Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Debout sur le Zinc
Vian par Debout sur le Zinc  (Coproduction Jacques Canetti et DSLZ)  septembre 2019

Il y a quelques temps, quand j’ai appris que Debout sur le Zinc s’attaquait à l’œuvre de Boris Vian, j’ai eu un frémissement.

Tout d’abord parce que Vian est l’un de mes auteurs préférés, c’est le premier à m’avoir mis les larmes aux yeux, que ce soit de tristesse avec L’écume des jours ou de rire avec d’autres de ces œuvres, que j’ai dévorées, comme J’irais cracher sur vos tombes ou Et on tuera tous les affreux.

Boris Vian aurait eu 100 ans l’année prochaine et Debout sur le Zinc lui rend un vibrant hommage. C’est après tout logique, on peut, sans rougir, qualifier Debout sur le Zinc de groupe littéraire. C’est un groupe qui fait virevolter, avec talent et grâce, les mots. Quoi de plus logique donc, qu’ils se frottent à l’œuvre du poète Boris Vian. C’est sous l’impulsion de Françoise Canetti qu’ils se sont penchés sur l’œuvre de Vian.

Je ne te ferais pas l’affront de te rappeler la biographie de Boris Vian, juste que cet auteur, poète et musicien, passionné de jazz, nous a offert une œuvre sublime (je t’ai prévenu que j’étais un admirateur de Vian). Debout sur le Zinc, plutôt que de reprendre, bêtement, Vian, se l’approprie, l’ingère et nous le restitue somptueusement.

Plus que cela, puisque le groupe nous offre 5 titres inédits de Vian : "Il est tard", titre sur lequel Vian évoque le désir masculin, DSLZ (Debout sur le Zinc, tu l’auras compris) nous le réinterprète sur un slow rock. Ils interprètent aussi "J’te Veux" où Vian évoque le désir féminin au travers d’un texte transgressif (tu imagines la tête du public à l’époque !). Ils nous proposent aussi "On fait des rêves", "Je voudrais pas crever", qui donnera son titre à un recueil rédigé lors de sa période sombre et enfin "S’il pleuvait des larmes". Ils nous offrent même une interprétation de "Ne vous mariez pas les filles", qui, avec 60 ans d’avance, dénonce le viol conjugal et pourrait être l’hymne du mouvement "Me Too". Leur interprétation JamaÏcan-ska n’en fait pas pour autant oublier le sérieux et la gravité de ce titre et qu’ils en soient remerciés ici.

DSLZ se fait plaisir sur "L’âme slave" qui leur permet d’exprimer pleinement leur amour de la musique au travers d’un foisonnement d’instruments (qu’ils maîtrisent à la perfection). Là où j’ai eu peur, c’est quand j’ai vu qu’ils réinterprétaient "Le déserteur", LE titre qui s’est imposé comme l’hymne à la paix, qualifié de pro civil par Vian. Et là, j’ai pris LA claque de ma vie. Une version folk song, digne de Bob Dylan, cette chanson écrite en pleine guerre d’Indochine, évoque par sa sonorité, dans cette réinterprétation, la période folk "guerre du Vietnam". Nous sommes très loin de la bête reprise, nous sommes en plein dans le chef-d’œuvre. Rien que d’en parler, j’en ai la chaire de poule.

DSLZ magnifie en 15 titres l’œuvre de Boris Vian et ultime clin d’œil malicieux, ils seront le jeudi 26 septembre sur la scène des Trois Baudets, là où Boris Vian, précisément, interpréta ses premières chansons, encouragé par un certain Jacques Canetti. Je leur souhaite le même succès mais une vie bien plus longue que celle de Vian !

Tu le sais, je vais t’encourager à aller les voir sur scène, tu n’as pas d’excuses, ils annoncent une tournée de 50 dates dans la francophonie. Mais je vais aussi t’encourager à écouter leur discographie, à aller lire Vian et j’espère que, dans les deux cas, tu y prendras autant de plaisir que j’en ai pris !

Je te connais, après avoir utilisé, sans modération le piano-cocktail (les amateurs comprendront) tu vas me dire : "mais comment faire pour trouver l’album ? Connaître les dates de concerts de ce spectacle qui s’annonce extraordinaire ? Y aura-t-il des biscuits au goûter ?"

Je ne peux pas répondre à toutes, mais avec les liens que je vais te proposer, tu auras la réponse à certaines !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les promesses de Debout sur le zinc
La chronique de l'album La fuite en avant de Debout sur le zinc
Debout sur le Zinc en concert au Festival Garorock 2005 (vendredi)
Debout sur le Zinc en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Debout sur le Zinc en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Debout sur le Zinc en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Debout sur le Zinc
Le Soundcloud de Debout sur le Zinc
Le Facebook de Debout sur le Zinc


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=