Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The National - The film School
Trabendo  (Paris)  24 novembre 2005

Petits nouveaux du label Beggars, The Film School sont pour l'instant surtout connus pour faire les premières parties de The National lors de leur tournée française.

Originaire de San Francisco, la formation est classique, le tout relativement énergique malgré la voix lancinante du chanteur et l'apathie générale qui, malgré les déhanchements et la bonne volonté du bassiste, se dégage immanquablement de la scène.

Certains morceaux, les plus rythmés, comme "Stop-Go" et "The last song" ("Don't you know, you said, you'll never survive") laissent espérer un premier album intéressant, dont la sortie est prévue pour janvier 2006, mêlant bon son rock, chant mélancolique et mélodie entêtante.

Manque plus qu'un peu d'interactivité avec le public. Allez, un petit effort…

Une fois encore, la prestation des six américains de The National, ne laissera pas indifférent.

Les deux paires de frères (Scott et Bryan Devendorf, Aaron et Bryce Dressner) et leur ami Matt Berninger se font désormais accompagner du remarquable et inspiré Padma Newsome au violon et au clavier, et ce n'est pas pour déplaire. Encore un qui a du charisme et qui donne 100% de son énergie sur chacun des titres.

Outre la beauté des textes révélés dans toute leur splendeur en live et la voix envoûtante de Matt, le concert fascine par l'humilité et la complicité des membres du groupe. Mais ce n'est vraiment, mais alors vraiment pas tout ce qui marque chacune de leur apparition d'une pierre blanche.

Tout d'abord, c'est une ambiance, un univers qu'ils savent créer et partager généreusement avec le public. Il est vrai que le Trabendo se prête particulièrement à ce genre d'échange.

Mais là où The Film School échoue, The National excelle. Et c'est ainsi que le show se transforme en concert intimiste où les fidèles du groupe prennent rapidement leur marque, reposant sur la scène, redressant le micro de Matt quand celui-ci perd l'équilibre, s'emparant d'une guitare prêtée par un des membres…

Initié par un Matt aussi torturé qu'attachant, on a presque envie de lui porter secours quand il se mord frénétiquement la main, chante douloureusement ou titube, enivré, cet univers bouleverse, serre les tripes.

Du début à la fin du concert, des tubes les plus entêtants du troisième et dernier album Alligator ("Secret Meeting", "Looking for astronauts", "M. November"), aux rageuses "Lit up", "Abel", "Available", en passant par les plus douces et magnifiques "The geese of Beverly road", "Baby we'll be fine", "City middle" et la splendide "Cherry Tree" de l'EP éponyme, leur prestation est troublante, d'une intensité et d'une sobriété rares.

Le chant, puissant et mélancolique de Matt, est transcendé par des instrumentations rigoureuses et constamment nourries de sons, d'harmonies et de chœurs inattendus, comme ces intrusions fréquentes de violon, de clavier et de maracas.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils créent, expérimentent les possibilités de leurs instruments autant qu'ils en jouent : on verra Padma et Aaron utiliser le violon comme une guitare, Bryan recouvrir sa batterie et ses baguettes de tissus, taper sur tout ce qu'il trouve, avec toujours autant de finesse, Matt s'éloigner du micro pour mieux magnifier son chant, comme sur "Cold Girl Fever", la dernière qu'ils aient joué.

Nous avons de la chance, ils adorent Paris. Et comme ce n'est plus un secret, je vous annonce qu'ils seront à la Guinguette Pirate les 13 et 14 décembre. A bon entendeur…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de The National
Le site officiel de The Film School

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=