtements ridicules que portent aujourd’hui la plupart des groupes dits "rock", juste de la spontanéité, et c’est cela qui manque aujourd’hui dans ce genre de musique. Pour ne rien gâcher, ils ont été très sympathiques après leur concert, ravis de discuter et très ouverts. Ils m’ont dit ne pas jouer souvent en live, Tom se concentrant surtout sur son set solo. S’il se trouve donc qu’ils passent près de chez vous, foncez, leurs prestations sont trop précieuses pour les rater !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Tom Mascaro
Le Bandcamp de Tom Mascaro
Le Facebook de Tom Mascaro
Le Facebook de The Daggys


Loïc Silence         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=