Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Misanthrope
Espace Cardin  (Paris)  septembre 2019

Comédie dramatique de Molière, mise en scène de Alain Françon, avec David Casada, Pierre-Antoine Dubey, Daniel Dupont, Pierre-François Garel, Gilles Privat, Lola Riccaboni, Joseph Rolandez, Régis Royer, Dominique Valadié et Marie Vialle.

Dans la mise en scène de Alain Françon, "Le Misanthrope" de Molière est introduit par des trompes de chasse sonnant l'hallali. Qui va être la victime de la curée annoncée ?.

Non le personnage-titre déjà mis au ban de la bonne société par son caractère acariâtre et atrabilaire et qui, de surcroît, a décidé de rompre avec le commerce des hommes dans un monde qui n'accepte pas son précepte pseudo-moral, celui d'exprimer sans filtre ses quatre vérités et les jeter sans ménagement à la face d'autrui, refusant de suivre les conseils de son ami Philinte pour opérer le distinguo entre l'hypocrisie et les règles de sociabilité.

Mais celle dont il s'est amouraché, la belle et coquette Célimène et paradoxalement, figure représentative du comportement honni et qui, fort sans doute du fait de l'immaturité de son jeune âge, a imprudemment consigné, par écrit ses persiflages qui, dévoilés, révèleront sa fausseté.

En l'occurrence, la déconfiture de Célimène, qui s'achève par la fin de non-recevoir adressée à Alceste, consommée en une journée, se déroule dans un immense vestibule de style classique avec en fond de scène un panoramique représentant des ramures enneigées, scénographie signée Jacques Gabel, au cours des multiples visites de son aréopage et une contextualisation à la mi-temps du 20ème siècle par les costumes de Marie La Rocca, ceux féminins inspirés du New Look de Christian Dior avec ses iconiques modèles du tailleur "Bar" et la robe "Corolle", et le style "zazou" pour les petits marquis,

Construite en deux parties, la première comme une satire illustrée des moeurs de la société du paraître et de la posture où règnent l'affectation, la dissimulation et la fausse amabilité dénoncée par Alceste, la seconde comme la conjonction des événements qui vont confondre Célimène, la partition peut s'appréhender tant comme une comédie comique qu'une comédie dramatique.

Considérant l'opus comme comme représentant "l’hiver des rapports humains", Alain Françon semble expérimenter une troisième voie, celle d'un état des lieux en glaciation de l'entre-soi des mondains fossilisés par la vacuité sociétale. Ainsi gomme-t-il toutes les aspérités comiques et caricaturales des personnages qui, dès lors, ressortent à des archétypes sans réelle corporéité.

Ce qui s'avère flagrant pour les petits marquis (David Casada et Pierre-Antoine Dubeyacaste) en presque sages clones duettistes, le fat rimailleur Oronte (Régis Royer) présenté comme un bon-homme qui espère voir reconnaître sa plume et Arsinoé la vétérante langue de vipère campée comme une femme tragique par Dominique Valadié. Pour les personnages "censés" de ce microcosme, si Lola Riccaboni est une Eliante transparente, Pierre-François Garel tire son épingle du jeu et se révèle résolument comme une des valeurs sûres de sa génération.

Par ailleurs, Alain Françon a fait le choix, pour les protagonistes principaux, d'une distribution - avec un Alceste soixantenaire en la personne de Gilles Privat et Marie Vialle qui a le double des vingt ans de Célimène - qui affecte la crédibilité des personnages et rend paradoxal leur comportement.

Cela étant et dans ce cadre, l'interprétation est de qualité avec une prononciation émérite de la métrique et, selon l'expression consacrée "on entend bien le texte".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=