Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Monde selon Roger Ballen
Halle Saint-Pierre  (Paris)  Du 7 septembre 2019 au 31 juillet 2020

A la Halle Saint-Pierre, bienvenue à Ballenland, "Le Monde selon Roger Ballen", un monde angoissant, horrifique, drolatique et/ou macabre décliné sur le mode du paysage mental, dont l'artiste photographe et plasticien indique qu'il ressort non à la représentation de sa psyché mais à la sollicitation de celle du regardeur en charge de l'élaboration de sa propre autofiction.

Américain installé en Afrique du Sud depuis plus de quatre décennies et doté d'un humour à l'anglaise (cf. *infra), paramètre à ne pas négliger, Roger Ballen définit comme "ballenesque" l'esthétique qui préside à son oeuvre et et dont l'installation "The House of the Ballenesque", Prix de la meilleure exposition aux Rencontres de la photographie d'Arles en 2017, en restitue la synthèse.

La Halle Saint-Pierre présente une rétrospective de ses créations essentiellement des années 2000, avec en bonus quelques installations inédites produites spécialement in situ pour cet événement, et, pour la première fois des photographies numériques en couleurs.

Elles révèlent les derniers avatars en date d'une démarche d'expérimentations visuelles qui se développement concomitamment par la pratique de la photographie, du dessin, de l'installation et de la vidéo, qui a évolué de la captation du réel à sa métamorphose sous l'emprise d'une inquiétante étrangeté, comme le note Martine Lusardy, directrice du lieu et commissaire de exposition, se référant à "l’acte de photographier" qui "s’impose, non comme un témoignage, mais comme un devoir de transfiguration".

Roger Ballen : "Mon travail est une réflexion sur l’absurdité de la condition humaine et une quête psychologique personnelle"

Une oeuvre qui a commencé par la photographie documentaire et le portrait de ruraux des classes pauvres sud-africaines avec son lot de "freaks" dressant, dans le registre de la "straight photography" du début du 20ème siècle et le sillage des photographes qui ont dressé une cartographie des hommes de leur temps, un état des lieux d'une humanité dans le plus grand dénuement, tant physique qu'intellectuel et mental, résultant d'une précarité absolue.

Et ce dans un format carré et la technique du noir et blanc, sa marque de fabrique, qui, au demeurant ne correspond pas à la perception naturelle de l'oeil et donc déjà signifiait son approche de transformation de la réalité.

Elle a ensuite évolué vers la "staged photography", la photographie scénarisée, s'inscrivant dans un mode plasticien, telle une installation en deux dimensions lui ouvrant la voie de celle en trois dimensions, ce qui l'a conduit à l'exploration de la couleur pour le médium photographique.

La monstration se déploie sur les deux niveaux de la Halle Saint-Pierre à la faveur d'une scénographie en panoptique.

Ainsi, au rez-de chaussée dédié aux installations, celles-ci sont présentées de manière circulaire dans des espaces concentriques convergeant vers le mannequin en cire grandeur nature de l'artiste armé de son appareil - "Roger’s Roger" créé par son assistante, la photographe et designer Marguerite Rossouw dont Roger Ballen loue la participation active à son travail - assis sur un tabouret pivotant ce qui le rend omniprésent comme suivant - et surveillant - du regard le visiteur.

Syllogomaniaque de vieilleries, écumeurs de marchés aux puces et collectionneur, entre autres, de doudous malmenés, poupées et ours en peluche, et d'animaux empaillés, il insère les objets dans des assemblages hétéroclites faisant le grand écart entre l'art brut, entendu comme l'art des fous qui utilisaient rebuts et déchets à défaut d'autres matériaux, et l'art de la récupération pratiqué dans les années 60 par certains artistes du mouvement du Nouveau Réalisme.

Les installations de scènes d'intérieur domestique sont peuplées de personnages-mannequins au faciès grotesque et à la posture désarticulée de cadavre, voire d'"horror picture show" telle la femme qui tente de fermer la valise renfermant le corps d'un homme.

A l'étage consacrée à la photographie, les clichés convergent vers le centre comportant les tirages couleurs et une installation* avec un gros chien noir langue pendante allongé sur un canapé en dessous duquel dort sa propriétaire en indiquant que le canidé n'est pas taxidermisé mais qu'il pose en ayant l'air fatigué car il lui a été promis un burger après le départ des visiteurs.

Pour les photos, le procédé demeure identique, celui du collage de photos, dessins, les siens, ceux d'anonymes mais aussi d'artistes tel le Néerlandais Hans Lemmen, dessinateur et sculpteur animalier. Toutefois certaines sont atypiques, telle celle reprise pour l'affiche de l'exposition, qui évoquent la photographie spirite.

En constante (r)évolution autour de ses fondamentaux, l'oeuvre de Roger Ballen se déploie principalement autour de la notion de trace avec la problématique de la mémoire et de l’imagination car pour lui "L’humanité ne résiste que par sa trace" ce qui implique une disparition progressive de la représentation de la figure humaine.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=