Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Debout sur le Zinc
Vian par Debout sur le Zinc  (Coproduction Jacques Canetti et DSLZ)  septembre 2019

Il y a quelques temps, quand j’ai appris que Debout sur le Zinc s’attaquait à l’œuvre de Boris Vian, j’ai eu un frémissement.

Tout d’abord parce que Vian est l’un de mes auteurs préférés, c’est le premier à m’avoir mis les larmes aux yeux, que ce soit de tristesse avec L’écume des jours ou de rire avec d’autres de ces œuvres, que j’ai dévorées, comme J’irais cracher sur vos tombes ou Et on tuera tous les affreux.

Boris Vian aurait eu 100 ans l’année prochaine et Debout sur le Zinc lui rend un vibrant hommage. C’est après tout logique, on peut, sans rougir, qualifier Debout sur le Zinc de groupe littéraire. C’est un groupe qui fait virevolter, avec talent et grâce, les mots. Quoi de plus logique donc, qu’ils se frottent à l’œuvre du poète Boris Vian. C’est sous l’impulsion de Françoise Canetti qu’ils se sont penchés sur l’œuvre de Vian.

Je ne te ferais pas l’affront de te rappeler la biographie de Boris Vian, juste que cet auteur, poète et musicien, passionné de jazz, nous a offert une œuvre sublime (je t’ai prévenu que j’étais un admirateur de Vian). Debout sur le Zinc, plutôt que de reprendre, bêtement, Vian, se l’approprie, l’ingère et nous le restitue somptueusement.

Plus que cela, puisque le groupe nous offre 5 titres inédits de Vian : "Il est tard", titre sur lequel Vian évoque le désir masculin, DSLZ (Debout sur le Zinc, tu l’auras compris) nous le réinterprète sur un slow rock. Ils interprètent aussi "J’te Veux" où Vian évoque le désir féminin au travers d’un texte transgressif (tu imagines la tête du public à l’époque !). Ils nous proposent aussi "On fait des rêves", "Je voudrais pas crever", qui donnera son titre à un recueil rédigé lors de sa période sombre et enfin "S’il pleuvait des larmes". Ils nous offrent même une interprétation de "Ne vous mariez pas les filles", qui, avec 60 ans d’avance, dénonce le viol conjugal et pourrait être l’hymne du mouvement "Me Too". Leur interprétation JamaÏcan-ska n’en fait pas pour autant oublier le sérieux et la gravité de ce titre et qu’ils en soient remerciés ici.

DSLZ se fait plaisir sur "L’âme slave" qui leur permet d’exprimer pleinement leur amour de la musique au travers d’un foisonnement d’instruments (qu’ils maîtrisent à la perfection). Là où j’ai eu peur, c’est quand j’ai vu qu’ils réinterprétaient "Le déserteur", LE titre qui s’est imposé comme l’hymne à la paix, qualifié de pro civil par Vian. Et là, j’ai pris LA claque de ma vie. Une version folk song, digne de Bob Dylan, cette chanson écrite en pleine guerre d’Indochine, évoque par sa sonorité, dans cette réinterprétation, la période folk "guerre du Vietnam". Nous sommes très loin de la bête reprise, nous sommes en plein dans le chef-d’œuvre. Rien que d’en parler, j’en ai la chaire de poule.

DSLZ magnifie en 15 titres l’œuvre de Boris Vian et ultime clin d’œil malicieux, ils seront le jeudi 26 septembre sur la scène des Trois Baudets, là où Boris Vian, précisément, interpréta ses premières chansons, encouragé par un certain Jacques Canetti. Je leur souhaite le même succès mais une vie bien plus longue que celle de Vian !

Tu le sais, je vais t’encourager à aller les voir sur scène, tu n’as pas d’excuses, ils annoncent une tournée de 50 dates dans la francophonie. Mais je vais aussi t’encourager à écouter leur discographie, à aller lire Vian et j’espère que, dans les deux cas, tu y prendras autant de plaisir que j’en ai pris !

Je te connais, après avoir utilisé, sans modération le piano-cocktail (les amateurs comprendront) tu vas me dire : "mais comment faire pour trouver l’album ? Connaître les dates de concerts de ce spectacle qui s’annonce extraordinaire ? Y aura-t-il des biscuits au goûter ?"

Je ne peux pas répondre à toutes, mais avec les liens que je vais te proposer, tu auras la réponse à certaines !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les promesses de Debout sur le zinc
La chronique de l'album La fuite en avant de Debout sur le zinc
Debout sur le Zinc en concert au Festival Garorock 2005 (vendredi)
Debout sur le Zinc en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Debout sur le Zinc en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Debout sur le Zinc en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Debout sur le Zinc
Le Soundcloud de Debout sur le Zinc
Le Facebook de Debout sur le Zinc


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Scène Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=