Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Supergrass
La Cigale  (Paris)  18 novembre 2005

"Rendez-vous à la Cigale en novembre pour un set acoustique". L'interview de Gas Coombes s'était finie comme ça. Sur une phrase anodine, lâchée sur le trottoir de la Gare du Nord.

En plein été à la parution de Road to Rouen. Le dernier voyage en date de Supergrass en terres acoustiques.

18 novembre, il est 20h à la Cigale, et Supergrass n'a pas trompé son monde. On entend ça et là les bruits de couloirs ("Gaz serait seul à la guitare acoustique pendant tout le concert ! ") et le piétinement des gens à l'entrée. Sold out, forcément.

La première partie, Asyl, retarde les hostilités. Apercu à Rock en Seine, le groupe français est bel et bien la confirmation de ce soir. La confirmation que certaines premières parties feraient mieux de rester au vestiaire.

Poussif et sans éclats, Asyl ne convainc guère. Bien au contraire. Rock brouillon et plaintif, on n'écoute guère. Asyl, des fous à enfermer, forcément. Et pourtant la pochette de l'album est jolie.

Quelques bières plus loin, nous approchons de Rouen. Le rideau se lève et Gas Coombes est effectivement assis, seul à la guitare, pour entamer "St Petersburg", premier single de l'album.

Beauté d'une ballade folk et voix sur le fil du rasoir, Gas impressionne, il a pris de la bouteille et des rides depuis les débuts de 1994. Les frissons résonnent tant le chant est juste. Rejoint par Micky Quinn, le bassiste pour un duo inattendu, Supergrass se dévoile et vire lentement à l'électrique sur "Sun hits the sky"…

Pas de surprise donc. Supergrass surprend et enchante sur ses titres les plus récents, de "Sad Girl" à "Kick in the teeth". "Low C" rappelle étonnamment le Lennon de la fin des 60' . Pas de pogos et encore moins de sueur, le Supergrass 2005 joue de sa tranquillité, économise l'énergie.

"Pumpin' up the stereo", "Movin'!!" entend-on dans la salle. A tort ou à raison, Supergrass s'exécute et revisite ses tubes, de "Richard III" à "Grace". On sent la lassitude des titres joués et rejoués, l'envie n'est plus là apparemment. Il n'en faut pas plus à Gas pour entamer "Tales of endurance", morceau bravache issu de Road to Rouen. Une ode aux guitares et Led Zep période Physical graffiti, divisée en trois actes. Tales of endurance reste le sommet d'un groupe amputé ce soir de son pianiste originel (Mais où est Rob Coombes ?).

Les morceaux s'enchaînent aussi vite qu'une autoroute qui défile. Me reviennent alors les paroles de Gas Coombes : "Nous en avions marre de l'électricité, du bruit, des guitares qui hurlent ; la finesse et la douceur sont également appréciables. Mais attention, nous ne sommes pas encore prêt à acheter un pavillon avec le jardin et les enfants dedans.".

Supergrass vieillit bien en somme, mais bizarrement, n'a pas joué "Alright" ("We are young, we are free…") ce soir. Don't acte.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Road to Rouen de Supergrass
La chronique de l'album Diamond Hoo Ha de Supergrass
Supergrass en concert à l'Olympia (8 avril 2003)

En savoir plus :

Le site officiel de Supergrass
Le site officiel d'Asyl


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=