Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brèves rencontres
Kira Mouratova 

Réalisé par Kira Mouratova. Russie/Ukraine. Comédie dramatique. 1h30 (Sortie 1967). Avec Nina Rouslanova, Kira Mouratova, Vladimir Vissotski, Olga Vikladt, Aleksey Glazyrin,Valeri Isakov et Svetlana Nemolyaeva.

"Brèves rencontres", de Kira Mouratova, ne s'ouvre pas sur une image, mais sur un son. Dans le noir, ou sur le noir, on entend le tic-tac régulier et lourd d'une pendule.

D'emblée, le ton est donné : le premier film de la réalisatrice ukrainienne sera consacré à l'attente. Deux femmes, Valentina (Kira Mouratova) et Nadia (Nina Rouslanova), sa nouvelle aide ménagère, espèrent retrouver un homme, un géologue fantasque, un esprit libre et volage, qui parcourt le monde, traînant tous les cœurs après lui.

Baladin au paroles de miel, il parle davantage avec sa guitare qu'avec Valentina, sa femme, dont il ne comprend pas le sérieux et la dévotion. Au fond, dans ce couple, chacun semble parler seul, tant la distance est grande entre ces deux corps qui pourtant se désirent.

Lui aime chanter et profiter de chaque instant, elle voudrait qu'ils aient des projets de vie à deux. Entre celui qui désire voyager, et celle qui est ancrée dans sa petite ville de province, les retrouvailles pourront-elles un jour avoir lieu ?

Valentina est chargée du logement, et manifestement de beaucoup d'autres tâches liées au conseil municipal. Aussi ne cesse-elle de courir, de téléphoner, de se faire interpeller par des habitants mécontents, de monter et de descendre des étages pour vérifier la conformité des bâtiments. Sa maison est sans cesse envahie par une foule d'amis qui viennent boire le thé et discuter.

Cette vivacité et cette activité du personnage le jour contrastent avec sa solitude la nuit. Mais Kira Mouratova profite de ce personnage pour faire un portrait mordant d'une réalité du quotidien dans l'URSS de 1967.

La satire de l'administration, avec ses petits passe-droits et ses soucis de paperasse, est mordante à souhait. Valentina ne cesse de devoir discuter, se justifier, son bureau est souvent pris d'assaut, et elle doit même faire face à un groupe très remonté d'habitants qui veulent faire homologuer de nouveaux logements pour pouvoir s'y installer… Même s'ils doivent pour ça renoncer à avoir l'eau courante.

Tout au long du film revient un leitmotiv comique : le "chers camarade" qui ouvre un grand discours que Valentina doit adresser à ses compatriotes pour les convaincre de retourner à la terre et aux activités agricoles. Un discours qui lui donne du fil à retordre, et qui réapparaîtra à plusieurs reprises dans le film.

Problèmes agricoles, problèmes immobiliers, problèmes de canalisations : le personnage est bien installé dans le réel et dans ses soucis les plus matériels.

Cette dimension extrêmement concrète du film est également perceptible dans l'usage qui est fait des objets du quotidien qui entourent le personnage.

Lors de la première scène du film, toute l'attention du spectateur est attirée par un crayon : au son de la pendule se superpose celui du crayon que Valentina tapote sur la table de manière impatiente, et qu'elle laisse debout, cadré en gros plan, avant de s'en emparer à nouveau.

On remarquera que souvent, Kira Mouratova ouvre et ferme un plan en cadrant des objets, soit délaissés (c'est le dernier plan du film, une table dressée en attente de mangeurs), soit saisis par une main, et donc au centre d'une action à venir. Une guitare occupe une place à part.

Accrochée au mur, elle est à l'instrument de musique de Maxime, le substitut de sa voix (aussi, quand une corde se brise-elle toute seule, croit-on entendre une sorte d'appel, ou un signe). Mais elle est aussi le vecteur par lequel les personnages féminins sont rappelées à leur passé. Nadia, dont on découvre peu à peu la relation avec Maxime, entoure cette guitare de soins quasi amoureux.

C'est en la regardant que les femmes évoquent en pensée leurs souvenirs de Maxime, les moments passés avec lui. La guitare devient le corps de la mémoire.

Le recours à cette guitare comme transition entre le passé et le présent témoigne de l'écriture particulièrement soignée du film.

En effet, "Brèves rencontres" articule le passé et le présent, mais avec un souci manifeste de ne pas tomber dans une structure artificielle ; les flashbacks sont au contraire amenés de manière habile. La cinéaste s'appuie sur les objets, madeleines proustiennes, mais également sur le jeu des cadrages et de la lumière. A plusieurs reprises, elle expérimente le fondu au blanc, jouant sur la surexposition pour mêler les deux temporalités.

Ce mélange des temps devient même une coexistence : ainsi, une scène montre Nadia, au premier plan, dans la partie gauche du cadre ; à sa droite, une route poudreuse où avancent deux silhouettes. Au plan suivant, le spectateur comprend que ces deux silhouettes ne sont autres que celles de Nadia et d'une amie. Nadia semble alors avoir contemplé son propre passé, spectatrice d'un temps ancien et plus heureux.

A la fin du film, passé et présent se rejoignent dans une boucle élégante, qui dessine, dans les flashbacks, le parcours de Nadia et les raisons de son arrivée chez Valentina. Avec élégance, Kira Mouratova nous fait pénétrer dans la conscience complexe de ses personnages.

Pour Nadia, le passé, c'est la terre où elle est née et cet été lumineux passé avec Maxime, un contraste douloureux avec la grisaille de la ville.

Car si Kira Mouratova fait le portrait intime de deux femmes, elle ancre son récit dans une réalité historique et sociale précise. La dichotomie entre ville et campagne, dans une Ukraine où on souhaite manifestement veiller à ce que les travaux agricoles continuent à être menés, est évidence. La petite ville anonyme elle-même est partagée entre futur et passé. Elle apparaît en effet comme une bourgade en pleine reconstruction, où la modernisation est un souci constant (d'où la place accordée à l'eau courante).

Dans un même temps, le spectre de la guerre ne cesse de planer dans ses rues animées où les filles de la campagne achètent patates et poulets ; un vieillard passe de table en table pour parler alternativement de son fils ou de sa fille morts pendant la guerre. On est d'abord amusé et incrédule, croyant que l'homme adapte son récit à son interlocuteur. Avant que Valentina n'explique à Nadia qu'il a véritablement perdu ses deux enfants.

Enfin, Kira Mouratova décrit un monde dont la société est divisée. Valentina est une femme manifestement cultivée, comme l'atteste l'énorme bibliothèque qui occupe un pan de mur de son salon. L'une de ses amies vient même lui parler du rôle que la culture et la découverte de la lecture jouent dans sa vie, et du trou que cela a créé entre elle et ses connaissances, moins éduquées.

Cet écart existe aussi entre Valentina et Nadia, la citadine et la fille de la campagne, la fonctionnaire et la femme de ménage. Mais si la cinéaste constate cet écart, elle ne tombe jamais dans la caricature en le décrivant. Cette distinction sociale rend le dialogue délicat entre les deux femmes, peut-être plus que cet amour qu'elles partagent sans le savoir.

Valentina fait preuve d'une grande bienveillance avec Nadia, et semble presque se sentir coupable du confort de son mode de vie, de sa maison, de sa culture. Nadia ne se laissera jamais réellement approcher par cette femme qu'elle observe beaucoup. Mais on sent que leur rencontre laissera à jamais une empreinte.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=